Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Dans une longue interview parue dans le Journal du médecin du 17 février 2012, le Dr Lossignol, coordinateur du forum francophone EOL (End Of Life) et chef du service des soins supportifs à l'Institut Bordet, membre de l'ADMD (Association du droit de mourir dans la dignité) exprime ses réticences quant au bien-fondé d'un élargissement de la loi votée en 2002.
Le Dr Lossignol estime qu'il faut d'abord s'assurer que le monde médical connaît bien le cadre légal actuel, ce qui n'est pas encore le cas selon lui. « Je pense en effet qu'il faut d'abord penser à mieux former et informer les médecins (à la pratique de l'euthanasie) avant de songer à élargir le cadre légal, à construire des cliniques de l'euthanasie, car ces dernières auraient pour effet de déresponsabiliser certains médecins et d'en stigmatiser d'autres ». (...) « Enfin, il faut aussi se méfier d'un effet pervers que pourrait comporter un élargissement de la loi, qui imposerait de nouveaux critères, de les multiplier et de rendre probablement dans certains cas la loi inapplicable cliniquement parce que ces critères deviennent trop complexes. La loi en tant que telle, comme elle existe aujourd'hui, est déjà très bien construite. Elle répond à la grande majorité des cas et chacun d'eux est dûment réévalué par la commission fédérale de contrôle et d'évaluation », analyse Dominique Lossignol.
Avis qui n'est pas partagé par d'autres médecins, tel le Dr Philippe Maassen, s'exprimant dans « Tempo Médical » de décembre 2011, et  qui défend le « droit » à l'euthanasie « pour les personnes se sachant atteintes de démence, les mineurs « capables de discernement » mais aussi des personnes souffrant de façon intolérable et inapaisable, et qui en raison de leur trop jeune âge ou de leur handicap mental, ne peuvent exprimer leur demande d'euthanasie avec le discernement voulu. »
 Le concept d' « état de nécessité » est aujourd'hui avancé par certains et notamment par le Dr Englert : « Quand il s'agit de nouveau-nés ou de tout jeunes enfants incapables de formuler cette demande, l'arrêt actif de la vie n'est pas une euthanasie mais un acte qui résulte du constat qu'on se trouve devant un état de nécessité, comme les arrêts actifs de vie d'adultes inconscients n'ayant pas rédigé de demande anticipée d'euthanasie.» (site de l'ADMD)


Articles similaires

Euthanasie : Tempo omhoog of debat verdrinkt

Euthanasie : Tempo omhoog of debat verdrinkt

- Euthanasie et suicide assisté

De Senaat voorziet nog acht hoorzittingen omtrent euthanasie, telkens om de twee weken. Euthanasie voor minderjarigen komt op 6 maart nog aan bod, daarna is het de beurt aan het volgende 'blok': euthanasie voor dementerenden.
Pas daarna volgt de parlementaire behandeling, maar Guy Swennen (SP.A) wil de timing vervroegen. 'Zodra er een thema is afgewerkt, zouden we al aan de behandeling kunnen beginnen, terwijl de hoorzittingen doorlopen. Euthanasie voor minderjarigen stevent af op een...

Lire la suite

L’ADMD propose l’euthanasie des “personnes souffrant d’un handicap mental profond.”

L’ADMD propose l’euthanasie des “personnes souffrant d’un handicap mental profond.”

- Euthanasie et suicide assisté

L'Association pour le Droit pour Mourir dans la Dignité (ADMD), une association qui promeut la pratique de l'euthanasie, encourage les responsables politiques à rouvrir le débat pour un élargissement de la loi dépénalisant l'euthanasie. Elle plaide entre autres pour l'euthanasie de    «  personnes souffrant d'un handicap mental profond  ».

Source: Bulletin de l'ADMD, septembre 2012, P. 15.

Lire la suite

Sur le point d'être euthanasié, un patient psychiatrique guérit grâce à un deuxième médecin

Sur le point d'être euthanasié, un patient psychiatrique guérit grâce à un deuxième médecin

- Euthanasie et suicide assisté

C'est pour la première fois en début de l'année 2019, que le psychiatre Albert Batalla se voit sollicité pour donner un second avis dans le cadre d'une demande d'euthanasie. Le dossier médical qu'il reçoit indique que le patient souffre d'hallucinations psychotiques : cela fait 8 ans qu'il entend perpétuellement des chansons de Saint-Nicolas. Les traitements mis en oeuvre jusqu'ici n'ont produit aucune amélioration, à tel point que le patient demande l'euthanasie pour s'en délivrer.

Pour cela...

Lire la suite