Pays-Bas : euthanasie pour « fatigue de vivre » ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/02/2016

Nul besoin d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie aux Pays-Bas aux personnes considérant que leur vie est « accomplie » et qui souhaiteraient pour cette seule raison qu'un médecin y mette fin. C'est la conclusion du rapport Schnabel, remis au gouvernement néerlandais le 4 février 2016.
Alerté par plusieurs psychiatres quant aux potentielles dérives de la loi euthanasie, le gouvernement a chargé des experts d'étudier la possibilité d'une extension de la loi actuelle dépénalisant l'euthanasie aux personnes qui se disaient « fatiguées de vivre » (« voltooid leven » ou « klaar met leven »). En effet, certains praticiens réclamaient cet élargissement.

Dans ce contexte, les ministres de la santé et de la justice ont mis en place en juillet 2014 une « commission de sages » sous la direction du Docteur Paul Schnabel. Avant de se prononcer sur l'utilité d'adapter les termes de la loi, les experts y ont étudié ce que contenait l'expression « vie accomplie » et en quelles circonstances les personnes âgées mentionnaient cette expression. C'est aussi une étude des tenants et aboutissants juridiques et sociétaux de cette éventuelle réforme que la commission a approfondis.
Il ressort de ce rapport que « le cadre légal actuel suffit et répond parfaitement aux situations dues au grand âge et à la vieillesse ». De plus, soulignent les experts, la notion de « vie accomplie », relève d'une conclusion très personnelle et subjective de la part des personnes qui l'invoquent et elle oublie la dimension relationnelle de l'autonomie puisqu'un potentiel élargissement de la loi aurait forcément un impact sociétal.
La commission estime donc plus raisonnable de proposer des solutions pour éviter que des personnes ne jugent « leur vie accomplie » quand elle ne l'est objectivement pas. Plusieurs facteurs peuvent aboutir à ces jugements négatifs de la personne sur elle-même : corporels, psychiques, cognitifs, psychosociaux, existentiels. Le rapport souligne qu'il y a de multiples possibilités d'éviter la perception d'une « vie accomplie » et d'accompagner les personnes : préparation à l'acceptation de la vieillesse, support aux personnes âgées, amélioration de leur autonomie, combat contre l'isolement, réponse aux besoins spirituels, attention à donner du sens à la vie, réévaluation de la valeur de la vie dans le grand âge, etc.
Confirmant la position de l'association nationale des médecins (KNMG), ces conclusions ne convainquent ni les deux partis libéraux (VVD et GroenLinks) ni les organisations militantes de « la mort comme un choix », la NVVE ou l'initiative citoyenne « Uit vrije wil ».
Source : Rapport Schnabel


Articles similaires

Belgique : 10 ans d’euthanasie : un heureux anniversaire ?

Belgique : 10 ans d’euthanasie : un heureux anniversaire ?

- Euthanasie et suicide assisté

Plus de 70 professeurs d'université et médecins signent une "Carte Blanche" diffusée dans la presse.

 

"L'autorisation légale de l'euthanasie a quant à elle un impact sur le tissu social et sur notre conception  sociétale de la médecine. Elle transgresse un interdit fondateur et affecte en cela même les bases de notre démocratie, en délimitant une classe de citoyens à qui on peut donner la mort avec l'aval de la société. Dès lors qu'elle revêt une indéniable dimension sociopolitique, l'eutha...

Lire la suite

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement a...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite