Pays-Bas : les médecins face à la pratique de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/11/2015

Parallèlement au rapport émis par les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie au Pays-Bas, une enquête sur l'euthanasie a été menée auprès de 500 médecins par la Fédération médicale néerlandaise (KNMG).
Cette enquête permet de mettre en exergue le ressenti et l'expérience des acteurs de l'euthanasie. Alors que le rapport des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie témoigne d'une hausse conséquente des cas d'euthanasies déclarées depuis quelques années, les médecins dénoncent aussi une banalisation de cet acte.
Les médecins néerlandais déplorent en effet que de plus en plus de personnes souhaitent recourir à l'euthanasie comme un substitut à la mort naturelle et que celle-ci tend à devenir une « solution de facilité ». L'euthanasie, réputée être une « mort plus douce » est envisagée par beaucoup de patients, comme « un remède pour ceux qui ont peur de la mort » et qui, de plus en plus souvent, ne sont pas en fin de vie.
Les résultats révèlent que plus de 60% des médecins estiment subir « une pression de la part des patients ou de la famille pour les pousser à pratiquer l'euthanasie ». La même proportion de praticiens dénonce le manque d'information des patients sur les limites de l'euthanasie. Et 90% considèrent que l'on sous-estime la charge que l'euthanasie représente pour les médecins.
Un autre phénomène mérite d'être souligné. Face à la complexification des cas d'euthanasies, accentuée par la demande croissante d'euthanasies pour les personnes démentes, dépressives ou présentant des troubles psychiatriques, une « clinique de fin de vie » a été créée en 2012. Le rapport constate que la création de cet établissement a déclenché une augmentation du nombre de demandes de ce type de patients, qui ne répondent pas aux critères légaux.
 


Articles similaires

L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

- Euthanasie et suicide assisté

En cette période électorale où s'alignent les programmes pour la prochaine législature, les militants pro euthanasie font pression pour autoriser l'euthanasie des personnes démentes.

Une pétition a déjà recueilli plus de 45.000 signatures d'après le Levens Einde Informatie Forum (LEIF) où elle est hébergée. Le Prof. et président de la Commission de contrôle de l'euthanasie Wim Distelmans avec 139 autres militants l'ont lancée le 7 mai dernier. Ils plaident pour que les personnes se trouvant à...

Lire la suite

Euthanasie: propositions déposées au Sénat

Euthanasie: propositions déposées au Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

Le 9 mai, deux propositions de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie ont été déposées notamment par Marleen Temmermans.
Ces propositions de loi n°5-1610/1 et n°5-1611/1 reprennent des propositions de loi précédemment déposées par Myriam Vanlerberghe en 2007 et 2008. Les auteurs souhaitent par la première étendre l'euthanasie aux mineurs sans distinction d'âge. L'euthanasie pourrait être demandée par le mineur lui-même s'il dispose de la faculté de discernement. S'il ne di...

Lire la suite

Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

- Euthanasie et suicide assisté

L'Association Américaine de Psychiatrie (AAP) vient d'émettre un avis tranché quant à la pratique de l'euthanasie pour des patients qui ne sont pas en phase terminale. Rejoignant ainsi l'avis de l'Association Médicale américaine, la déclaration affirme qu'« un psychiatre ne devrait prescrire ou envisager aucune intervention dont le but est de causer la mort chez un patient qui n'est pas en phase terminale ».

Cette déclaration a d'autant plus de poids que l'AAP demeure aujourd'hui la plus impo...

Lire la suite