Pays-Bas : la Coopérative « Dernière volonté » s’affirme sur le marché de la mort

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/02/2018

La Coopérative « Dernière volonté » (« Laatste Wil », CLW) avait annoncé à ses 3.200 membres en septembre dernier avoir découvert un moyen « légal » pour mettre fin à sa vie de manière absolument autonome et sans douleurs.

La substance, que la Coopérative a appelée « Moyen X », pour ne pas dévoiler son nom, est une poudre de conservation, utilisé notamment dans les milieux hospitaliers pour prévenir les moisissures. L'annonce a fait grimper en flèche les inscriptions à la CLW, qui compte aujourd'hui 20.000 membres.

Après 6 mois d'adhésion, valant selon la CLW de temps de réflexion, ses membres s'organiseront en groupements d'achats indépendants, afin de passer commande. Le nom réel du produit ne sera révélé qu'au représentant sélectionné par chaque groupe d'achat. Celui-ci servira d'intermédiaire avec le vendeur. Ce représentant aura la responsabilité de s'assurer de la capacité de discernement des acheteurs lors de la distribution des commandes.

Dans le milieu néerlandais des coaches professionnels de « l'accompagnement en fin de vie », la nouvelle n'emporte pas l'adhésion de tout le monde. Si certains se montrent enthousiastes de « l'autonomie absolue » qu'offre le « Moyen X », d'autres s'inquiètent de ce que la CLW n'examine ni la capacité de discernement, ni les motifs d'adhésions de ses membres lors de leur inscription. Ton Vink redoute que des personnes psychiquement fragilisées trouvent trop facilement la mort, grâce à l'achat du « Moyen X ».

Dans le « Nederlands juristenblad », Ton Vink avance que la Coopérative qui aura fourni une aide au suicide à toute personne effectivement décédée après ingestion du « Moyen X », sera, selon lui, pénalement condamnable . Le refus de CLW de dévoiler publiquement son produit létal et son absence de soutien moral aux membres qui le nécessiteraient, ne plaideront pas pour sa cause le jour venu.

Cette mise en garde n'inquiète nullement le président de la CLW, Jos van Wijk, qui estime que la coopérative ne joue pas un rôle suffisamment important dans le processus d'achat que pour pouvoir être attaqué pour aide au suicide. De plus, ses membres signent une décharge exonérant la CLW de toute responsabilité. 

Source : NRC.nl

 


Articles similaires

Luxembourg : 15 cas d'euthanasie ces 2 dernières années

Luxembourg : 15 cas d'euthanasie ces 2 dernières années

- Euthanasie et suicide assisté

Le 16 mars 2009, le Luxembourg a été le 3ème pays à dépénaliser l'euthanasie. La Commission nationale de contrôle de l'euthanasie vient de publier son 3ème rapport. En 2013 et 2014, 15 personnes ont été euthanasiées. Le rapport précise également que, sur les 15 euthanasies, 11 d'entre elles ont été pratiquées à l'hôpital, 1 au domicile du patient et 3 dans un établissement de soins pour personnes âgées. 11 des personnes concernées souffraient d'un cancer, 3 d'une maladie neuro-dégénérative et ...

Lire la suite

Plus de 172 pédiatres affirment que la souffrance en fin de vie est  parfaitement contrôlable

Plus de 172 pédiatres affirment que la souffrance en fin de vie est parfaitement contrôlable

- Euthanasie et suicide assisté

Exprimant leur inquiétude à propos de l'élargissement de la loi sur l'euthanasie aux mineurs, un groupe de plus de 172 pédiatres et professeurs de l'enseignement supérieur a remis  une lettre ouverte à tous les présidents de partis de Belgique. Dans celle-ci, ces médecins, qui assistent au quotidien les enfants malades, demandent de mieux réfléchir sur l'extension de la loi portant sur l'euthanasie des mineurs. Sans exiger la suspension de ce projet de loi, ils réclament toutefois un temps de ...

Lire la suite

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour européenne des droits de l'Homme à fait droit à la demande des parents du petit Charlie Gard, âgé de 10 mois et sévèrement atteint d'une affection mitochondriale, d'adopter des mesures provisoires pour préserver la vie de leur enfant et a enjoint à l'hôpital de fournir à Charlie « le traitement et les soins infirmiers indiqués afin de veiller à ce qu'il souffre le moins possible et à ce qu'il conserve toute sa dignité dans la logique, dans la mesure du possible, de son maintien en vie,...

Lire la suite