Pays-Bas : rapport sur la pratique de l'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 23/09/2011

Dix ans après la dépénalisation de l'euthanasie aux Pays-Bas, la Koninklijke Nederlandse Maatschappij en Gezondheid (KNMG) a publié des directives concernant la participation des médecins aux euthanasies et aux suicides assistés, dans un rapport intitulé "Le rôle du médecin dans l'interruption volontaire de la vie".
Dans son rapport, la KNMG écrit notamment que les médecins néerlandais qui refusent de pratiquer une euthanasie ont l'obligation professionnelle de référer les patients qui la demandent à un collègue conciliant.
Parmi ses principales conclusions, ce rapport établit :
-  Contrairement à ce qui est généralement supposé, la loi sur l'euthanasie comprend des dispositions permettant l'euthanasie de patients souffrant de troubles psychiatriques et de démence.
-  Lorsqu'un médecin ne veut pas pratiquer cet acte, "il y a un devoir moral et professionnel d'aider le patient à trouver un médecin (...) qui n'a pas d'objection fondamentale à l'égard de l'euthanasie et du suicide assisté".
-   Si un patient ne se trouve pas dans une situation de « souffrances insupportables », la loi prévoit qu'il ne peut demander l'euthanasie. Il peut toutefois décider d'arrêter de manger et de boire. Et dans ce cas, le médecin doit respecter sa décision et se doit alors de "superviser le patient et d'alléger la souffrance par des soins palliatifs efficaces", suggère le rapport de la KNMG.
-  De même, au patient souhaitant se suicider avec des médicaments, le médecin peut donner des conseils sans être poursuivi.
-  Les disfonctionnements du corps et maux liés à la vieillesse sont des raisons suffisantes pour permettre une euthanasie. "Une accumulation d'affections gériatriques (...) qui se traduisent par une détérioration progressive peut aussi être considérées comme des souffrances insupportables et durables" pour lesquelles l'euthanasie est une solution.

Véritable paidoyer pour l'euthanasie, le rapport de la KNMG considère cet acte comme faisant partie intégrante des soins dus au patient. Les auteurs notent qu'il y a déjà 1 million de personnes âgées aux Pays-Bas présentant une "multimorbidité" et que dans 10 ans, il y en aura 1,5 million, soit 10% de la population. Tous devront pouvoir demander et obtenir l'euthanasie si leur souffrance leur semble interminable et leur vie dénuée de sens.

La KNMG reconnaît qu'il y aura toujours des médecins refusant de pratiquer l'euthanasie mais elle somme ceux-ci de collaborer que ce soit en donnant des "conseils" ou en renvoyant les cas à un confrère.  Wil Uit Vrije (Par libre choix), un groupe pro-euthanasie va jusqu'à demander que l'euthanasie soit disponible pour toute personne de plus de 70 ans qui le voudrait, sans référence à son état de santé.

Source : Bioedge (Michael Cook) 17/09/11 - Radio Netherlands Worlwide 08/09/11 - Gènéthique.org


Articles similaires

Eerste euthanasieklacht tegen Dr  Distelmans

Eerste euthanasieklacht tegen Dr Distelmans

- Euthanasie et suicide assisté

Na elf jaar euthanasie is bij de Orde van Geneesheren een eerste klacht ingediend tegen professor Wim Distelmans. ... De klacht tegen oncoloog en professor Distelmans is drie bladzijden dik. Dat blijkt uit een artikel in de Artsenkrant.
Alles draait om de dood van Godelieve De Troyer. Op 19 april 2012 gaf Distelmans de chronisch depressieve vrouw een dodelijke injectie. "Mijn zus en ikzelf waren niet op de hoogte. We konden geen afscheid van haar nemen", klaagt De Troyers zoon, Tom Mortier....

Lire la suite

Vers l’euthanasie au Québec

Vers l’euthanasie au Québec

- Euthanasie et suicide assisté

Le Québec a adopté le 5 juin 2014, à 94 voix contre 22, une loi concernant les soins en fin de vie englobant les soins palliatifs et une « aide médicale à mourir ». Cette loi, qui ne concerne que la province du Québec et qui ne sera pas appliquée avant 18 mois, devrait être contestée par le gouvernement fédéral dans la mesure où l'euthanasie et le suicide assisté y sont interdits par le code pénal canadien.
Plusieurs ministres libéraux se sont opposés à cette loi dont Christine Saint Pierre, m...

Lire la suite

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que l...

Lire la suite