Nouvelle-Zélande : la dépénalisation de l’euthanasie confirmée par référendum

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 11/11/2020

Auteur / Source : electionresults.govt.nz

A l'occasion des élections du 17 octobre dernier, les Néo-Zélandais étaient amenés à se prononcer sur l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie votée par le Parlement un an plus tôt. Cette dépénalisation de l'euthanasie a recueilli 65 % des suffrages, comme il ressort des résultats définitifs parus le 6 novembre.

 

Cette loi, intitulée ‘End of Life Choice Act' (loi sur le choix de fin de vie), entrera ainsi en vigueur le 6 novembre 2021. Les détails de sa mise en oeuvre seront déterminés par la commission établie à cette fin par le Ministre de la Santé. Intitulée SCENZ (Support and Consultation for End of Life in New Zealand), cette commission s'inspire de celles mises sur pied dans les pays ayant déjà dépénalisé l'euthanasie, à l'instar des Pays-Bas, de la Belgique et du Canada, censées contrôler la légalité de chaque euthanasie déclarée et évaluer périodiquement la loi en la matière.

 

Vers un assouplissement de la loi à brève échéance ?

Telle que votée en 2019 et confirmée par le référendum d'octobre dernier, la loi dépénalise l'euthanasie pour les personnes en maladie terminale ayant « probablement » moins de six mois à vivre, et dont les « souffrances insupportables ne peuvent être soulagées d'une manière que la personne estime tolérable ». Dans le cas où le déclin des capacités physiques de la personne est jugé irréversible, celle-ci peut demander que lui soit administrée une dose létale, ou se l'administrer elle-même (suicide assisté), afin de précipiter sa mort.

Selon Renée Joubert, responsable de l'organisation Euthanasia-Free New Zealand, il faut toutefois garder à l'esprit que la proposition de loi initiale prévoyait l'accès à l'euthanasie pour les personnes malades qui ne sont pas en fin de vie, mais se trouvant dans une « situation médicale grave et irrémédiable ». A ses yeux, une telle extension pourrait être rapidement rediscutée par le Parlement, en particulier à l'occasion de la première évaluation de la loi, trois ans après son entrée en vigueur. Ce scénario d'une rapide « pente glissante » (voy. l'article du New Zealand Medical Journal en ce sens) est d'autant plus probable qu'il correspond à l'assouplissement de la loi tel que rencontré dans chacun des pays ayant à ce jour dépénalisé l'euthanasie.

 

Large opposition des médecins

Le ‘oui' exprimé par la majorité de la population néo-zélandaise contraste quoi qu'il en soit avec les réticences importantes exprimées par les médecins du pays à l'égard de cette loi. Plus de 1800 médecins ont ainsi signé la pétition ‘Doctors Say No' (voy. Bulletin IEB), exprimant leur refus de participer à l'administration volontaire de la mort à leurs patients. Un sondage publié en 2017 indiquait déjà que 58 % des médecins néo-zélandais étaient opposés à l'euthanasie. Des 37 % alors considérés comme favorables à une telle légalisation, il semble d'ailleurs que d'aucuns n'avaient pas connaissance de certaines distinctions, telles que la différence entre sédation palliative terminale et euthanasie.

 

Enfin, rappelons que la loi prévoit une clause de conscience permettant à chaque médecin de refuser d'être impliqué dans une euthanasie. Quant à l'exclusion générale de la pratique de l'euthanasie au sein d'un établissement de santé, un jugement déclaratoire prononcé par la Haute Cour de Nouvelle-Zélande en juin 2020 avait confirmé la légitimité d'une telle exclusion de l'euthanasie fondée sur l'éthique de l'institution (voy. Bulletin IEB). Cette possibilité devra néanmoins être formalisée par la commission SCENZ d'ici l'entrée en vigueur de la loi.

 

Crédits photo : Herald Network Graphic


Articles similaires

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

- Euthanasie et suicide assisté

Catherine Fonck (cdH) a posé une question à Madame Laurette Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. La ministre cdH s'inquiétait d'avoir appris par voie de presse qu'une euthanasie aurait été pratiquée sur une personne qui souffrait d'anorexie. Elle s'étonnait car l'anorexie n'est pas une maladie incurable, et la situation médicale de cette personne n'était donc pas sans issue. Madame Onkelinx a répondu qu'elle ne disposait que des données communiquées dans les rappor...

Lire la suite

Euthanasie :  Champagne ! Que dira la Commission de contrôle ?

Euthanasie : Champagne ! Que dira la Commission de contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

Emiel Pauwels, un athlète de 95 ans, a été euthanasié ce mardi après avoir sablé le champagne avec ses proches et amis. La presse a largement couvert l'événement de cette mort à la demande, soulignant l'élément festif de ce moment décisif.
L'athlète avait reçu il y a deux mois le diagnostic d'un cancer de l'estomac et des intestins, apprend-on. Cet homme ne donnait toutefois pas l'impression d'être en proie à des souffrances insupportables et inapaisables, selon les termes de la loi. Il a d'ai...

Lire la suite

François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

- Euthanasie et suicide assisté

François (89 ans) et Anne (86 ans) demandent à être euthanasiés ensemble. Non, ils ne souffrent pas. Oui, ils ont différents maux dus à la vieillesse. « Ma femme et moi sommes vieux. De jour en jour notre santé se détériore et notre qualité de vie diminue. Il n'y aura plus d'amélioration possible. » Et François de s'exclamer : « Nous avons eu une belle vie, donnez-nous une belle mort. Car en fait, à notre âge, qu'est-ce que la vie peut encore nous offrir ?»
En fait, François et Anne expliquent...

Lire la suite