Pays-Bas : euthanasie des enfants : élargir le cadre

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 04/05/2016

En 2015, la NVK (Nederlandse Vereniging voor Kindergeneeskunde – Association néerlandaise de Pédiatrie) s'est penchée sur la prise en charge des enfants malades et en fin de vie et a publié sa  position  par rapport à l'euthanasie des enfants entre 1 et 12 ans. Elle y propose de faire une étude sur les soins à prodiguer aux enfants gravement malades et en fin de vie, en y incluant la possibilité de l'euthanasie, indépendamment de l'âge des jeunes patients, préférant se fonder sur la capacité de discernement.

Le régime juridique néerlandais actuel permet l'euthanasie des enfants à partir de 12 ans, et celle des nourrissons de moins d'un an dont la « qualité de vie » n'est pas jugée satisfaisante (L'euthanasie des nouveaux-nés et le Protocole de Groningen).

La NVK souhaite élargir le cadre légal actuel afin de permettre aux médecins de provoquer la mort de leurs jeunes patients gravement malades et peut être en fin de vie, au-delà des restrictions d'âge actuelles. Dans les cas où les enfants ne peuvent pas comprendre ni s'exprimer, le médecin, en accord avec les parents pourra lui-même décider de mettre fin à la vie du patient, comme cela se fait déjà pour les nouveau-nés. Pour faire suite à ce souhait, la Ministre de la santé Schippers a annoncé vouloir financer l'étude proposée par la NVK autour de la fin de vie des enfants, visant à identifier des critères d'acceptabilité d'une « aide à mourir » pour les médecins. La Ministre financera en outre la mise en place d'un « centre de soutien » (steunpunt) pour aider les pédiatres à la prise en charge des enfants gravement malades.

En marge de ces travaux, la Ministre Schippers, dans un courrier adressé au Ministre de la Justice, a par ailleurs affirmé qu'il n'y a pas besoin de nouvelle loi (ni de débat parlementaire) pour permettre ces nouvelles pratiques. « S'il n'y a vraiment pas d'autres alternatives, le médecin peut provoquer activement la mort de l'enfant gravement malade. C'est une méprise de croire que le cadre légal actuel ne permet pas de provoquer la mort des enfants gravement malades. En effet, un médecin en cas de « force majeure » peut toujours faire appel à l'état de nécessité. » a déclaré la Ministre Schippers.

Alors que l'euthanasie a été dépénalisée pour les enfants de plus de 12 ans aux Pays-Bas, les déclarations d'euthanasie pour les mineurs d'âge sont rares puisque, pour la période 2002-2015, 7 cas ont été déclarés.

 

Sources : Volkskrant, Medischcontact.nl, NVK


Articles similaires

Canada : projet de loi en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté

Canada : projet de loi en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Jeudi 14 avril 2016, le gouvernement canadien a déposé un projet de loi en faveur de l'euthanasie et du suicide assisté, regroupés sous l'euphémisme d' « aide médicale à mourir ». Le projet  vise à modifier le Code criminel en établissant « des exemptions à l'égard des infractions d'homicide coupable, d'aide au suicide et d'administration d'une substance délétère, dans le but de permettre aux médecins et aux infirmiers praticiens de fournir l'aide médicale à mourir et aux pharmaciens ainsi qu'...

Lire la suite

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite

Il faut libérer la Commission euthanasie de l’emprise politique et idéologique dit Pr. Vanopdenbosch

Il faut libérer la Commission euthanasie de l’emprise politique et idéologique dit Pr. Vanopdenbosch

- Euthanasie et suicide assisté

C'est un appel à réformer la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (CFCEE), qu'a lancé le Docteur Vanopdenbosch le 29 avril dernier. Invité à intervenir au cours de la journée d'étude « Euthanasie réussie ? Une évaluation critique de la loi et de la commission euthanasie » organisée à la KULeuven, l'ancien membre de la Commission, qui a remis sa démission en février 2018, est revenu sur les motivations de son départ. L'Institut Européen de Bioéthique en livre les poin...

Lire la suite