Pays-Bas : les médecins face à la pratique de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/11/2015

Parallèlement au rapport émis par les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie au Pays-Bas, une enquête sur l'euthanasie a été menée auprès de 500 médecins par la Fédération médicale néerlandaise (KNMG).
Cette enquête permet de mettre en exergue le ressenti et l'expérience des acteurs de l'euthanasie. Alors que le rapport des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie témoigne d'une hausse conséquente des cas d'euthanasies déclarées depuis quelques années, les médecins dénoncent aussi une banalisation de cet acte.
Les médecins néerlandais déplorent en effet que de plus en plus de personnes souhaitent recourir à l'euthanasie comme un substitut à la mort naturelle et que celle-ci tend à devenir une « solution de facilité ». L'euthanasie, réputée être une « mort plus douce » est envisagée par beaucoup de patients, comme « un remède pour ceux qui ont peur de la mort » et qui, de plus en plus souvent, ne sont pas en fin de vie.
Les résultats révèlent que plus de 60% des médecins estiment subir « une pression de la part des patients ou de la famille pour les pousser à pratiquer l'euthanasie ». La même proportion de praticiens dénonce le manque d'information des patients sur les limites de l'euthanasie. Et 90% considèrent que l'on sous-estime la charge que l'euthanasie représente pour les médecins.
Un autre phénomène mérite d'être souligné. Face à la complexification des cas d'euthanasies, accentuée par la demande croissante d'euthanasies pour les personnes démentes, dépressives ou présentant des troubles psychiatriques, une « clinique de fin de vie » a été créée en 2012. Le rapport constate que la création de cet établissement a déclenché une augmentation du nombre de demandes de ce type de patients, qui ne répondent pas aux critères légaux.
 


Articles similaires

Les demandes d’euthanasie à la “Levenseindekliniek” augmentent chaque année

Les demandes d’euthanasie à la “Levenseindekliniek” augmentent chaque année

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, 2500 personnes ont contacté la clinique de fin de vie aux Pays-Bas (« Levenseindekliniek » - LEK) parce qu'elles souhaitaient se faire euthanasier. Pour rappel, la LEK accueille principalement des patients qui ne trouvent pas d'autre médecin désirant donner suite à leur demande d'euthanasie.

Ceci représente une augmentation de 38 % des demandes par rapport à 2016. La clinique a approuvé la demande de près d'une personne sur 3,  soit 747 personnes.

Parmi celles-ci, 239 personnes (soi...

Lire la suite

Extension tous azimuts de la loi euthanasie : 13 propositions de loi

- Euthanasie et suicide assisté

C'est ce mercredi 6 février que s'est réunie la commission Justice & Affaires sociales du sénat pour discuter les différentes propositions de loi dont 11 visent à l'extension de la loi dépénalisant l'euthanasie.
A souligner, les 2 propositions de loi à contre-courant : l'une vise l'introduction d'un filtre palliatif obligatoire pour tout patient en fin de vie et l'autre propose une amende administrative de 250 euros au médecin qui ne respecterait pas l'obligation de déclaration d'euthanasie. E...

Lire la suite

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

- Euthanasie et suicide assisté

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van een hersendode.

Het gebeurde in ons land nog maar zeven keer dat iemand die om euthanasie vroeg, ook voorstelde om orgaandonor te worden. Maar telkens viel het de chirurgen op dat de resultaten van die longtransplantaties zeer goed waren. 'Je kunt met het blote oog zien dat de longen gezonder zijn', zegt professor Dirk Van Raemdonck van het Universitair Ziekenhuis Leuven. Hij publiceerde recent...

Lire la suite