Pays-Bas : euthanasie des patients souffrants d’une maladie psychiatrique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 25/02/2014

Comme signalé dans la Factsheet KNMG (1) de février 2014, les demandes d'euthanasie pour des patients psychiatriques sont en augmentation aux Pays-Bas  (2% en 2012). L'euthanasie des patients psychiatriques y est autorisée par la loi. Selon l'arrêt Chabot (1994),  ce n'est pas l'origine de la souffrance qui qualifie la souffrance mais l'insoutenabilité de celle-ci. Ce même arrêt  affirme également que le patient psychiatrique dispose d'une volonté libre et autonome.
La KNMG, la NVvP (2) et la commission régionale de contrôle de l'euthanasie préconisent malgré tout la plus grande prudence et la retenue en ce qui concerne l'euthanasie des patients psychiatriques. Ils font remarquer, s'appuyant sur ce même arrêt Chabot, que les compétences décisionnelles du patient peuvent être influencées par la maladie psychiatrique en elle-même et que l'évaluation de cette souffrance insoutenable et sans espoir est beaucoup plus difficile.
Cette retenue et grande prudence, en quoi consistent-elles ?
Toute demande d'euthanasie du patient psychiatrique doit être au départ prise en charge comme une demande d'aide à la vie. Le patient psychiatrique doit avoir manifesté son désir d'euthanasie de façon répété et insistante vis à vis de son médecin et de son entourage sur une durée d'au moins plusieurs mois. Ainsi le désir suicidaire  comme symptôme  de la maladie psychiatrique serait plus facilement écarté puisque la plupart des patients psychiatriques suicidaires passeraient impulsivement à l'acte.
La NVvP propose depuis 2009 certaines directives lors d'une demande d'euthanasie par des patients  psychiatriques, et notamment que des consultations supplémentaires doivent être prévues afin que le patient soit vu par un psychiatre indépendant avec une expertise renommée dans la maladie psychiatrique du patient et par un consultant indépendant, le plus souvent un médecin SCEN(3) en psychiatrie. En cas d'opinions divergentes, un troisième consultant peut être consulté.

(1) Koninklijke Nederlandsche maatschappij ter bevordering van de geneeskunst. (Société Royale néerlandaise de médecine)
(2) Nederlandse Vereniging voor Psychiatrie. (Société néerlandaise de psychiatrie)
(3) Un médecin SCEN est un médecin néerlandais formé pour informer ses confrères médecins (à la demande de ceux-ci)en matière d'euthanasie.

 


Articles similaires

Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

- Euthanasie et suicide assisté

De Regionale toetsingscommissies euthanasie (RTE's) moeten worden aangevuld met een centrale toetsingscommissie waarin onder meer een psychiater zitting heeft. Dat is nodig omdat artsen steeds vaker euthanasie verlenen aan psychiatrische patiënten, zegt hoogleraar gezondheidsrecht Martin Buijsen deze week in Medisch Contact.

Bron: Artsennet

Lire la suite

Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau Dossier  !

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille de...

Lire la suite

Euthanasie / deux propositions de loi : déclaration anticipée et obligation de renvoi

Euthanasie / deux propositions de loi : déclaration anticipée et obligation de renvoi

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 5 octobre 2012, deux propositions de loi relativesà l'euthanasie ont été déposées par Mme Marleen Temmerman et M. Guy Swennen. La première (doc 5-1799/1) vise à rendre illimitée la durée de validité de la déclaration anticipée par laquelle les patients indiquent par écrit leur volonté qu'il soit procédé à une euthanasie lorsque certaines conditions sont réunies. Actuellement, cette déclaration doit être confirmée par le patient tous les 5 ans afin de conjurer le risque qu'elle soit rédigée ...

Lire la suite