Pays-Bas : les médecins plus réticents à euthanasier

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/04/2018

Aux Pays-Bas, le climat politique actuel et les enquêtes pénales en cours rendent les médecins plus prudents face à une demande d'euthanasie, confie la directrice de la NVVE (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillig Levenseinde), Agnes Wolbert, au magazine Trouw.

L'interprétation libérale de la loi offre pourtant des possibilités d'euthanasie à un nombre de personnes toujours plus important. Les personnes âgées souffrant de « polypathologie », de problèmes psychiatriques ou de démence, certaines personnes qui estiment leur vie « complète » reçoivent à présent une porte d'entrée vers l'euthanasie.

L'information sur ces possibilités ne circule par contre pas suffisamment, estime Agnes Wolbert. Elle en impute la responsabilité au gouvernement actuel. La publication d'un « Code de bonnes pratiques » en matière d'euthanasie est prévue pour 2018, mais le gouvernement a indiqué vouloir savoir auparavant quelles sont les questions que la population se pose réellement sur la fin de vie.

Ce nouveau gouvernement a également mis un frein à plusieurs propositions de lois bioéthiques émanant du D66, parti politique social-libéral, comme celle d'instaurer des « accompagnateurs vers la mort » pour les personnes estimant leur vie accomplie. Pour ce genre de loi, le gouvernement souhaite en effet évaluer a priori si des besoins réels sont exprimés sur le terrain.  

Agnes Wolbert relie les 5 enquêtes pénales lancées récemment à l'encontre de médecins à cette culture politique. Elle parle même de « culture d'angoisse ».

Le Procureur-Général Rhinus Otte dément quant à lui tout changement de cap au niveau judiciaire. Le Ministère public oeuvre depuis toujours au respect de la loi euthanasie, dans les coulisses principalement, par voie d'avertissements. Si plusieurs cas font aujourd'hui l'objet d'une enquête plus approfondie, c'est parce que des conditions légales substantielles ont peut-être été violées. Les médecins ne peuvent agir selon leur propre éthique, mais ont le devoir de suivre leur déontologie et la loi.

S'il reconnaît qu'une enquête est effectivement pénible pour un médecin, il souligne qu'elle demeure légale, et qu'on ne peut priver la société d'une juste exécution des lois.

Source : Trouw


Articles similaires

Suisse : les médecins dépassés par la fin de vie ?

Suisse : les médecins dépassés par la fin de vie ?

- Euthanasie et suicide assisté

En Suisse, la majorité des habitants meurent en milieu hospitalier, où les soins se focalisent sur les troubles physiques, alors que les besoins spécifiques à la fin de vie, psycho-sociaux et spirituels, sont délaissés. Les soins palliatifs, encore peu établis dans ce pays, ne font d'ailleurs pas partie de la formation des médecins.

Terminer sa vie chez soi n'est pas toujours chose facile en Suisse. S'il existe des formes d'aide, elles sont peu connues et peu accessibles. Les coûts des soins...

Lire la suite

Pays-Bas : des pharmaciens refusent de fournir les produits euthanasiants aux médecins.

Pays-Bas : des pharmaciens refusent de fournir les produits euthanasiants aux médecins.

- Euthanasie et suicide assisté

Un certain nombre de médecins appartenant à la Levenseindekliniek aux Pays-Bas (clinique de fin de vie) s'irritent du fait que des pharmaciens leur auraient déjà refusé la vente des produits servant à euthanasier un patient.
Certains pharmaciens l'ont fait par conviction, d'autres parce qu'ils estimaient ne pas être en accord avec certains actes d'euthanasie notamment chez des personnes atteintes de démence, ou qui exprimaient tout simplement leur « fatigue de vivre ». Il arrive également qu'u...

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite