Pays-Bas : les médecins face à la pratique de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/11/2015

Parallèlement au rapport émis par les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie au Pays-Bas, une enquête sur l'euthanasie a été menée auprès de 500 médecins par la Fédération médicale néerlandaise (KNMG).
Cette enquête permet de mettre en exergue le ressenti et l'expérience des acteurs de l'euthanasie. Alors que le rapport des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie témoigne d'une hausse conséquente des cas d'euthanasies déclarées depuis quelques années, les médecins dénoncent aussi une banalisation de cet acte.
Les médecins néerlandais déplorent en effet que de plus en plus de personnes souhaitent recourir à l'euthanasie comme un substitut à la mort naturelle et que celle-ci tend à devenir une « solution de facilité ». L'euthanasie, réputée être une « mort plus douce » est envisagée par beaucoup de patients, comme « un remède pour ceux qui ont peur de la mort » et qui, de plus en plus souvent, ne sont pas en fin de vie.
Les résultats révèlent que plus de 60% des médecins estiment subir « une pression de la part des patients ou de la famille pour les pousser à pratiquer l'euthanasie ». La même proportion de praticiens dénonce le manque d'information des patients sur les limites de l'euthanasie. Et 90% considèrent que l'on sous-estime la charge que l'euthanasie représente pour les médecins.
Un autre phénomène mérite d'être souligné. Face à la complexification des cas d'euthanasies, accentuée par la demande croissante d'euthanasies pour les personnes démentes, dépressives ou présentant des troubles psychiatriques, une « clinique de fin de vie » a été créée en 2012. Le rapport constate que la création de cet établissement a déclenché une augmentation du nombre de demandes de ce type de patients, qui ne répondent pas aux critères légaux.
 


Articles similaires

Belgique : disparition d’un alinéa de la loi relative à l’euthanasie

Belgique : disparition d’un alinéa de la loi relative à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

En mars 2015, la députée MR, Sybille de Coster-Bauchau adressait une question à la Ministre des Affaires sociales et de la santé à propos du "retour des reliquats de produits létaux utilisés lors des euthanasies (à domicile)". La réponse de Maggie De Block avait été claire : "la législation fédérale en matière de médicaments ne réglemente pas d'une manière spécifique les médicaments utilisés dans le cadre de l'euthanasie. (...) Le médecin (pratiquant une euthanasie à domicile) ne doit pas léga...

Lire la suite

Suggestion de deux bioéthiciens pour l’accès à l’euthanasie des dépressifs "incurables"

Suggestion de deux bioéthiciens pour l’accès à l’euthanasie des dépressifs "incurables"

- Euthanasie et suicide assisté

Alors qu'une proposition de loi vient d'être déposée en Belgique visant à favoriser l'accès à l'euthanasie pour les patients incapables d'exprimer leur volonté, inconscients ou atteints d'une affection cérébrale non congénitale, à un stade avancé tel qu'ils l'ont mentionné dans leur déclaration anticipée, les scientifiques canadiens et néerlandais Schuklenk et van de Vathorst prônent dans le Journal of Medical Ethics l'autorisation de l'euthanasie pour les patients dépressifs "incurables".
Sel...

Lire la suite

Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

- Euthanasie et suicide assisté

Agnes Wolbert, ancienne députée, est depuis le 1er juin la nouvelle directrice de l'association pour une fin de vie librement choisie (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillige levensEinde (NVVE). Ce mouvement compte aujourd'hui près de 167.000 membres.
Dans un entretien avec le journal NRC, Agnes Wolbert reproche aux médecins de famille de ne pas pratiquer plus d'euthanasies. Elle estime que certains praticiens répugnent à provoquer la mort de leur patient et surtout, n'osent pas prendre de...

Lire la suite