Les psy se mobilisent par rapport à la loi euthanasie

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Un appel paru dans De Morgen relaie une lettre adressée à toute la profession médicale belge, pour demander une réévaluation de la loi euthanasie afin de lutter contre les dérives et les transgressions impunies de l'euthanasie pour souffrance psychique :

« Affiner les critères de souffrance psychique, faites évaluer chaque cas par une commission a priori, ou, de préférence, reconsidérez la loi euthanasie pour ne plus y inclure la seule souffrance psychique insupportable et incurable comme motif d'euthanasie, voilà ce qui serait véritablement porteur de vie »

demandent les 150 cliniciens qui l'ont déjà co-signée.

À l'initiative de cet appel à signatures se trouvent parmi d'autres Ariane Bazan, psychologue clinique et professeure à l'ULB, et An Haekens, médecin en chef du centre de soins « Alexianen » à Tirlemont.

« Les psychiatres et psychologues nous transmettent spontanément leur accord pour co-signer la lettre, commente Haekens, cela en dit long sur les prises de conscience par rapport à la situation actuelle, et la manière dont celle-ci est vécue. Le mécontentement est grand ».

« Chaque organisation qui se respecte doit se livrer à un moment à l'introspection son fonctionnement… Ici, il n'en serait apparemment pas question ».

Leur appel fait suite à la révélation du clash entre les médecins pro-euthanasie Distelmans et Thienpont, à propos de la pratique d'euthanasie pour souffrance psychique douteuse de Thienpont. Distelmans, opposé l'évaluation proposée, a réagi à cet appel : « Si les praticiens sont à ce point convaincus de malfaisances, qu'ils portent plainte ».

Les co-signataires de la lettre sont pour l'instant majoritairement néerlandophones.

Le psychanalyste Francis Martens, président de l'« APPPsy » (Fédération Nationale des Psychologues Praticiens d'orientation Psychanalytique), a pris la plume pour relayer cet appel dans le monde médical francophone.

Il demande à ce que les praticiens du monde « psy » partagent la lettre de Bazan (disponible en FR et NL), et rejoignent le mouvement en la signant, s'ils souhaitent, eux aussi, voir la loi euthanasie réévaluée.

Pour participer à la pétition (ICI),

 Source : De Morgen


 

 

 


Articles similaires

Euthanasie : position de la Ligue Alzheimer francophone

Euthanasie : position de la Ligue Alzheimer francophone

- Euthanasie et suicide assisté

Entendue comme experte par la Commission réunie Justice et Affaires sociales qui étudie les propositions relatives à l'extension de la loi « euthanasie » et notamment en vue de l'étendre aux personnes atteintes de démence, Sabine Henry, présidente de la Ligue Alzheimer, a indiqué que celle-ci jugeait prioritaire l'amélioration des conditions de vie des personnes démentes. Elle a également dit craindre qu'en ce qui les concerne, l'extension de la loi sur l'euthanasie risquait de freiner le déve...

Lire la suite

Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

- Euthanasie et suicide assisté

De Euthanasiewet voorziet dat de arts die de euthanasie uitvoert het advies moet inwinnen van een tweede arts. Het KB van 17 maart 2013 werkte voor de vergoeding van deze "tweede" arts een regeling uit. De vergoeding gebeurt echter niet rechtstreeks. De zogenaamde "tweede" artsen moeten toetreden tot een vereniging, die hen bepaalde voorwaarden oplegt. Vier artsen gingen hiertegen in beroep bij de Raad van State. Zij zijn van oordeel dat het KB discriminerend is voor artsen die niet wensen...

Lire la suite

Euthanasie : identité et impact des sondages

Euthanasie : identité et impact des sondages

- Euthanasie et suicide assisté

"Trois quarts des Belges favorables à l'euthanasie des mineurs (D'après un sondage publié par La Libre, près de trois quarts des Belges sont favorables à accorder l'euthanasie à des mineurs dans le coma qui ne sont plus en état de donner leur consentement, situation qui n'est pas soumise à l'examen parlementaire. Les Belges sont aussi favorables à quelque 80 % à autoriser l'euthanasie de personnes majeures souffrant de démence type Alzheimer ou de démence vasculaire grave qui les font tellemen...

Lire la suite