Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 08/10/2014

NEW ! L'Institut Européen de Bioéthique sur Twitter !

L'Institut Européen de Bioéthique est désormais présent sur Twitter.
Lanceur d'alertes, Diffusion d'informations, Dernières nouvelles, événements planifiés...

Suivez-nous sur http://twitter.com/iebioethique

 

 

Pour la cinquième année consécutive, l'euthanasie a poursuivi sa progression aux Pays-Bas, avec 4.829 cas déclarés en 2013, contre 2.636 cas en 2009. Les commissions régionales d'évaluation, qui contrôlent la conformité de l'acte d'euthanasie avec les conditions strictes de la loi, ont relevé des irrégularités dans 5 cas.
 Le rapport souligne l'explosion du recours à l'euthanasie, et en attribue la cause au fait que l'euthanasie est de plus en plus perçue dans la société comme acceptable, et qu'elle est surtout de plus en plus acceptée par les médecins qui la mettent en oeuvre : ceux-ci connaissent de mieux en mieux la loi et passent donc plus aisément à l'acte.
La plupart des cas répertoriés en 2013 concernait des malades du cancer soumis à d'importantes douleurs, sans perspective acceptable de traitement (3.588 cas d'euthanasies). Le rapport mentionne par ailleurs que l'euthanasie a été pratiquée sur des personnes atteintes de démence, un phénomène qui, même s'il reste limité (97 personnes), interpelle car il représente une progression significative par rapport aux années précédentes. L'euthanasie a également été administrée à 42 personnes souffrant de maladies mentales, contre 14 en 2012. A relever aussi, dans ces chiffres de 2013, que 251 cas concernaient des personnes âgées souffrant d'affections multiples et de désagréments divers liés à la vieillesse.
L'euthanasie des personnes démentes ou en voie de le devenir est un enjeu important aux Pays-Bas. Certains médecins refusent encore d'euthanasier une personne atteinte de démence, même si elle a précédemment rempli une déclaration anticipée de fin de vie. Mais la NVVE (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillig levenseinde), association pour une fin de vie volontaire, multiplie les campagnes d'information et les conférences dans différentes villes du pays pour toucher un vaste public afin que les directives anticipées se multiplient. La NVVE défend la thèse que, dans sa lettre, la loi dépénalisant l'euthanasie aux Pays-Bas n'exclut pas l'euthanasie des personnes ayant clairement fait part de leurs dernières volontés, avant de perdre la faculté de les exprimer valablement.
 


Articles similaires

1.	Vingt cinq enfants euthanasiés en Belgique ?

1. Vingt cinq enfants euthanasiés en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

Selon une étude de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) récemment publiée dans l' « Américan Journal of Critical care », l'euthanasie des enfants serait une réalité dans les unités de soins intensifs pédiatriques. Sur les 89 infirmières qui ont accepté de participer à l'étude, 76 affirment être intervenues au cours des deux dernières années dans un cas ou il y aurait eu décision d'interrompre la vie d'un petit malade. 89 % de ces soignants estiment que l'euthanasie devrait pouvoir être demandée...

Lire la suite

Oregon : suicides assistés

Oregon : suicides assistés

- Euthanasie et suicide assisté

Le rapport 2013 relatif au suicide assisté dans l'Etat d'Oregon aux Etats-Unis, vient d'être publié. 71 personnes en 2013 se sont suicidées dans le cadre de cette loi. La raison invoquée pour mettre fin à leurs jours, était de pouvoir contrôler leur mort.
Il faut rappeler que le suicide assisté se distingue de l'acte d'euthanasie puisque c'est le patient lui-même qui provoque sa propre mort, par des produits que lui a laissés le médecin. Celui-ci est présent pour veiller à ce que la mort survi...

Lire la suite

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'article 4 de la loi du du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipée une déclaration, pour l'éventualité où elle se trouverait dans un état ne lui permettant plus de manifester clairement sa volonté, par exemple lors d'un coma irréversible. 
Depuis septembre 2008, plus de 40.000 Belges ont fait enregistrer une déclaration anticipée auprès de leur commune. D'autres citoyens semblent avoir été euthanasiés sur base de cette déclaration ant...

Lire la suite