New Report : Does euthanasia distort palliative care practice in Belgium?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 02/12/2015

The purpose of this new Report published by the European Institute of Bioethics is to describe the Belgian model of "end of life care" that, since 2002, has aimed at developing "palliative care for all", while nonetheless authorizing the practice of euthanasia under certain conditions.
The thirteen years since the passage of this decree have culminated in a clash between two opinions:
* one affirms that the decriminalization of euthanasia has truly enabled the development of continuous, palliative care;
* the other, conversely, stresses that making euthanasia commonplace is cannibalizing, and, little by little, distorting the concept of palliative care, which, in principle, focuses on support until death, but without triggering it.
 Today, so many foreign countries, are currently debating the future of palliative care in the context of aging populations, many people are watching the "Belgian laboratory" closely.
The European Federation of Palliative Care, just published a White Paper, which reaffirms that euthanasie must not be part of the palliative care practice. So why does Belgium act differently?

Does this create a confusion for confronted patients, care providers, and institutions with delicate new ethical issues?
Can we allow different institutional practices? In face of the ever more common place practice and social acceptance of
euthanasia, does this model not inevitably pressure physicians, patients and society at large to prescribe "an efficient end of life"?

Report in English or in French


Articles similaires

Pays-Bas : des pharmaciens refusent de fournir les produits euthanasiants aux médecins.

Pays-Bas : des pharmaciens refusent de fournir les produits euthanasiants aux médecins.

- Euthanasie et suicide assisté

Un certain nombre de médecins appartenant à la Levenseindekliniek aux Pays-Bas (clinique de fin de vie) s'irritent du fait que des pharmaciens leur auraient déjà refusé la vente des produits servant à euthanasier un patient.
Certains pharmaciens l'ont fait par conviction, d'autres parce qu'ils estimaient ne pas être en accord avec certains actes d'euthanasie notamment chez des personnes atteintes de démence, ou qui exprimaient tout simplement leur « fatigue de vivre ». Il arrive également qu'u...

Lire la suite

Mortier vs Belgium : premier dossier d’une euthanasie belge à la CEDH

Mortier vs Belgium : premier dossier d’une euthanasie belge à la CEDH

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le rôle de l'Etat est aussi de protéger les personnes vulnérables, l'Etat belge aurait-il été négligent en ne réagissant pas à l'euthanasie d'une personne très fragilisée par 20 longues années de dépression ? Le cas est celui de Godelieve De Troyer, euthanasiée en 2012 par le Prof. Wim Distelmans, oncologue et président de la Commission d'évaluation de l'euthanasie. Après que ce médecin ait provoqué la mort de la patiente, l'hôpital avait contacté  son fils, Tom Mortier, lui apprenan...

Lire la suite

Deux fois plus de sédations palliatives à domicile aux Pays-Bas depuis 2010

Deux fois plus de sédations palliatives à domicile aux Pays-Bas depuis 2010

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, le nombre de personnes qui reçoivent une sédation palliative chez eux avant leur décès a augmenté de 50% sur les sept dernières années. La sédation palliative concernait ainsi 34.000 décès en 2017 selon la SPK (Fondation Pharmaceutique Statistiques à La Haye). L'âge moyen du décès pour cette catégorie de personnes était de 76 ans.

Ces chiffres sont basés sur le nombre de personnes à qui une pharmacie publique a délivré du Midalozam et/ou de la Levomepromazine, en vue d'une admin...

Lire la suite