Pays-Bas : des psychiatres réagissent contre la politique de l’euthanasie actuelle

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 01/12/2017

Les psychiatres néerlandais Bram De Bakker et Esther van Fenema ont initié  une action visant à récolter les signatures d'autres psychiatres inquiets quant à la pratique de l'euthanasie sur des personnes atteintes de troubles psychiatriques.

Leur action fait suite à une émission télévisée  dans laquelle plusieurs spécialistes, notamment le Professeur Jim Van Os et le psychiatre Frank Koerselman, ont critiqué les agissements de la « Levenseinde Kliniek » (« clinique de fin de vie », LEK ci-après). Celle-ci aurait euthanasié des patients psychiatriques alors que tout n'aurait pas été tenté pour les soigner puisqu'aujourd'hui l'éventail de nouvelles thérapies est de plus en plus large.

Plus grave est le fait que ces cas d'euthanasies qui posent question, ont tous été jugés conformes par les commissions de contrôle RTE, à l'exception d'un seul (oordeel n° 2017-24).

Van Os craint le phénomène d'« escalade médicale » de l'euthanasie, à travers une interprétation élastique de la loi, qui permettrait qu'elle soit appliquée de façon de plus en plus large jusqu'à mener à la banalisation de l'euthanasie comme simple acte médical.
Sur les 60 euthanasies de patients atteints de troubles psychiatriques pratiquées en 2016 aux Pays-Bas, 48 l'ont été par la LEK. Celle-ci a d'ailleurs annoncé le mois dernier, chercher à élargir son équipe (actuellement composée de 59 médecins dont 6 psychiatres).

Steven Pleiter, directeur de la LEK, ne comprend pas les critiques adressées à l'encontre de son établissement. Il avance que le nombre important d'euthanasies pratiquées n'est pas dû à un abaissement du seuil d'admissibilité à l'euthanasie, mais à une augmentation de la demande. (Voir Bulletin de l'IEB)
Il affirme que trop souvent en psychiatrie, l'euthanasie demeure un tabou, et estime peu courageuse l'attitude des psychiatres renvoyant leurs patients vers la LEK pour traiter leur demande d'euthanasie.

Cette pétition des psychiatres De Bakker et van Fenema traduit un véritable malaise puisque plus de 60 % des psychiatres néerlandais ont réaffirmé cette année ne pas vouloir faire des euthanasies.

On rappellera qu'en Belgique, ce sont aussi une cinquantaine de psychiatres et psychologues qui viennent de publier une lettre ouverte :  Mogen we nu (eindelijk) vragen stellen over euthanasie bij psychisch lijden?

Celle-ci fait suite à un article paru dans le Washington Post qui souligne les dysfonctionnement de la pratique de l'euthanasie en Belgique. 

Sources : Medisch Contact, NRC. nl

 


Articles similaires

Derrière le procès Tine Nys, le procès de l’euthanasie pour souffrance psychique

Derrière le procès Tine Nys, le procès de l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Le procès d'assises qui s'est ouvert ce 17 janvier au Palais de justice de Gand met aux prises trois médecins avec l'accusation de non-respect de la loi belge sur l'euthanasie.

L'attention importante que suscite cette affaire s'explique non seulement par le caractère inédit d'un tel procès pour euthanasie en Belgique, mais aussi - sinon surtout - par le fait qu'est ici jugée la pratique d'une euthanasie basée sur l'existence d'une souffrance psychique.

Pour rappel, l'acte d'euthanasie n'est ...

Lire la suite

Belgique : l’euthanasie en chiffres pour 2008 et 2009.

Belgique : l’euthanasie en chiffres pour 2008 et 2009.

- Euthanasie et suicide assisté

Le quatrième rapport de la Commission fédérale d'évaluation de l'euthanasie, couvrant les années 2008 et 2009, a été publié récemment.
D'emblée, la Commission affirme qu'elle n'a pas la possibilité d'évaluer la proportion du nombre d'euthanasies déclarées par rapport au nombre d'euthanasies réellement pratiquées.
Précédemment, elle s'était déjà dite consciente des limites du contrôle de l'application de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie. « Il est évident », avait-elle noté, « que l...

Lire la suite

"Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

"Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le 8 avril dernier, les députés français ont débattu d'une proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. Déposée par un groupe parlementaire d'opposition (Libertés et Territoires), la proposition vise, selon ses auteurs, à « donner le droit à une fin de vie libre et choisie », en permettant à un médecin de donner la mort au patient qui le demande et qui répond aux conditions de la loi.

 

Si la proposition parle d' « aide active à mourir », il s'agit effectivement pour le médecin, aux...

Lire la suite