Pays-Bas : euthanasie pour « fatigue de vivre » ?

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Nul besoin d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie aux Pays-Bas aux personnes considérant que leur vie est « accomplie » et qui souhaiteraient pour cette seule raison qu'un médecin y mette fin. C'est la conclusion du rapport Schnabel, remis au gouvernement néerlandais le 4 février 2016.
Alerté par plusieurs psychiatres quant aux potentielles dérives de la loi euthanasie, le gouvernement a chargé des experts d'étudier la possibilité d'une extension de la loi actuelle dépénalisant l'euthanasie aux personnes qui se disaient « fatiguées de vivre » (« voltooid leven » ou « klaar met leven »). En effet, certains praticiens réclamaient cet élargissement.

Dans ce contexte, les ministres de la santé et de la justice ont mis en place en juillet 2014 une « commission de sages » sous la direction du Docteur Paul Schnabel. Avant de se prononcer sur l'utilité d'adapter les termes de la loi, les experts y ont étudié ce que contenait l'expression « vie accomplie » et en quelles circonstances les personnes âgées mentionnaient cette expression. C'est aussi une étude des tenants et aboutissants juridiques et sociétaux de cette éventuelle réforme que la commission a approfondis.
Il ressort de ce rapport que « le cadre légal actuel suffit et répond parfaitement aux situations dues au grand âge et à la vieillesse ». De plus, soulignent les experts, la notion de « vie accomplie », relève d'une conclusion très personnelle et subjective de la part des personnes qui l'invoquent et elle oublie la dimension relationnelle de l'autonomie puisqu'un potentiel élargissement de la loi aurait forcément un impact sociétal.
La commission estime donc plus raisonnable de proposer des solutions pour éviter que des personnes ne jugent « leur vie accomplie » quand elle ne l'est objectivement pas. Plusieurs facteurs peuvent aboutir à ces jugements négatifs de la personne sur elle-même : corporels, psychiques, cognitifs, psychosociaux, existentiels. Le rapport souligne qu'il y a de multiples possibilités d'éviter la perception d'une « vie accomplie » et d'accompagner les personnes : préparation à l'acceptation de la vieillesse, support aux personnes âgées, amélioration de leur autonomie, combat contre l'isolement, réponse aux besoins spirituels, attention à donner du sens à la vie, réévaluation de la valeur de la vie dans le grand âge, etc.
Confirmant la position de l'association nationale des médecins (KNMG), ces conclusions ne convainquent ni les deux partis libéraux (VVD et GroenLinks) ni les organisations militantes de « la mort comme un choix », la NVVE ou l'initiative citoyenne « Uit vrije wil ».
Source : Rapport Schnabel


Articles similaires

Vers l’euthanasie des jeunes enfants sans leur consentement aux Pays-Bas

Vers l’euthanasie des jeunes enfants sans leur consentement aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

Autoriser l'euthanasie sur les enfants de 1 à 12 ans, même si ceux-ci ne la demandent pas ou n'y consentent pas : voici ce que propose le ministre néerlandais Hugo De Jonge, dans une lettre adressée à la Chambre basse du Parlement des Pays-Bas, le 12 octobre dernier.

L'euthanasie est aujourd'hui légale aux Pays-Bas pour les personnes majeures et les enfants mineurs de plus de 12 ans. La pratique de l'euthanasie sur les enfants de moins d'un an est quant à elle dépénalisée, via le Protocole de...

Lire la suite

Élargissement de la loi euthanasie: les médecins catholiques disent non!

Élargissement de la loi euthanasie: les médecins catholiques disent non!

- Euthanasie et suicide assisté

Le site de la Fédération Internationale des Associations de Médecins Catholiques publie une motion contre "la banalisation de la mort" en Belgique. Cette déclaration est signée par la Société Médicale belge de Saint-Luc asbl.

Dans un message bilingue, daté du 1er mars 2013, le docteur Paul Deschepper, président d'honneur de la Société Médicale belge de Saint-Luc, s'insurge contre une "interprétation molle" de la loi sur l'euthanasie, qui date de 2002. Et le médecin de s'inquiéter de dérives à...

Lire la suite

Médiatisation et militance autour d’une demande d’euthanasie

Médiatisation et militance autour d’une demande d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Atteinte d'une maladie invalidante, la maladie de Charcot, une Française de 59 ans, Anne Bert, a depuis un an organisé son euthanasie en Belgique. Très médiatisée, en promettant sa mort juste avant la sortie de son livre, il est apparu très vite que Madame Bert voulait en faire un combat politique, militant pour que son pays, la France, change sa loi sur la fin de vie, l'euthanasie y étant illégale. Parcourant plateaux de télévision et de radio afin de promouvoir son ouvrage, elle a donc deman...

Lire la suite