Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 02/11/2018

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement avec des patients du nord de la France en Belgique, pour accéder à leur demande d'euthanasie. Si certains membres du Comité ont estimé qu'il n'y avait aucun inconvénient éthique à cette pratique, d'autres ont néanmoins exprimé leur crainte que « l'acceptation occasionnellement donnée dans ces centres ouvre la porte à une pratique qui pourrait rapidement devenir une habitude », favorisant ainsi une sorte de tourisme euthanasique et de réseau organisé.

Le Comité a énuméré un ensemble « d'exigences de diligence raisonnable » dont les personnes et centres concernés devraient tenir compte avant d'accéder à une telle demande d'euthanasie en s'assurant que la loi sur l'euthanasie soit respectée : « quel est le contexte de la demande d'euthanasie ? Existe-t-il d'autres options ? Quel est l'entourage familial de la personne qui demande l'euthanasie ? Quel est l'encadrement infirmier»

Plusieurs membres se sont aussi montrés inquiets par rapport aux centres de court séjour ou aux maisons de repos et de soins où la mort serait provoquée, faisant remarquer que « le fait d'y envoyer un patient dans le seul but de pratiquer l'euthanasie ne correspond pas aux objectifs poursuivis par ces centres»

Enfin, tous les membres du Comité ont souligné l'importance de respecter la loi relative aux droits des patients et la loi relative aux soins palliatifs, se demandant si ces réglementations étaient suffisamment connues des médecins étrangers.

Pour rappel, le dernier rapport de la Commission euthanasie (années 2016-2017) mentionne 23 patients résidant à l'étranger qui ont été euthanasiés en Belgique. (Voir la Note de synthèse de l'IEB)

Source : avis par lettre du CCBB


Articles similaires

Les médecins et psychiatres traitants poussés à trancher eux-mêmes les demandes d’euthanasie

Les médecins et psychiatres traitants poussés à trancher eux-mêmes les demandes d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Une évaluation de la pratique d'euthanasies a montré que ces dernières années, les psychiatres aux Pays-Bas étaient de plus en plus réticents par rapport à l'euthanasie pour leurs patients ; en 1995, 53% considéraient comme impensable le fait d'aider leurs patients au suicide, contre 63% en 2016.

Une commission a été chargée de réviser la directive sur l'euthanasie des patients psychiatriques.  Elle a constaté que ces patients en demande d'euthanasie et confrontés à la réticence de leur médec...

Lire la suite

Belgique : des experts inquiets quant aux dérives et contrôle de l’euthanasie

Belgique : des experts inquiets quant aux dérives et contrôle de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que 80% des euthanasies pratiquées en Belgique le sont en Flandre, une quinzaine d'experts de l'UZGent, de la VUB (Bruxelles) et de la KULeuven ont publié récemment une opinion (traduction en français) suite à la parution du 7ème rapport de la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Sans remettre en cause l'euthanasie, ils commencent par exprimer leur regret qu'il ne soit plus permis, en Belgique, de poser des questions quant à sa pratique. Ils posent ensuite une série de...

Lire la suite

Belgique : euthanasié à 17 ans

Belgique : euthanasié à 17 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la première fois, suite à l'extension de la loi relative à l'euthanasie aux mineurs, un jeune a été euthanasié en Belgique. Il a dû exprimer sa volonté en ce sens, obtenir l'accord de ses parents, être jugé capable de discernement quant à la portée de ce geste et surtout être atteint d'une maladie incurable provoquant des souffrances inapaisables. De plus, son décès devait être prévisible à brève échéance. Telles sont les conditions inscrites dans la loi évoquée. Loi qui n'avait pas manqu...

Lire la suite