Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/09/2017

Agnes Wolbert, ancienne députée, est depuis le 1er juin la nouvelle directrice de l'association pour une fin de vie librement choisie (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillige levensEinde (NVVE). Ce mouvement compte aujourd'hui près de 167.000 membres.
Dans un entretien avec le journal NRC, Agnes Wolbert reproche aux médecins de famille de ne pas pratiquer plus d'euthanasies. Elle estime que certains praticiens répugnent à provoquer la mort de leur patient et surtout, n'osent pas prendre de risques et aller au-delà de ce que prescrit la loi qui, sous certaines conditions bien strictes, l'autorise : « les médecins laissent ainsi leur patient en attente », déclare Mme Wolbert.

D'autres médecins, dit-elle, réfèrent les personnes en demande d'euthanasie, automatiquement à la Clinique de fin de vie au lieu d'assurer eux-mêmes l'injection létale, surtout s'ils ne sont pas convaincus du bien-fondé de celle-ci pour leur patient.

Les médecins généralistes n'apprécient pas cette opinion critique à leur égard. D'autant plus qu'en 2015, une étude de la fédération royale des médecins (KNMG) et de l'association des médecins de campagne, a révélé que les médecins, dans leur pratique quotidienne, estimaient subir des pressions extérieures de la société  et des familles lorsque la question de la fin de vie se posait. C'est pourquoi, les associations de soignants tiennent à répéter : « l'euthanasie n'est pas un droit », contrairement au slogan de la NVVE.

C'est dans un contexte où plusieurs associations militent pour la « mort librement choisie » mais aussi pour la pilule Drion, que les médecins doivent se positionner et expliquer clairement que l'euthanasie est différente du suicide assisté. La question aux Pays-Bas est de savoir s'il revient à l'Etat, et donc aux citoyens, d'organiser et d'avaliser le suicide des siens.

Source : NRC, MedischContact.nl


Articles similaires

Euthanasie : les évêques belges rappellent l'interdit de tuer comme base du vivre ensemble

Euthanasie : les évêques belges rappellent l'interdit de tuer comme base du vivre ensemble

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que la Chambre abordait l'extension de l'euthanasie aux mineurs, les évêques de Belgique, réunis à Grimbergen, approfondissaient la problématique de la fin de vie avec des experts en matière médicale, juridique, éthique et pastorale. Au terme d'une journée de réflexion intense, ils n'ont pas caché qu'ils "se sentent fortement interpellés par la proposition de loi discutée à la Chambre". Et se demandent toujours "pourquoi légiférer en une matière aussi délicate, quand on sait qu'aux Pays-...

Lire la suite

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite au constat qu'une partie de la loi belge relative à l'euthanasie n'avait pas été publiée (Bulletin de l'IEB) et n'était donc pas appliquée, la Ministre de la santé Maggie De Block avait promis de réparer cet oubli. Ce qui a été fait dans le Moniteur belge du 21 mars dernier.

Reste désormais à mettre en place le contrôle sur le terrain de la délivrance des substances euthanasiantes par les pharmaciens au médecin en personne, ainsi que du retour des produits non utilisés par celui...

Lire la suite

Porte ouverte à l’euthanasie par omission de soins au Royaume-Uni

Porte ouverte à l’euthanasie par omission de soins au Royaume-Uni

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis l'arrêt An NHS Trust et autres c. Y de la Cour Suprême au Royaume-Uni de juillet dernier, le médecin et la famille d'une personne en état végétatif peuvent convenir que l'arrêt de l'hydratation et de l'alimentation du patient sont dans son meilleur intérêt, et provoquer sa mort sans l'aval d'un juge. Le Conseil Général des Médecins (General Medical Council) vient de publier ses directives en la matière.

L'arrêt de soins concerne des patients encore éveillés mais dans un état permanent ...

Lire la suite