Les « raccourcis » de l’euthanasie aux Pays-Bas

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 06/06/2018

Le Président de l'association des médecins aux Pays-Bas (KNMG), René Héman s'adresse au Ministre Hugo de Jonge à propos d'un projet de note éthique relative à la fin de vie.
Tout d'abord, lorsqu'on parle du phénomène de « vie accomplie » tel que l'expriment les personnes âgées, il convient de ne pas se limiter à la seule question de la légalité de l'euthanasie dans ce cadre-là, estime René Héman. Il est plus important d'entendre l'appel à l'aide et au bien-être de ce groupe de personnes. Que vivent-elles ? D'où vient leur souffrance ? Et de là, il nous revient de voir comment les aider. (Voir Dossier "Vie accomplie")

S'appuyant sur le Rapport d'évaluation de la loi euthanasie, René Héman souligne aussi que les citoyens ont de fausses attentes en ce qui concerne la demande anticipée d'euthanasie. Ils croient par exemple, qu'il suffit de remplir ce papier en y mentionnant leur volonté d'être euthanasiés lorsqu'ils ne reconnaitront plus leurs enfants, pour que le médecin s'exécute. « Mais cela ne marche pas comme cela. (...) Une demande anticipée ne suffit pas pour que la situation corresponde au cadre légal. Il y a beaucoup d'autres conditions légales sérieuses qui doivent être remplies.»

Actuellement, et selon une approximation de la Fédération néerlandaise des patients, 21% des patients aurait rempli un tel formulaire.

René Héman aborde un dernier point dans sa communication au Ministre : il est urgent de parler des autres possibilités hormis celle de l'euthanasie. C'est le rôle des médecins d'aborder bien à temps ces questions avec leurs patients. « L'euthanasie n'est que le dernier recours quand les autres options ont été éliminées. Elle ne peut être exigée ; elle n'est pas un droit. Et d'ajouter : « Il y a d'autres façons de mourir tout à fait digne en dehors de toute euthanasie. J'espère que le Ministre le soulignera. »

Source : KNMG -
Pour aller plus loin : Fiche didactique : Qu'est-ce que la Déclaration anticipée en fin de vie ?


Articles similaires

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

- Euthanasie et suicide assisté

Catherine Fonck (cdH) a posé une question à Madame Laurette Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. La ministre cdH s'inquiétait d'avoir appris par voie de presse qu'une euthanasie aurait été pratiquée sur une personne qui souffrait d'anorexie. Elle s'étonnait car l'anorexie n'est pas une maladie incurable, et la situation médicale de cette personne n'était donc pas sans issue. Madame Onkelinx a répondu qu'elle ne disposait que des données communiquées dans les rappor...

Lire la suite

Clinique de la fin de vie ou clinique de l’euthanasie ?

Clinique de la fin de vie ou clinique de l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

Les déclarations à propos d'une clinique de l'euthanasie du Dr Distelmans ont provoqué, en janvier 2011, un tollé général. (Bulletin de l'IEB) On croyait le dossier enterré. Or voici que l'UZ Brussel (VUB) met sur pieds avec l'Academisch Medisch Centrum Wemmel une initiative pour  "encadrer" les patients terminaux ou incurables.
L'objectif de celle-ci serait d'instaurer une "consultation de seconde ligne"  (médecins et infirmières formés à la pratique de l'euthanasie) pour les patients souffra...

Lire la suite

Euthanasie simultanée d’un couple

Euthanasie simultanée d’un couple

- Euthanasie et suicide assisté

Un couple âgé du Brabant flamand (Meerbeek) a demandé et obtenu, en début de semaine, une double euthanasie. L'homme, âgé de 83 ans, souffrait d'un cancer en phase terminale. Son épouse, âgée de 78 ans, souffrait de divers maux liés à son âge, sous une forme assez aiguë. Il ne semblait pas envisageable pour elle de continuer de vivre sans son partenaire. Le médecin qui a pratiqué l'euthanasie s'inscrit donc en dehors du cadre légal puisque cette femme ne se trouvait pas en fin de vie.

Y a-t-i...

Lire la suite