Pays-Bas : « La pilule de la mort » en libre-service pour les séniors ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 26/11/2015

Aux Pays-Bas, l'Association néerlandaise pour une fin de vie librement choisie (NVVE Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillig Levenseinde) milite activement pour une euthanasie ou suicide assisté « à la demande ». Il ne s'agit plus d'impliquer les médecins, mais de permettre l'accès libre et gratuit à une "pilule de la mort" pour toutes les personnes de plus de 70 ans, et ce indépendamment de leur état de santé physique ou psychique. Ces pilules seraient accessibles à la demande, en pharmacie.
L'Association néerlandaise pour une fin de vie librement choisie est une association regroupant, selon leurs dires, 160 000 professionnels de la santé en faveur de l'euthanasie. Outre la mise en service de la pilule pour mourir sur base expérimentale, elle plaide pour que l'euthanasie soit retirée du code pénal, considérant que l'euthanasie est un acte médical comme un autre et qu'elle ne doit être soumise à aucun cadre légal.
La Société royale des médecins (KNMG) répond fermement à ces revendications en rappelant que le geste euthanasique n'est pas un acte médical comme un autre car il provoque la mort du patient, et que dès lors, une loi est nécessaire pour l'encadrer. Seuls les médecins peuvent pratiquer cet acte qui est et doit rester une exception, ce qui implique que s'ils ne respectent pas les conditions inscrites dans la loi, les médecins peuvent être condamnés au pénal. La loi actuelle néerlandaise est satisfaisante, selon le KNMG, car elle protège non seulement le patient mais aussi le médecin qui, pratiquant l'euthanasie, provoque la mort de son patient.

Source : Journal International du Médecin et KNMG
 


Articles similaires

« Maison de la vie » « Levenshuis » à Bruges: euthanasie, don d’organes, pilule, avortement , etc.

« Maison de la vie » « Levenshuis » à Bruges: euthanasie, don d’organes, pilule, avortement , etc.

- Liberté des institutions de soin

Ce n'est pas une clinique mais un lieu où psychologues, médecins et conseillers s'efforcent de répondre à diverses demandes qui leur sont adressées. « Quand un médecin ne peut pas ou ne veut pas aider un patient qui lui demande à être euthanasié, nous cherchons comment trouver une solution pour lui. » Cela vaut aussi pour les demandes de moyens contraceptifs ou l'avortement.

La Levenshuis est une collaboration de la Maison du Peuple, du Centre pour le Planning familial et pour l'éducation sex...

Lire la suite

Choisir librement comment vivre sa grossesse : un collectif et une interpellation politique

Choisir librement comment vivre sa grossesse : un collectif et une interpellation politique

- Grossesse

Le collectif "Plate-forme pour une naissance respectée" regroupe des citoyens, usagères, professionnels de la santé, associations de défense des droits humains, féministes et représentants de la société civile. Il a pour but de rappeler "le droit des femmes à choisir les circonstances de leur accouchement dans l'intérêt des nouveau-nés, des mères et de leurs partenaires" et mettre en avant le rôle et les compétences des sages-femmes. Dans une pétition, le collectif demande au monde politique d...

Lire la suite

Europe : la pilule du « surlendemain » en vente libre et sans prescription

Europe : la pilule du « surlendemain » en vente libre et sans prescription

- Contraception

Suivant une décision d'exécution de la Commission européenne du 7 janvier, qui sera appliquée dans les Etats-membres courant 2015, la pilule du « surlendemain » (acétate d'ulipristal) sera bientôt libre de prescription en Europe. Elle y est déjà commercialisée depuis 2009 en tant qu'EllaOne©.
Appelé indûment « contraceptif d'urgence », ce produit potentiellement abortif se distingue par sa durée d'efficacité : EllaOne agit durant cinq jours, soit la durée de vie des spermatozoïdes, contre troi...

Lire la suite