Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 01/04/2010

À la suite de l'instauration du “Protocole de Groningen”, qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36, pp. 234-237) s'interroge à ce propos et avance plusieurs explications. Tout d'abord, un manque de données aurait pu conduire à une surestimation des prévisions d'euthanasies de nouveau-nés. Serait-ce aussi qu'avant l'adoption du Protocole de Groningen certains avortements auraient été rapportés comme des euthanasies ?  Une autre explication de ce "trop peu" de cas, serait un recours accru à la sédation terminale. Dans ce cas, le décès du bébé n'est en effet pas répertorié comme une euthanasie...

Si ces arguments semblent pertinents, ils ne sont toutefois pas suffisants pour rendre compte du seul et unique cas rapporté. Manifestement, des médecins ont passé sous silence certains cas, estiment les auteurs de l'article paru dans le Journal of Medical Ethics. Pourquoi ?

Tout d'abord, le comité auprès duquel les médecins sont censés rapporter les décès pose problème : il ne jouit d'aucune autorité légale et ne peut donc préserver le médecin d'éventuelles poursuites judiciaires. Ensuite, lorsqu'un enfant souffre, les médecins préfèrent qualifier l'euthanasie de “soins terminaux adéquats”, expression qui passe mieux auprès des parents. Finalement, si l'enfant ne souffre pas, mais pourrait souffrir dans le futur (comme dans les cas de spina-bifida), son euthanasie n'est pas permise selon les termes du Protocole.

Et les auteurs d'estimer qu'il semble quasiment impossible de respecter les dispositions de la législation néerlandaise actuelle. Si le gouvernement veut que les médecins néerlandais prennent au sérieux leur obligation de rapporter les cas d'euthanasie infantile, estiment les auteurs, il doit rendre le Protocole plus permissif encore.

Sources : IEB, Journal of Medical Ethics, BioEdge


Articles similaires

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie néerlandaises (RTE) ont jugé 12 cas (sur les 6.585 déclarés) non-conformes aux exigences de la loi de 2002. 10 dossiers ont déjà été examinés par le Ministère Public, et sur ceux-ci, 4 font désormais l'objet d'une enquête pénale.

Deux des 4 euthanasies sous enquête ont été pratiquées par un même médecin gériatre, de la « Levenseindekliniek ». Il a euthanasié une personne atteinte d'Alzheimer sur base de sa déclaration anticipée, ...

Lire la suite

Pays-Bas : hausse de 50% des euthanasies en 4 ans

Pays-Bas : hausse de 50% des euthanasies en 4 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le Rapport annuel 2015 des Comités régionaux de surveillance de l'euthanasie vient d'être rendu public aux Pays-Bas. Il révèle entre autres que, sur les 147.010 personnes décédées en 2015, 5.516 l'ont été du fait d'une euthanasie ou d'un suicide assisté (208 cas). Ce qui représente une augmentation de 4% par rapport à 2014 (5.306) et une augmentation de près de 50% par rapport à 2011 (3.695).
Si la plupart des personnes souffraient d'un cancer, le rapport pointe également une augmentation sign...

Lire la suite

Infanticide de nouveau-né validé aux Pays-Bas

Infanticide de nouveau-né validé aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

C'est la deuxième fois que l'infanticide (« levensbeëindiging » « fin de vie provoquée ») d'un nouveau-né est déclaré aux Pays-Bas. Ce bébé « de moins de 12 mois » qui a été mis à mort souffrait d'une maladie neurologique grave. Parents et médecins ont jugé qu'il valait mieux provoquer sa mort afin de lui éviter « une souffrance sans issue et insupportable ».

Plusieurs éléments ont été pris en compte pour justifier sa mort : le grave inconfort chez l'enfant, l'absence de qualité de vie et les...

Lire la suite