Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 22/06/2018

Nouveau Dossier  !

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille depuis lors sur une proposition d'extension de la loi euthanasie, qui « n'inclura pas les personnes souffrant de dépression, de solitude ou d'un état de dépendance », précise-t-il.

Pour apprécier la justesse de sa proposition, il convient de cerner ce que recouvre le concept de « fatigue de vivre » et de se demander s'il est réellement possible d'en exclure les causes de dépression, de solitude ou de dépendance, comme le suggère Jean-Jacques De Gucht. A ce jour, aucune statistique fiable ne permet par ailleurs de mesurer l'ampleur du phénomène.

Dans son Avis n° 73 sur « l'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques », le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) aborde la problématique de la fatigue de vivre de nos aînés du point de vue éthique.

 

Ce nouveau dossier de l'IEB tentera de retracer l'essentiel de la réflexion critique émise par divers acteurs politiques et de terrain, néerlandais et belges, qui ont inspiré le Comité Consultatif dans sa réflexion, afin de mieux comprendre les raisons qui l'ont poussé à encourager prudence et retenue sur la question.

 

 La « fatigue de vivre » peut-elle constituer à elle seule une affection médicale inapaisable qui, causant une souffrance insupportable, justifie l'euthanasie de la personne ?

 

Le Dossier est ICI


Articles similaires

Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Entièreté de l'opinion du Dr. Chabot : ICI

 

 

A la suite de la publication du troisième Rapport quinquennal d'évaluation de la loi Euthanasie aux Pays-Bas, dans lequel des experts se félicitent de la bonne application de la loi, le psychiatre Boudewijn Chabot dénonce quant à lui, le fait que cette loi ait été vidée de son sens et n'assure plus la protection des personnes souffrant de démence ou de troubles psychiatriques, qui sont de plus en plus nombreuses et pour lesquelles de plus en pl...

Lire la suite

Canada : mises en garde sur l’extension de la loi euthanasie

Canada : mises en garde sur l’extension de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

A peine deux ans et demi après la légalisation de l'euthanasie, le Canada envisage déjà d'en élargir l'accès aux mineurs dits « matures », aux personnes atteintes de troubles mentaux, et d'autoriser les demandes anticipées d'euthanasie. Trois rapports du Conseil des Académies Canadiennes (CAC), un organisme de conseil du gouvernement, viennent d'être publiés et pointent les éléments en faveur et en défaveur de ces éventuels élargissements. Les experts se sont montrés fortement divisés sur ces ...

Lire la suite

Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

- Euthanasie et suicide assisté

Les infirmières en pédiatrie en Belgique veulent elles vraiment pouvoir euthanasier des enfants atteints de maladies incurables ? Un article récent paru dans « The American Journal of Critical Care » semble le suggérer. Cet article a été rédigé suite à une enquête * réalisée auprès de 141 infirmières. 

L'euthanasie des enfants est illégale en Belgique, tandis que l'euthanasie des adultes est autorisée à certaines conditions et doit être réalisée par un médecin. L'enquête établit « qu'une majo...

Lire la suite