Pays-Bas : euthanasie des patients souffrants d’une maladie psychiatrique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 25/02/2014

Comme signalé dans la Factsheet KNMG (1) de février 2014, les demandes d'euthanasie pour des patients psychiatriques sont en augmentation aux Pays-Bas  (2% en 2012). L'euthanasie des patients psychiatriques y est autorisée par la loi. Selon l'arrêt Chabot (1994),  ce n'est pas l'origine de la souffrance qui qualifie la souffrance mais l'insoutenabilité de celle-ci. Ce même arrêt  affirme également que le patient psychiatrique dispose d'une volonté libre et autonome.
La KNMG, la NVvP (2) et la commission régionale de contrôle de l'euthanasie préconisent malgré tout la plus grande prudence et la retenue en ce qui concerne l'euthanasie des patients psychiatriques. Ils font remarquer, s'appuyant sur ce même arrêt Chabot, que les compétences décisionnelles du patient peuvent être influencées par la maladie psychiatrique en elle-même et que l'évaluation de cette souffrance insoutenable et sans espoir est beaucoup plus difficile.
Cette retenue et grande prudence, en quoi consistent-elles ?
Toute demande d'euthanasie du patient psychiatrique doit être au départ prise en charge comme une demande d'aide à la vie. Le patient psychiatrique doit avoir manifesté son désir d'euthanasie de façon répété et insistante vis à vis de son médecin et de son entourage sur une durée d'au moins plusieurs mois. Ainsi le désir suicidaire  comme symptôme  de la maladie psychiatrique serait plus facilement écarté puisque la plupart des patients psychiatriques suicidaires passeraient impulsivement à l'acte.
La NVvP propose depuis 2009 certaines directives lors d'une demande d'euthanasie par des patients  psychiatriques, et notamment que des consultations supplémentaires doivent être prévues afin que le patient soit vu par un psychiatre indépendant avec une expertise renommée dans la maladie psychiatrique du patient et par un consultant indépendant, le plus souvent un médecin SCEN(3) en psychiatrie. En cas d'opinions divergentes, un troisième consultant peut être consulté.

(1) Koninklijke Nederlandsche maatschappij ter bevordering van de geneeskunst. (Société Royale néerlandaise de médecine)
(2) Nederlandse Vereniging voor Psychiatrie. (Société néerlandaise de psychiatrie)
(3) Un médecin SCEN est un médecin néerlandais formé pour informer ses confrères médecins (à la demande de ceux-ci)en matière d'euthanasie.

 


Articles similaires

Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Au motif qu'il lui restait peu de temps à vivre, Madame Seals, âgée de 42 ans et atteinte d'une tumeur au cerveau, souhaitait choisir elle-même le moment de sa mort et avait demandé à son médecin de l'aider à mourir, soit par euthanasie directe, soit par suicide assisté. Consentant, le médecin avait décidé, pour toute sécurité, de saisir la justice afin de s'assurer de la légalité de cette action, l'euthanasie et le suicide assisté n'étant pas dépénalisés en Nouvelle Zélande.

Ce vendredi 5 ju...

Lire la suite

L’ADMD propose l’euthanasie des “personnes souffrant d’un handicap mental profond.”

L’ADMD propose l’euthanasie des “personnes souffrant d’un handicap mental profond.”

- Euthanasie et suicide assisté

L'Association pour le Droit pour Mourir dans la Dignité (ADMD), une association qui promeut la pratique de l'euthanasie, encourage les responsables politiques à rouvrir le débat pour un élargissement de la loi dépénalisant l'euthanasie. Elle plaide entre autres pour l'euthanasie de    «  personnes souffrant d'un handicap mental profond  ».

Source: Bulletin de l'ADMD, septembre 2012, P. 15.

Lire la suite

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement a...

Lire la suite