Mobilisation dans 60 villes de France : « Soulager mais pas tuer »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - France

Publié le : 03/12/2014

Ce vendredi 28 novembre, le Collectif « Soulager mais pas tuer » a lancé une première campagne de mobilisation dans 60 villes françaises « contre l'euthanasie, sous toutes ses formes, et contre le suicide médicalement assisté ». Parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage a inspiré le film « Intouchables », ce collectif rassemble plusieurs associations dont Soigner dans la dignité, Convergence soignants soignés, Alliance Vita, l'Institut Européen de Bioéthique, 100% vivants ou encore le Comité Protestant évangélique pour la dignité humaine (CPDH).

A quelques jours de la présentation par les députés Alain Claeys et Jean Leonetti du rapport de la mission sur la fin de vie qui leur a été confiée, et alors que la pression s'accentue en France en vue d'une ouverture à l'aide active à mourir, le collectif lance un appel à un engagement sans compromission dans la voie de l'accompagnement des « personnes malades, dépendantes ou en fin de vie dans le respect de leur dignité ». Ses représentants s'inquiètent notamment d'une des propositions évoquées, très actuelle en Belgique également : celle de la sédation terminale. Autant « la sédation en phase terminale peut se révéler nécessaire et légitime, autant nous contestons toute pratique de sédation ayant pour objectif de provoquer la mort, notamment quand cette sédation est accompagnée d'un arrêt de l'alimentation et de l'hydratation, quand ce procédé est destiné à arrêter la vie ».

Ce nouveau collectif vient également de lancer une pétition pour « alerter les pouvoirs publics contre la menace de l'euthanasie cachée et manifester en France, un premier niveau de mobilisation d'alerte ».

La pétition en ligne : http://soulagermaispastuer.org/


Articles similaires

Euthanasie des mineurs  : souffrance physique et mort à brève échéance

Euthanasie des mineurs : souffrance physique et mort à brève échéance

- Euthanasie et suicide assisté

L'euthanasie pour les mineurs pourrait être votée en Commissions réunies Justice et Affaires sociales mercredi prochain.  Les quatre auteurs (MR, PS, Open VLD et SP.A) des propositions visant à étendre aux mineurs le bénéfice de la loi de 2002 dépénalisant l'euthanasie ont déposé plusieurs amendements à leur texte originel qui renforcent les conditions et permettraient à des enfants de demander à être euthanasiés. Dans leur texte réécrit, l'enfant devrait invoquer des souffrances physiques ina...

Lire la suite

"Je veux l'euthanasie" : pour Kelly, 23 ans et en souffrance psychique, c'est l'alternative au suicide

"Je veux l'euthanasie" : pour Kelly, 23 ans et en souffrance psychique, c'est l'alternative au suicide

- Euthanasie et suicide assisté

Cette jeune-femme belge, de Leuven, est en bonne santé physique mais n'arrive plus à supporter la souffrance psychique qui l'envahit. Diagnostiquée comme trouble de la personnalité limite ("borderline"), sa maladie agit comme "un couteau planté dans sa poitrine": "j'ai l'impression d'éclater en morceaux". Elle est décidée à en finir.

Au moment où se prépare le procès de trois médecins de Flandre pour le cas de Tine Nys, voilà que le Dailymail a identifié ce cas douloureux de Kelly et lui donn...

Lire la suite

France : prélèvement automatique d'organes sur une personne décédée ?

France : prélèvement automatique d'organes sur une personne décédée ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Qui n'a dit mot, est supposé avoir consenti » : tel est actuellement le principe (consentement présumé) qui régit le prélèvement d'organes sur une personne décédée en France. Le prélèvement d'organes est dès lors possible si la personne n'a pas explicitement manifesté son refus de son vivant. La pratique montre cependant que les proches sont toujours consultés, et qu'un prélèvement n'est jamais réalisé sans leur accord. 
Dans le cadre de la loi santé portée par la ministre Marisol Touraine, ...

Lire la suite