Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/09/2017

Agnes Wolbert, ancienne députée, est depuis le 1er juin la nouvelle directrice de l'association pour une fin de vie librement choisie (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillige levensEinde (NVVE). Ce mouvement compte aujourd'hui près de 167.000 membres.
Dans un entretien avec le journal NRC, Agnes Wolbert reproche aux médecins de famille de ne pas pratiquer plus d'euthanasies. Elle estime que certains praticiens répugnent à provoquer la mort de leur patient et surtout, n'osent pas prendre de risques et aller au-delà de ce que prescrit la loi qui, sous certaines conditions bien strictes, l'autorise : « les médecins laissent ainsi leur patient en attente », déclare Mme Wolbert.

D'autres médecins, dit-elle, réfèrent les personnes en demande d'euthanasie, automatiquement à la Clinique de fin de vie au lieu d'assurer eux-mêmes l'injection létale, surtout s'ils ne sont pas convaincus du bien-fondé de celle-ci pour leur patient.

Les médecins généralistes n'apprécient pas cette opinion critique à leur égard. D'autant plus qu'en 2015, une étude de la fédération royale des médecins (KNMG) et de l'association des médecins de campagne, a révélé que les médecins, dans leur pratique quotidienne, estimaient subir des pressions extérieures de la société  et des familles lorsque la question de la fin de vie se posait. C'est pourquoi, les associations de soignants tiennent à répéter : « l'euthanasie n'est pas un droit », contrairement au slogan de la NVVE.

C'est dans un contexte où plusieurs associations militent pour la « mort librement choisie » mais aussi pour la pilule Drion, que les médecins doivent se positionner et expliquer clairement que l'euthanasie est différente du suicide assisté. La question aux Pays-Bas est de savoir s'il revient à l'Etat, et donc aux citoyens, d'organiser et d'avaliser le suicide des siens.

Source : NRC, MedischContact.nl


Articles similaires

Honorarium voor dokters bij advies euthanasie

Honorarium voor dokters bij advies euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Het verzekeringscomité van het Riziv besliste dat vanaf 1 april 2014 artsen die een tweede of derde medisch advies geven bij een euthanasieverzoek recht hebben op een vergoeding.  Sinds 2007 bestaat er een overeenkomst maar door het uitblijven van een definitief akkoord bleef de terugbetaling tot vandaag dode letter.
In het begin van dit jaar kwam het tot een gelijk en werden LEIF (LevensEinde InformatieForum) en EOL (End Of Life) als officiliële inrichtende machten erkend voor de te...

Lire la suite

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

- Euthanasie et suicide assisté

À la suite de l'instauration du "Protocole de Groningen", qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36...

Lire la suite

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, M. Heringa a aidé sa mère de 99 ans à mettre fin à ses jours en lui procurant certains médicaments, après qu'un médecin eût refusé de pratiquer l'euthanasie.
Le Tribunal reconnaît qu'Albert Heringa "a délibérément choisi de ne pas respecter la loi", mais comme il « est convaincu qu'il a agi par amour pour sa mère, il ne sera pas puni". Alors que le parquet avait requis une peine de 3 mois de prison avec sursis, au lieu des 3 ans encourus, le tribunal a décidé de l'acquitter.
Le droit ...

Lire la suite