Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 02/11/2018

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement avec des patients du nord de la France en Belgique, pour accéder à leur demande d'euthanasie. Si certains membres du Comité ont estimé qu'il n'y avait aucun inconvénient éthique à cette pratique, d'autres ont néanmoins exprimé leur crainte que « l'acceptation occasionnellement donnée dans ces centres ouvre la porte à une pratique qui pourrait rapidement devenir une habitude », favorisant ainsi une sorte de tourisme euthanasique et de réseau organisé.

Le Comité a énuméré un ensemble « d'exigences de diligence raisonnable » dont les personnes et centres concernés devraient tenir compte avant d'accéder à une telle demande d'euthanasie en s'assurant que la loi sur l'euthanasie soit respectée : « quel est le contexte de la demande d'euthanasie ? Existe-t-il d'autres options ? Quel est l'entourage familial de la personne qui demande l'euthanasie ? Quel est l'encadrement infirmier»

Plusieurs membres se sont aussi montrés inquiets par rapport aux centres de court séjour ou aux maisons de repos et de soins où la mort serait provoquée, faisant remarquer que « le fait d'y envoyer un patient dans le seul but de pratiquer l'euthanasie ne correspond pas aux objectifs poursuivis par ces centres»

Enfin, tous les membres du Comité ont souligné l'importance de respecter la loi relative aux droits des patients et la loi relative aux soins palliatifs, se demandant si ces réglementations étaient suffisamment connues des médecins étrangers.

Pour rappel, le dernier rapport de la Commission euthanasie (années 2016-2017) mentionne 23 patients résidant à l'étranger qui ont été euthanasiés en Belgique. (Voir la Note de synthèse de l'IEB)

Source : avis par lettre du CCBB


Articles similaires

Belgique : euthanasie toujours plus loin

Belgique : euthanasie toujours plus loin

- Euthanasie et suicide assisté

A peine un an après la promulgation de la loi dépénalisant l'euthanasie des mineurs, s'exprime maintenant la volonté d'aller plus loin. Conférences, symposiums et articles de presse traduisent la volonté de certains médecins d'étendre le champ d'application de l'euthanasie aux personnes démentes (lien vers VUB-Gent) mais aussi aux nouveau-nés prématurés et/ou porteurs d'un handicap, et pour lesquels l'équipe médicale jugerait que la « qualité de vie » pose question. (Symposium International d'...

Lire la suite

Des médecins pédiatres se mobilisent par rapport à l’extension de la loi « euthanasie »

Des médecins pédiatres se mobilisent par rapport à l’extension de la loi « euthanasie »

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une opinion parue dans La Libre (24/04/2013), intitulée « Extension de l'euthanasie aux mineurs: une évidence ? » , les Dr Guy Dembour, Pr Christiane Vermylen, Pr Stéphan Clément de Cléty, Pr Ch. Debauche posent des questions essentielles.
Ils mettent en garde les hommes politiques qui souhaitent accélérer les débats, et affirment qu'en «empêchant ainsi toutes les opinions de s'exprimer, le risque est grand d'aboutir à un texte imprécis et ne posant pas de balises claires ».

Ces pédiatre...

Lire la suite

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

- Euthanasie et suicide assisté

Un collectif de 38 personnalités belges, dont la plupart sont psychiatres ou membres du corps médical, ont publié une carte blanche afin de manifester leur vive inquiétude face au nombre croissant de cas d'euthanasie de personnes souffrant de troubles psychiques (entre 50 et 60 cas pour les seules années 2013 et 2014). Cette carte blanche a été publiée par les journaux Le Soir et Het Laatste Nieuws. 

Partant du cas très médiatisé de Laura, 24 ans, autorisée à être euthanasiée pour dépression ...

Lire la suite