Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 14/03/2013

KNMG (Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst) , l'association des médecins néerlandais, a exprimé le refus général de ceux-ci de pratiquer l'euthanasie sur des personnes déjà démentes, faute de savoir si au moment de l'acte ces patients souffrent réellement de manière intolérable.
« Porter un jugement sur une demande d'euthanasie ou d'aide au suicide émanant d'un patient en voie de devenir dément exige du médecin de faire une évaluation très complexe. Le processus de la démence, où la capacité d'exprimer la volonté et l'expérience de la souffrance changent au cours de la maladie, fait que l'évaluation des critères de minutie n'est pas simple. »
Mais la ministre  néerlandaise de la Santé, du bien-être et des sports, Mme Schippers, ne l'entend pas de cette oreille. Aussi balaie-t-elle en quelques lignes les réticences de médecins pour s'approcher davantage, sinon totalement, de ce qui est revendiqué par la NVVE (association nationale pour la fin de vie choisie) : la possibilité d'organiser par avance son euthanasie en cas de démence ou d'incapacité.
La ministre encourage également les médecins à soulever le sujet de l'euthanasie avec leurs patients, en s'obligeant le cas échéant à faire savoir qu'ils ne la pratiquent pas pour des raisons de principe ou d'autres raisons, afin que le patient puisse s'adresser alors qu'il est encore temps à un médecin plus coopératif.


Articles similaires

Pays-Bas: un juge ordonne de laisser partir une femme d'un établissement de soins pour l'euthanasier

Pays-Bas: un juge ordonne de laisser partir une femme d'un établissement de soins pour l'euthanasier

- Euthanasie et suicide assisté

Une femme de 80 ans, soignée et accompagnée dans un établissement de soins de Vlissingen aux Pays-Bas exprimait, suite à de graves problèmes de santé, son désir d'être euthanasiée depuis un an et demi.
Alors que son médecin traitant et les psychologues de l'établissement de soin estimaient qu'elle n'était plus capable de saisir la situation et d'exprimer lucidement sa volonté, ses proches ont demandé à ce qu'elle soit euthanasiée.
Apprenant que les proches de la patiente souhaitaient mener ce ...

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite

Réseau de passeurs organisé pour personnes en demande d'euthanasie

Réseau de passeurs organisé pour personnes en demande d'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

" Entre 7.000 € et 11.000 € " hors transport" titrait un article dans un média français. C'est le coût estimé par Jacqueline Jencquel, déléguée nationale chargée de l'accompagnement vers l'étranger et des relations avec les autres groupements dans le monde pour l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Elle assure le "relais" vers les pays comme la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse, pays ayant légalisé l'euthanasie ou le suicide assisté. " En dix ans, j'en ...

Lire la suite