Nouveau rapport de la Commission d’évaluation euthanasie 2012

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 30/08/2012

La Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de la loi sur l'euthanasie vient de publier son cinquième rapport aux chambres législatives. Ce rapport concerne les documents d'enregistrement des euthanasies pratiquées entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2011 examinés par la Commission. La Commission rappelle, comme elle l'a déjà fait dans ses précédents rapports qu'elle « n'a pas la possibilité d'évaluer la proportion d'euthanasies déclarées par rapport au nombre d'euthanasies réellement pratiquées ».

Sur la base de ce que les médecins ont bien voulu déclarer à la Commission,  2.086 euthanasies auraient été pratiquées au cours de ces 2 dernières années.

Évolution du nombre d'euthanasies déclarées :

2003

235

2008

704

2004

349

2009

822

2005

393

2010

953

2006

429

2011

1.133

2007

495

   

Le nombre d'euthanasies déclarées ne cesse de croître. Ainsi, il progresse de 61% entre 2008 et 2011.
Confirmant la tendance des années précédentes, 82% des déclarations sont rédigées en néerlandais et 18% en français. Si l'on totalise le nombre d'euthanasies déclarées depuis la dépénalisation de 2002, on arrive au chiffre de 5.537.
Il faut souligner la nette augmentation des euthanasies pratiquées lorsque la mort du patient n'est pas prévue à brève échéance (doublement en 4 ans) ainsi que le nombre d'euthanasies pour des affections neuropsychiques. Pour l'année 2011, il y eut 50 personnes souffrant d'affections neuropsychiques qui furent euthanasiées soit 4% des euthanasies.

L'intervention d'un médecin formé en soins palliatifs est très largement négligée. En effet, seulement 10 % des médecins font appel à leurs confrères formés en soins palliatifs comme consultants.

Au cours de ces deux dernières années, 49 personnes inconscientes ont été euthanasiées, sur la base d'une déclaration anticipée.

On relève la nette augmentation d'euthanasies pratiquées en maison de repos et/ou de soin (près du double de 2008 à 2011).
Dans ses recommandations, la Commission d'évaluation estime que "le cursus des études médicales devrait comporter une formation préparant les futurs médecins à affronter les problèmes que pose la gestion de la fin de vie, y compris la pratique des soins palliatifs et la mise en oeuvre correcte d'une euthanasie."

Rapport euthanasie 2012

Verslag in het Nederlands HIER


Articles similaires

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

- Euthanasie et suicide assisté

Een 45-jarige verpleegkundige moet zich niet voor een assisenjury verantwoorden voor de moordpoging op haar zwaar dementerende moeder Yvette. Twee jaar geleden mengde ze slaappillen in haar pudding 'om haar lijden te beperken'. De bejaarde vrouw ontsnapte op het nippertje aan de dood.  Het Brugse parket toont zich nu inschikkelijk en besluit de dochter niet te vervolgen wegens poging tot oudermoord. (Bron: De standaard 16/06/2013)
Professor in de palliatieve geneeskunde Wim Distelmans ...

Lire la suite

Belgique : 10 ans d’euthanasie : un heureux anniversaire ?

Belgique : 10 ans d’euthanasie : un heureux anniversaire ?

- Euthanasie et suicide assisté

Plus de 70 professeurs d'université et médecins signent une "Carte Blanche" diffusée dans la presse.

 

"L'autorisation légale de l'euthanasie a quant à elle un impact sur le tissu social et sur notre conception  sociétale de la médecine. Elle transgresse un interdit fondateur et affecte en cela même les bases de notre démocratie, en délimitant une classe de citoyens à qui on peut donner la mort avec l'aval de la société. Dès lors qu'elle revêt une indéniable dimension sociopolitique, l'eutha...

Lire la suite

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'article 4 de la loi du du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipée une déclaration, pour l'éventualité où elle se trouverait dans un état ne lui permettant plus de manifester clairement sa volonté, par exemple lors d'un coma irréversible. 
Depuis septembre 2008, plus de 40.000 Belges ont fait enregistrer une déclaration anticipée auprès de leur commune. D'autres citoyens semblent avoir été euthanasiés sur base de cette déclaration ant...

Lire la suite