Pays-Bas : euthanasie des enfants : élargir le cadre

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 04/05/2016

En 2015, la NVK (Nederlandse Vereniging voor Kindergeneeskunde – Association néerlandaise de Pédiatrie) s'est penchée sur la prise en charge des enfants malades et en fin de vie et a publié sa  position  par rapport à l'euthanasie des enfants entre 1 et 12 ans. Elle y propose de faire une étude sur les soins à prodiguer aux enfants gravement malades et en fin de vie, en y incluant la possibilité de l'euthanasie, indépendamment de l'âge des jeunes patients, préférant se fonder sur la capacité de discernement.

Le régime juridique néerlandais actuel permet l'euthanasie des enfants à partir de 12 ans, et celle des nourrissons de moins d'un an dont la « qualité de vie » n'est pas jugée satisfaisante (L'euthanasie des nouveaux-nés et le Protocole de Groningen).

La NVK souhaite élargir le cadre légal actuel afin de permettre aux médecins de provoquer la mort de leurs jeunes patients gravement malades et peut être en fin de vie, au-delà des restrictions d'âge actuelles. Dans les cas où les enfants ne peuvent pas comprendre ni s'exprimer, le médecin, en accord avec les parents pourra lui-même décider de mettre fin à la vie du patient, comme cela se fait déjà pour les nouveau-nés. Pour faire suite à ce souhait, la Ministre de la santé Schippers a annoncé vouloir financer l'étude proposée par la NVK autour de la fin de vie des enfants, visant à identifier des critères d'acceptabilité d'une « aide à mourir » pour les médecins. La Ministre financera en outre la mise en place d'un « centre de soutien » (steunpunt) pour aider les pédiatres à la prise en charge des enfants gravement malades.

En marge de ces travaux, la Ministre Schippers, dans un courrier adressé au Ministre de la Justice, a par ailleurs affirmé qu'il n'y a pas besoin de nouvelle loi (ni de débat parlementaire) pour permettre ces nouvelles pratiques. « S'il n'y a vraiment pas d'autres alternatives, le médecin peut provoquer activement la mort de l'enfant gravement malade. C'est une méprise de croire que le cadre légal actuel ne permet pas de provoquer la mort des enfants gravement malades. En effet, un médecin en cas de « force majeure » peut toujours faire appel à l'état de nécessité. » a déclaré la Ministre Schippers.

Alors que l'euthanasie a été dépénalisée pour les enfants de plus de 12 ans aux Pays-Bas, les déclarations d'euthanasie pour les mineurs d'âge sont rares puisque, pour la période 2002-2015, 7 cas ont été déclarés.

 

Sources : Volkskrant, Medischcontact.nl, NVK


Articles similaires

Wilsverklaring euthanasie en de kwestie van handelingsbekwaam

Wilsverklaring euthanasie en de kwestie van handelingsbekwaam

- Euthanasie et suicide assisté

Schriftelijke vraag van Elke Sleurs (N-VA) aan de minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid
Gelet op artikel 4 van de wet betreffende euthanasie van 28 mei 2002 is het voor handelingsbekwame meerderjarigen en ontvoogde minderjarigen mogelijk om een wilsverklaring euthanasie op te stellen. Met deze wilsverklaring kunnen zij hun wensen inzake de toepassing van euthanasie in geval zij wilsonbekwaam zouden worden. Naast wilsbekwame meerderjarigen zijn er echter ook handelingsonbekwame...

Lire la suite

Euthanasie: propositions déposées au Sénat

Euthanasie: propositions déposées au Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

Le 9 mai, deux propositions de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie ont été déposées notamment par Marleen Temmermans.
Ces propositions de loi n°5-1610/1 et n°5-1611/1 reprennent des propositions de loi précédemment déposées par Myriam Vanlerberghe en 2007 et 2008. Les auteurs souhaitent par la première étendre l'euthanasie aux mineurs sans distinction d'âge. L'euthanasie pourrait être demandée par le mineur lui-même s'il dispose de la faculté de discernement. S'il ne di...

Lire la suite

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

- Euthanasie et suicide assisté

Malgré l'opposition de divers groupes et notamment de plus de 200 pédiatres belges, mais aussi de spécialistes des soins palliatifs au niveau international, la Chambre a approuvé par 88 voix pour, 44 contre et 12 abstentions le projet de loi qui étend aux mineurs la loi sur l'euthanasie. Le texte a reçu le soutien des socialistes, des libéraux, des écologistes et de la N-VA. Certains députés se sont toutefois désolidarisés de leur groupe.

Lire la suite