Pays-Bas: un juge ordonne de laisser partir une femme d'un établissement de soins pour l'euthanasier

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 07/05/2015

Une femme de 80 ans, soignée et accompagnée dans un établissement de soins de Vlissingen aux Pays-Bas exprimait, suite à de graves problèmes de santé, son désir d'être euthanasiée depuis un an et demi.
Alors que son médecin traitant et les psychologues de l'établissement de soin estimaient qu'elle n'était plus capable de saisir la situation et d'exprimer lucidement sa volonté, ses proches ont demandé à ce qu'elle soit euthanasiée.
Apprenant que les proches de la patiente souhaitaient mener ce projet à bien dans de très brefs délais, et suite à un premier jugement donnant raison à la patiente, la maison de soins a aussitôt saisi le juge en référé, soulignant qu'il s'agissait d'une « situation d'urgence ». Un second juge s'est alors prononcé en faveur de la patiente, s'appuyant sur l'avis d'un psychiatre de la clinique de fin de vie (Levenseindekliniek) et d'un médecin SCEN (médecin référent pour l'euthanasie), qui ont tous deux opiné que la demandeuse était en pleine possession de ses moyens.
Les médecins de la clinique de fin de vie, qui se chargent notamment des cas où le médecin traitant habituel refuse d'accéder à la demande d'euthanasie de son patient, ont finalement pratiqué l'euthanasie le 22 avril dernier.
C'est la première fois qu'un tel conflit autour d'un refus d'euthanasie aboutit devant la justice et qu'un juge donne plus de poids à l'avis de la clinique de fin de vie qu'à celui du médecin traitant, qui connaît beaucoup mieux le patient, et à celui d'une institution qui affirme aujourd'hui avoir voulu protéger une personne âgée vulnérable.
Source : nrc.nl

 


Articles similaires

Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

- Euthanasie et suicide assisté

Un quinquagénaire flamand a choisi de se faire euthanasier trois jours après le décès de son épouse.
Selon Het Belang van Limburg, Sonja, son épouse de 54 ans habitant à Diepenbeek dans le Limbourg, avait appris qu'elle souffrait d'un cancer du poumon très avancé en mai dernier. Peu de temps après, les médecins ont diagnostiqué la même maladie à son mari Jean-Paul (58 ans).
Lorsque les cancérologues ont annoncé que Sonja n'avait plus que trois semaines à vivre, Jean-Paul, qui se savait égaleme...

Lire la suite

Quand l’euthanasie chasse la bonne pratique des soins palliatifs au Québec

Quand l’euthanasie chasse la bonne pratique des soins palliatifs au Québec

- Euthanasie et suicide assisté

Voici la Ministre de la santé du Québec, le Dr Barette, sous le feu d'un tir groupé venant de la Commission sur les soins de fin de vie, du Comité national d'éthique pour le vieillissement, le Réseau Québecois en soins palliatifs et de fin de vie, et enfin, de l'Association québécoise de soins palliatifs.

Leurs porte-parole tirent tous la sonnette d'alarme : par manque de médecins formés en soins palliatifs et manque de places dans les services de soins palliatifs, les patients n'auraient d'a...

Lire la suite

Québec : l’euthanasie risque de faire imploser les soins palliatifs

Québec : l’euthanasie risque de faire imploser les soins palliatifs

- Euthanasie et suicide assisté

Suite aux pressions croissantes exercées pour « faire pénétrer l'aide à mourir » dans les milieux de soins depuis que l'aide médicale à mourir (euthanasie) a été dépénalisée au Québec le 5 juin 2014, des réactions se font entendre.

Lors du Congrès mondial sur les soins palliatifs à Montréal en octobre dernier, plusieurs intervenants ont fait part de leur inquiétude concernant l'avenir des soins palliatifs au Québec. Selon eux, l'arrivée de l'euthanasie expose le milieu des soins palliatifs au...

Lire la suite