Plus de 172 pédiatres affirment que la souffrance en fin de vie est parfaitement contrôlable

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 12/02/2014

Exprimant leur inquiétude à propos de l'élargissement de la loi sur l'euthanasie aux mineurs, un groupe de plus de 172 pédiatres et professeurs de l'enseignement supérieur a remis  une lettre ouverte à tous les présidents de partis de Belgique. Dans celle-ci, ces médecins, qui assistent au quotidien les enfants malades, demandent de mieux réfléchir sur l'extension de la loi portant sur l'euthanasie des mineurs. Sans exiger la suspension de ce projet de loi, ils réclament toutefois un temps de réflexion.
Les signataires de cette lettre ouverte sont actifs dans différents centres de soins et instituts hospitaliers, situés aux quatre coins du pays. Ils y font connaître leurs principales observations à propos des débats actuellement menés à la Chambre.

Texte de la lettre ouverte


Articles similaires

"Je veux l'euthanasie" : pour Kelly, 23 ans et en souffrance psychique, c'est l'alternative au suicide

"Je veux l'euthanasie" : pour Kelly, 23 ans et en souffrance psychique, c'est l'alternative au suicide

- Euthanasie et suicide assisté

Cette jeune-femme belge, de Leuven, est en bonne santé physique mais n'arrive plus à supporter la souffrance psychique qui l'envahit. Diagnostiquée comme trouble de la personnalité limite ("borderline"), sa maladie agit comme "un couteau planté dans sa poitrine": "j'ai l'impression d'éclater en morceaux". Elle est décidée à en finir.

Au moment où se prépare le procès de trois médecins de Flandre pour le cas de Tine Nys, voilà que le Dailymail a identifié ce cas douloureux de Kelly et lui donn...

Lire la suite

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nathan Verhelst, 44 ans, ne souffrait ni d'une maladie incurable, ni d'une maladie en phase terminale. Il vient d'être euthanasié. Nathan était né avec un sexe de femme et avait subi plusieurs opérations visant à le transformer en homme. Nathan se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas. L'euthanasie a été pratiquée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. «On pouvait clairement pa...

Lire la suite