Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 22/06/2018

Nouveau Dossier  !

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille depuis lors sur une proposition d'extension de la loi euthanasie, qui « n'inclura pas les personnes souffrant de dépression, de solitude ou d'un état de dépendance », précise-t-il.

Pour apprécier la justesse de sa proposition, il convient de cerner ce que recouvre le concept de « fatigue de vivre » et de se demander s'il est réellement possible d'en exclure les causes de dépression, de solitude ou de dépendance, comme le suggère Jean-Jacques De Gucht. A ce jour, aucune statistique fiable ne permet par ailleurs de mesurer l'ampleur du phénomène.

Dans son Avis n° 73 sur « l'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques », le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) aborde la problématique de la fatigue de vivre de nos aînés du point de vue éthique.

 

Ce nouveau dossier de l'IEB tentera de retracer l'essentiel de la réflexion critique émise par divers acteurs politiques et de terrain, néerlandais et belges, qui ont inspiré le Comité Consultatif dans sa réflexion, afin de mieux comprendre les raisons qui l'ont poussé à encourager prudence et retenue sur la question.

 

 La « fatigue de vivre » peut-elle constituer à elle seule une affection médicale inapaisable qui, causant une souffrance insupportable, justifie l'euthanasie de la personne ?

 

Le Dossier est ICI


Articles similaires

Belgique : en soins intensifs, précipiter la mort sur base d’un consentement présumé ?

Belgique : en soins intensifs, précipiter la mort sur base d’un consentement présumé ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Professeur Jean-Louis Vincent, chef de service des soins intensifs au CHU Erasme de Bruxelles, affirme dans plusieurs articles parus dans la presse qu'il y a une demande de certains médecins spécialisés en soins intensifs de pouvoir bénéficier d'une protection juridique pour précipiter la mort des patients qui n'en auraient pas expressément formulé la demande (pas de déclaration anticipée) et qui seraient inconscients, et ce même en l'absence de tout inconfort. Il conviendrait, estime le Pr...

Lire la suite

Euthanasie : plainte contre la Belgique devant la CEDH

Euthanasie : plainte contre la Belgique devant la CEDH

- Euthanasie et suicide assisté

L'Alliance Defending Freedom (ADF) vient d'annoncer le dépôt d'une requête dirigée contre la Belgique devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme par Tom MORTIER, dont la mère est décédée suite à une euthanasie pratiquée par le Docteur DISTELMANS, au motif que cette patiente souffrait d'une « dépression incurable ». Son fils n'en fut avisé que le lendemain du décès au terme d'une conversation téléphonique reçue de la part de l'hôpital.
Monsieur MORTIER se plaint de la violation des article...

Lire la suite

Encore une démission par protestation contre l’euthanasie de personnes démentes

Encore une démission par protestation contre l’euthanasie de personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Rappelant l'épisode de la démission d'un membre de la Commission Fédérale de Contrôle et d' Evaluationde l'euthanasie en Belgique, c'est maintenant aux Pays-Bas qu'un expert démissionne.

L'éthicienne Berna van Baarsen a remis sa démission en guise de protestation à la Commission de contrôle de l'euthanasie (RTE) « Noord-Holland ».

Elle estime ne plus pouvoir accepter sans objecter le fait que les RTE approuvent des euthanasies de personnes démentes.

Les RTE néerlandaises ont eu à juger de 1...

Lire la suite