Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 05/06/2015

Au motif qu'il lui restait peu de temps à vivre, Madame Seals, âgée de 42 ans et atteinte d'une tumeur au cerveau, souhaitait choisir elle-même le moment de sa mort et avait demandé à son médecin de l'aider à mourir, soit par euthanasie directe, soit par suicide assisté. Consentant, le médecin avait décidé, pour toute sécurité, de saisir la justice afin de s'assurer de la légalité de cette action, l'euthanasie et le suicide assisté n'étant pas dépénalisés en Nouvelle Zélande.

Ce vendredi 5 juin 2015, la Haute Cour de Nouvelle Zélande a rendu un arrêt rappelant l'illégalité de telles démarches. La Cour a ainsi statué que les dispositions relatives au meurtre et à l'homicide inscrites dans la loi pénale néozélandaise ne contrevenaient pas aux dispositions de la New Zealand Bill of Rights Act relatives au droit à la vie et au droit de ne pas subir de traitements dégradants, dispositions sur lesquelles s'appuyait la requête. La Cour en a conclu qu'en pratiquant l'euthanasie ou en fournissant des substances létales à sa patiente, le médecin s'exposerait à des poursuites pour meutre ou homicide.

Madame Seales est décédée de mort naturelle, quelques heures après que la décision de la Cour ait été portée à la connaissance de sa famille.

Arrêt : ICI.


Articles similaires

Pays-Bas : euthanasie des patients souffrants d’une maladie psychiatrique

Pays-Bas : euthanasie des patients souffrants d’une maladie psychiatrique

- Euthanasie et suicide assisté

Comme signalé dans la Factsheet KNMG (1) de février 2014, les demandes d'euthanasie pour des patients psychiatriques sont en augmentation aux Pays-Bas  (2% en 2012). L'euthanasie des patients psychiatriques y est autorisée par la loi. Selon l'arrêt Chabot (1994),  ce n'est pas l'origine de la souffrance qui qualifie la souffrance mais l'insoutenabilité de celle-ci. Ce même arrêt  affirme également que le patient psychiatrique dispose d'une volonté libre et autonome.
La KNMG, la NVvP (2) et la ...

Lire la suite

Euthanasie des enfants :  sévérité de la déclaration de parlementaires du Conseil de l'Europe

Euthanasie des enfants : sévérité de la déclaration de parlementaires du Conseil de l'Europe

- Euthanasie et suicide assisté

61 membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe émanant de plusieurs pays et partis politiques, dont les socialistes, ont signé une "déclaration écrite" relative au projet de loi qui dépénaliserait l'euthanasie des enfants en Belgique.

Les signataires affirment que la Belgique se trompe lourdement en pensant « que les enfants sont capables de donner leur consentement éclairé à l'euthanasie et qu'ils peuvent comprendre la signification grave et les conséquences d'une telle décis...

Lire la suite

Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

KNMG (Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst) , l'association des médecins néerlandais, a exprimé le refus général de ceux-ci de pratiquer l'euthanasie sur des personnes déjà démentes, faute de savoir si au moment de l'acte ces patients souffrent réellement de manière intolérable.
« Porter un jugement sur une demande d'euthanasie ou d'aide au suicide émanant d'un patient en voie de devenir dément exige du médecin de faire une évaluation très complexe. Le process...

Lire la suite