Quand l’euthanasie chasse la bonne pratique des soins palliatifs au Québec

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 01/06/2018

Voici la Ministre de la santé du Québec, le Dr Barette, sous le feu d'un tir groupé venant de la Commission sur les soins de fin de vie, du Comité national d'éthique pour le vieillissement, le Réseau Québecois en soins palliatifs et de fin de vie, et enfin, de l'Association québécoise de soins palliatifs.

Leurs porte-parole tirent tous la sonnette d'alarme : par manque de médecins formés en soins palliatifs et manque de places dans les services de soins palliatifs, les patients n'auraient d'autres choix que de se tourner vers l'euthanasie, affirme le Collège des médecins. L'offre est inégale de région en région. « Quand un patient nous dit qu'il n'a pas assez d'aide à domicile ou qu'il n'est pas pris à l'hôpital, et qu'alors il va vers une demande d'aide médicale à mourir (euthanasie), nous sommes, nous médecins très mal à l'aise », affirme Christiane Martel, présidente de la Société québécoise des médecins en soins palliatifs.

Le Québec a en effet dépénalisé l'Aide Medicale à Mourir (euthanasie ou suicide assisté), en juin 2014. (L'aide médicale à mourir (AMM) au Québec : points saillants de la loi au Québec et comparaison avec le droit belge)

Ce qui est plus grave, et qui est mentionné dans la lettre adressée au Ministre, c'est que des patients demandant l'euthanasie « deviennent prioritaires quant aux ressources disponibles (en matière d'évaluation médicale, psychosociale, d'accompagnement spirituel, etc.)…au détriment des autres patients en fin de vie.» (Extrait de la lettre du Collège des médecins).

La mauvaise monnaie chasserait-elle la bonne ? L'euthanasie chasse-t-elle la bonne pratique des soins palliatifs ? (Voir Dossier de l'IEB à ce sujet)

Le réseau de soins palliatifs manquerait également de relève ; or, le coeur de la loi sur la fin de vie était de garantir à chaque Québecois l'accès à des soins palliatifs de qualité. L'ampleur du défi est bien réelle face à l'accroissement inévitable des besoins causés par le vieillissement de la population, les maladies dégénératives et du cancer.

D'après les données de Radio-Canada, ce sont aujourd'hui près de 28.000 personnes qui ont recours aux soins palliatifs chaque semestre.


Articles similaires

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, près de 450 médecins ont signé une pétition demandant d'interdire l'euthanasie de patients déments. Même dans le cas où ces derniers ont rédigé une déclaration anticipée d'euthanasie, il se peut qu'ils ne puissent plus, au moment de l'injection létale, exprimer clairement leur souhait qu'on provoque leur mort, ou qu'ils ne réalisent pas la portée irrémédiable de l'acte du médecin.

Parmi les initiateurs de cette pétition, le Dr Boudewijn Chabot, spécialiste en gériatrie, qui, ave...

Lire la suite

Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite à une journée d'étude à Anvers en mars dernier, le consortium de médecins LEIF (LevensEinde InformatieForum) fait pression pour élargir l'accès à l'euthanasie aux patients qui sont à un stade avancé de démence.

L'argument est le suivant : puisque la loi exige que la personne soit encore capable de discernement au moment de son euthanasie (*), celle-ci n'est possible qu'au début du processus de démence. Selon LEIF, il en ressort que des patients sont euthanasiés « trop tôt », alo...

Lire la suite

Nouvelle-Zélande : les médecins disent ‘NO’ au projet de légalisation de l’euthanasie

Nouvelle-Zélande : les médecins disent ‘NO’ au projet de légalisation de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

« Nous ne voulons pas y participer » : c'est en ces termes que s'expriment plus de 1.500 médecins néo-zélandais, face au projet de légalisation de l'euthanasie dans leur pays. Malgré un double refus en 1995 et 2003, la proposition de légalisation a été réintroduite en 2017 devant le Parlement de Nouvelle-Zélande par le député libéral David Seymour. Finalement adopté en 3e lecture le 13 novembre dernier (avec 69 députés en faveur et 51 contre), le texte sera maintenant soumis au vote de la popu...

Lire la suite