Pays-Bas : « La pilule de la mort » en libre-service pour les séniors ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 26/11/2015

Aux Pays-Bas, l'Association néerlandaise pour une fin de vie librement choisie (NVVE Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillig Levenseinde) milite activement pour une euthanasie ou suicide assisté « à la demande ». Il ne s'agit plus d'impliquer les médecins, mais de permettre l'accès libre et gratuit à une "pilule de la mort" pour toutes les personnes de plus de 70 ans, et ce indépendamment de leur état de santé physique ou psychique. Ces pilules seraient accessibles à la demande, en pharmacie.
L'Association néerlandaise pour une fin de vie librement choisie est une association regroupant, selon leurs dires, 160 000 professionnels de la santé en faveur de l'euthanasie. Outre la mise en service de la pilule pour mourir sur base expérimentale, elle plaide pour que l'euthanasie soit retirée du code pénal, considérant que l'euthanasie est un acte médical comme un autre et qu'elle ne doit être soumise à aucun cadre légal.
La Société royale des médecins (KNMG) répond fermement à ces revendications en rappelant que le geste euthanasique n'est pas un acte médical comme un autre car il provoque la mort du patient, et que dès lors, une loi est nécessaire pour l'encadrer. Seuls les médecins peuvent pratiquer cet acte qui est et doit rester une exception, ce qui implique que s'ils ne respectent pas les conditions inscrites dans la loi, les médecins peuvent être condamnés au pénal. La loi actuelle néerlandaise est satisfaisante, selon le KNMG, car elle protège non seulement le patient mais aussi le médecin qui, pratiquant l'euthanasie, provoque la mort de son patient.

Source : Journal International du Médecin et KNMG
 


Articles similaires

Pilule du lendemain et maladies sexuellement transmissibles (MST)

Pilule du lendemain et maladies sexuellement transmissibles (MST)

- Contraception

Contredisant dans les faits  les politiques gouvernementales actuelles en matière de santé publique, une étude menée par Sourafel Girma et David Paton, publiée dans le Journal of Health Economics,  révèle que proposer en vente libre la pilule du lendemain (qui a une visée abortive), ne contribue absolument pas à diminuer le nombre de grossesses non désirées. Ces deux professeurs de l'Université de Nottingham ont comparé les régions britanniques où la pilule du lendemain est en vente libre dans...

Lire la suite

Trisomie 21 : le Service de Santé publique au Royaume-Uni revoit sa copie

Trisomie 21 : le Service de Santé publique au Royaume-Uni revoit sa copie

- Trisomie 21

« Personne ne peut vous dire comment sera la vie de votre enfant. Tout comme pour les enfants qui n'ont pas le syndrome de Down. » Depuis quelques semaines, cette phrase figure sur le site du Service de Santé publique au Royaume-Uni (NHS) sous la rubrique « Syndrome de Down ». La page internet, qui auparavant ne laissait voir qu'une liste alarmante de problèmes de santé liés à la trisomie 21, a subi une véritable refonte au profit de l'accueil des personnes porteuses de ce handicap.

Ce change...

Lire la suite

Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

- Contraception

Un courrier DHPC (Direct Health Care Professionnal Communications), diffusé sous l'autorité de l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), a récemment été envoyé aux professionnels de la santé afin de les informer de risques potentiels liés à l'utilisation du lévonorgestrel (Norlevo) ainsi que des recommandations pour limiter ces risques.

Mieux connu sous le nom de « Pilule du lendemain », le Levonorgestrel (LNG) fabriqué par la firme Mithra à Liège (Postinor) et par S...

Lire la suite