Pays-Bas : rapport sur la pratique de l'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 23/09/2011

Dix ans après la dépénalisation de l'euthanasie aux Pays-Bas, la Koninklijke Nederlandse Maatschappij en Gezondheid (KNMG) a publié des directives concernant la participation des médecins aux euthanasies et aux suicides assistés, dans un rapport intitulé "Le rôle du médecin dans l'interruption volontaire de la vie".
Dans son rapport, la KNMG écrit notamment que les médecins néerlandais qui refusent de pratiquer une euthanasie ont l'obligation professionnelle de référer les patients qui la demandent à un collègue conciliant.
Parmi ses principales conclusions, ce rapport établit :
-  Contrairement à ce qui est généralement supposé, la loi sur l'euthanasie comprend des dispositions permettant l'euthanasie de patients souffrant de troubles psychiatriques et de démence.
-  Lorsqu'un médecin ne veut pas pratiquer cet acte, "il y a un devoir moral et professionnel d'aider le patient à trouver un médecin (...) qui n'a pas d'objection fondamentale à l'égard de l'euthanasie et du suicide assisté".
-   Si un patient ne se trouve pas dans une situation de « souffrances insupportables », la loi prévoit qu'il ne peut demander l'euthanasie. Il peut toutefois décider d'arrêter de manger et de boire. Et dans ce cas, le médecin doit respecter sa décision et se doit alors de "superviser le patient et d'alléger la souffrance par des soins palliatifs efficaces", suggère le rapport de la KNMG.
-  De même, au patient souhaitant se suicider avec des médicaments, le médecin peut donner des conseils sans être poursuivi.
-  Les disfonctionnements du corps et maux liés à la vieillesse sont des raisons suffisantes pour permettre une euthanasie. "Une accumulation d'affections gériatriques (...) qui se traduisent par une détérioration progressive peut aussi être considérées comme des souffrances insupportables et durables" pour lesquelles l'euthanasie est une solution.

Véritable paidoyer pour l'euthanasie, le rapport de la KNMG considère cet acte comme faisant partie intégrante des soins dus au patient. Les auteurs notent qu'il y a déjà 1 million de personnes âgées aux Pays-Bas présentant une "multimorbidité" et que dans 10 ans, il y en aura 1,5 million, soit 10% de la population. Tous devront pouvoir demander et obtenir l'euthanasie si leur souffrance leur semble interminable et leur vie dénuée de sens.

La KNMG reconnaît qu'il y aura toujours des médecins refusant de pratiquer l'euthanasie mais elle somme ceux-ci de collaborer que ce soit en donnant des "conseils" ou en renvoyant les cas à un confrère.  Wil Uit Vrije (Par libre choix), un groupe pro-euthanasie va jusqu'à demander que l'euthanasie soit disponible pour toute personne de plus de 70 ans qui le voudrait, sans référence à son état de santé.

Source : Bioedge (Michael Cook) 17/09/11 - Radio Netherlands Worlwide 08/09/11 - Gènéthique.org


Articles similaires

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite

L'euthanasie est une menace réelle pour la pratique de la médecine

L'euthanasie est une menace réelle pour la pratique de la médecine

- Euthanasie et suicide assisté

Le Professeur belge Benoît Beuselinck, médecin oncologue de la KUL, révèle dans un ouvrage universitaire, « Euthanasia and Assisted Suicide : Lessons from Belgium » que des infirmières et des assistantes sociales d'un hôpital belge démissionnent de l'unité de soins palliatifs, parce que celle-ci se transforme en « maison de l'euthanasie ».

Ces infirmières ne veulent plus être réduites à préparer les patients et leurs familles aux injections létales, et considèrent que les demandes d'euthanasi...

Lire la suite

Explosion du nombre d’euthanasies au Québec

Explosion du nombre d’euthanasies au Québec

- Euthanasie et suicide assisté

« La Commission a dû analyser 10 fois plus « d'aides médicales à mourir » (AMM) (Euthanasies) que ce qui était prévu au départ » a fait savoir la Ministre de la Santé et des Services sociaux québécoise le 3 avril dernier.

Ce premier Rapport sur la situation sur les soins de fin de vie au Québec couvre la période du 10 décembre 2015 (date d'entrée en vigueur de la loi) au 31 mars 2018.

Plusieurs points sont à relever.

Le rapport fait état de 1.632 euthanasies pratiquées, avec des chiffres...

Lire la suite