Pays-Bas : faut-il une nouvelle loi pour le suicide assisté des personnes âgées ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 05/04/2017

« Pour des raisons pratiques et aussi de principe, une loi autorisant l'aide au suicide pour les personnes âgées qui souhaitent terminer leur vie, n'est absolument pas souhaitable ». C'est ce qu'affirme en substance le communiqué de la Société royale néerlandaise des médecins (KNMG), qui regroupe plus de 59.000 praticiens aux Pays-Bas.

Récemment, les deux ministres sortants, de la Santé et de la Justice, avaient communiqué en sens contraire dans une lettre envoyée au Parlement. Ils y suggéraient en effet, que les personnes « qui pensent, après avoir mûrement réfléchi, avoir achevé leur vie, doivent, sous de strictes conditions et selon des critères très précis, être autorisées à finir leur vie d'une manière qui leur semble digne ». Ils proposaient qu'un « assistant à la mort », ayant bénéficié d'une formation médicale spécifique, devrait autoriser la procédure après s'être assuré qu'aucun traitement ne puisse faire disparaître ce « souhait de mort » chez les personnes âgées.

La KNMG affirme de son côté qu'une telle disposition légale pourrait mener à « l'érosion de la pratique consciencieuse de l'euthanasie » ainsi qu'à « des sentiments d'insécurité auprès des personnes âgées et à la stigmatisation de la vieillesse ».

Il faut « investir dans des solutions qui répondent au ressenti d'inutilité chez les personnes âgées ». C'est ce que plaident les médecins.

A l'heure où les différents partis politiques négocient en vue d'une coalition gouvernementale et où cette question de l'euthanasie des personnes âgées fera sans doute partie d'un accord gouvernemental, la position ferme de la KNMG est à prendre en compte.


Articles similaires

L’île anglo-normande de Guernesey rejette le suicide assisté

L’île anglo-normande de Guernesey rejette le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le parlement de Guernesey, île britannique au large de la Normandie, a rejeté par 24 voix contre 14 une proposition de loi visant à légaliser le suicide assisté, votant plutôt en faveur d'une amélioration des soins palliatifs sur l'île.

Cette proposition représente la 10ème tentative de légalisation de l'euthanasie sur le territoire britannique depuis 2003, rejetée comme toutes les autres avant elle.

Le "Care Not Killing Alliance UK" s'opposait à cette légalisation aux côtés de l'Association...

Lire la suite

Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

En Oregon, 3% des suicides assistés recensés par l'Autorité de Santé sont justifiés par l'incapacité à financer une chimiothérapie. Ce motif interpelant a été révélé dans un rapport d'évaluation du Death with Dignity Act (1ère loi aux Etats-Unis permettant le suicide assisté dans l'Etat d'Oregon, en vigueur depuis 1997) publiée par JAMA Oncology au début du mois d'avril.

L'étude montre par ailleurs que, depuis 1998, le nombre de demandes de suicide assisté ne fait qu'augmenter. On note une cr...

Lire la suite

Grande-Bretagne : non! au suicide assisté.

Grande-Bretagne : non! au suicide assisté.

- Euthanasie et suicide assisté

Paul Lamb, capable seulement de bouger la main droite depuis un accident de la route en 1990, et Jane Nicklinson, dont le mari Tony, paralysé à la suite d'une attaque, s'est laissé mourir de faim en 2012, demandaient au tribunal suprême d'autoriser les médecins à pratiquer des suicides assistés.
Les juges de la Cour suprême britannique, par sept voix contre deux, ont jugé que la loi britannique actuelle ne pouvait autoriser une telle pratique. « Care Not Killing », une association engagée sur ...

Lire la suite