Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 08/10/2014

NEW ! L'Institut Européen de Bioéthique sur Twitter !

L'Institut Européen de Bioéthique est désormais présent sur Twitter.
Lanceur d'alertes, Diffusion d'informations, Dernières nouvelles, événements planifiés...

Suivez-nous sur http://twitter.com/iebioethique

 

 

Pour la cinquième année consécutive, l'euthanasie a poursuivi sa progression aux Pays-Bas, avec 4.829 cas déclarés en 2013, contre 2.636 cas en 2009. Les commissions régionales d'évaluation, qui contrôlent la conformité de l'acte d'euthanasie avec les conditions strictes de la loi, ont relevé des irrégularités dans 5 cas.
 Le rapport souligne l'explosion du recours à l'euthanasie, et en attribue la cause au fait que l'euthanasie est de plus en plus perçue dans la société comme acceptable, et qu'elle est surtout de plus en plus acceptée par les médecins qui la mettent en oeuvre : ceux-ci connaissent de mieux en mieux la loi et passent donc plus aisément à l'acte.
La plupart des cas répertoriés en 2013 concernait des malades du cancer soumis à d'importantes douleurs, sans perspective acceptable de traitement (3.588 cas d'euthanasies). Le rapport mentionne par ailleurs que l'euthanasie a été pratiquée sur des personnes atteintes de démence, un phénomène qui, même s'il reste limité (97 personnes), interpelle car il représente une progression significative par rapport aux années précédentes. L'euthanasie a également été administrée à 42 personnes souffrant de maladies mentales, contre 14 en 2012. A relever aussi, dans ces chiffres de 2013, que 251 cas concernaient des personnes âgées souffrant d'affections multiples et de désagréments divers liés à la vieillesse.
L'euthanasie des personnes démentes ou en voie de le devenir est un enjeu important aux Pays-Bas. Certains médecins refusent encore d'euthanasier une personne atteinte de démence, même si elle a précédemment rempli une déclaration anticipée de fin de vie. Mais la NVVE (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillig levenseinde), association pour une fin de vie volontaire, multiplie les campagnes d'information et les conférences dans différentes villes du pays pour toucher un vaste public afin que les directives anticipées se multiplient. La NVVE défend la thèse que, dans sa lettre, la loi dépénalisant l'euthanasie aux Pays-Bas n'exclut pas l'euthanasie des personnes ayant clairement fait part de leurs dernières volontés, avant de perdre la faculté de les exprimer valablement.
 


Articles similaires

Belgique : euthanasies récurrentes de malades psychiatriques

Belgique : euthanasies récurrentes de malades psychiatriques

- Euthanasie et suicide assisté

Tant en 2013 qu'en 2014, une cinquantaine de personnes ont été euthanasiées en Belgique pour des raisons psychiatriques. "Les patients maniaco-dépressifs sont, dans leur phase maniaque, capables des choses les plus improbables », a évoqué le professeur Distelmans. « Ils peuvent vider leur compte en banque, partir en week-end dans un hôtel cinq étoiles ou encore acheter plusieurs voitures en une seule journée. A ce moment-là, ils ne sont pas conscients de leurs actes. Lorsqu'arrive la phase dép...

Lire la suite

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie néerlandaises (RTE) ont jugé 12 cas (sur les 6.585 déclarés) non-conformes aux exigences de la loi de 2002. 10 dossiers ont déjà été examinés par le Ministère Public, et sur ceux-ci, 4 font désormais l'objet d'une enquête pénale.

Deux des 4 euthanasies sous enquête ont été pratiquées par un même médecin gériatre, de la « Levenseindekliniek ». Il a euthanasié une personne atteinte d'Alzheimer sur base de sa déclaration anticipée, ...

Lire la suite

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

- Euthanasie et suicide assisté

Catherine Fonck (cdH) a posé une question à Madame Laurette Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. La ministre cdH s'inquiétait d'avoir appris par voie de presse qu'une euthanasie aurait été pratiquée sur une personne qui souffrait d'anorexie. Elle s'étonnait car l'anorexie n'est pas une maladie incurable, et la situation médicale de cette personne n'était donc pas sans issue. Madame Onkelinx a répondu qu'elle ne disposait que des données communiquées dans les rappor...

Lire la suite