Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 18/08/2014

Le docteur Eduard Verhagen, pédiatre à l'UMC de Groningen et auteur du Protocol de Groningen (qui fixe le processus d'euthanasie des nouveaux-nés porteurs d'un handicap - voir dossier IEB), reparle de l'euthanasie des enfants au Pays-Bas.
Actuellement la loi néerlandaise autorise l'euthanasie des enfants de plus de 12 ans ayant la capacité de discernement. L'accord de leurs parents est requis jusqu'à leur 16 ans. La KNMG* qui regroupe 75% des médecins aux Pays-Bas, s'est exprimée  en disant que "Si un médecin agit avec la plus grande prudence, il peut mettre fin à la vie d'un enfant de moins de 12 ans qui aurait exprimé ce désir. Cela se fait déjà actuellement. Toutefois, comme cette demande de l'enfant ne s'inscrit pas dans le cadre légal actuel, on en peut appeler cela « euthanasie », mais "fin de vie sans demande", selon la KNMG.
L'argument utilisé fait référence à l'article 40 du Code pénal, selon lequel on ne peut condamner celui qui agit dans un cas de force majeure. Dans le cas présent, la force majeure résiderait dans l'état d'urgence : empêcher la souffrance insupportable. Selon la KNMG, ce dernier ne peut être atteint dans certains cas qu'en mettant fin à la vie de l'enfant.
Un nouveau seuil de la discussion s'ouvre donc aux Pays-Bas puisque c'est à présent pour les enfants de moins de 12 ans que se pose la question de la dépénalisation. Cette évolution et développement de la "pente glissante" a été facilité par le changement de la loi en Belgique février dernier, puisque la loi belge dépénalisant l'euthanasie pour les enfants ne fixe aucune limite d'âge pour ceux-ci.

*Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst

Articles source: Volkskrant et Artsennet.nl

 

 


Articles similaires

Québec : premier Rapport de la Commission sur les soins de fin de vie (euthanasie)

Québec : premier Rapport de la Commission sur les soins de fin de vie (euthanasie)

- Euthanasie et suicide assisté

La Commission sur les soins de fin de vie (CSFV), chargée de surveiller l'application de la loi sur l'euthanasie au Québec, a publié son premier rapport annuel d'activités dans lequel elle fait état de 262 « Aide médicale à mourir » (euthanasies) pour la période s'étendant du 10 décembre 2015 au 30 août 2016.

Alors que plusieurs cas sont encore en examen, la Commission mentionne en avoir examiné 198, parmi lesquels 21 se sont avérés problématiques : 18 cas concernant l'indépendance du second ...

Lire la suite

« Nous ne sommes pas des euthanasieurs » affirment des anesthésistes italiens.

« Nous ne sommes pas des euthanasieurs » affirment des anesthésistes italiens.

- Euthanasie et suicide assisté

Tout est né des déclarations choc d'un médecin anesthésiste de l'université de Cagliari et de La Sapienza à Rome, âgé de 87 ans, qui affirme dans une interview à un quotidien sarde avoir aidé à mourir des centaines de personnes gravement malades en allant « un peu au-delà » dans l'anesthésie des patients.
Cette façon d'agir de la part des médecins anesthésistes, avec le consentement plus ou moins explicite des patients ou de leur famille, n'est pas une euthanasie, affirme le Dr Saba, mais une ...

Lire la suite

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

- Euthanasie et suicide assisté

België kreeg tien jaar geleden zijn grensverleggende euthanasiewet. Welke balans valt er te maken? 'Het nieuwe sterven' was de titel van een studiedag die Zorgnet Vlaanderen en de KU Leuven organiseerden op 9 februari.
Dr Marc Desmet heeft het over een 'licht hellend vlak'. "Wat je ziet, is een verschuiving althans in het debat, niet zozeer in de feiten - van euthanasie bij patiënten in de terminale fase naar vormen van hulp bij zelfdoding en euthanasie bij wilsonbekwamen. Volgens de wet g...

Lire la suite