Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 16/09/2010

Les infirmières en pédiatrie en Belgique veulent elles vraiment pouvoir euthanasier des enfants atteints de maladies incurables ? Un article récent paru dans « The American Journal of Critical Care » semble le suggérer. Cet article a été rédigé suite à une enquête * réalisée auprès de 141 infirmières. 

L'euthanasie des enfants est illégale en Belgique, tandis que l'euthanasie des adultes est autorisée à certaines conditions et doit être réalisée par un médecin. L'enquête établit « qu'une majorité de ces infirmières sont en faveur d'une modification de la loi sur l'euthanasie qui rendrait possible l'euthanasie des enfants » et les infirmières souhaitent également être associées au processus de décision. Dans le cas contraire, les infirmières ressentiraient une « détresse morale » à devoir exécuter les instructions d'un tiers.  

Cependant, lorsque l'article est examiné avec plus d'attention, ses conclusions pourraient ne pas être justifiées. L'enquête établit que 85% des infirmières ont participé à une « décision relative à la fin de vie » au cours des deux dernières années. Mais dans la toute grande majorité de ces cas, il s'agissait uniquement de prendre la décision d'arrêter un traitement ou de soulager la douleur. Seules 19% des décisions étaient relatives à une euthanasie proprement dite et incluaient l'utilisation de médicaments ayant un effet létal. La distinction entre euthanasie et arrêt de soins ou soulagement de la douleur est -faut-il le rappeler - capitale.  

Toutefois, cette enquête alimente les craintes que des médecins et des infirmières euthanasient effectivement des enfants malades. Selon l'enquête, seules 6% des infirmières estiment qu'il est toujours éthiquement incorrect de hâter la mort d'un enfant par l'administration de substances létales. La majorité des infirmières (78%) déclarent être prêtes à coopérer à l'administration de ces substances dans certains cas.

Source: * http://ajcc.aacnjournals.org/cgi/content/full/18/2/160


Articles similaires

Belgique : toujours plus d'euthanasies : 1432 en 2012

Belgique : toujours plus d'euthanasies : 1432 en 2012

- Euthanasie et suicide assisté

En Belgique, selon la commission chargée de contrôler la pratique de l'euthanasie dans ce pays, il a été enregistré 1432 déclarations d'euthanasie pour l'année 2012. Ce qui représente une hausse de 25% par rapport aux 1133 cas enregistrés en 2011. Sur les 1432 cas, 81% étaient d'origine flamande soit 1156 cas, et 19% étaient francophones soit 276 cas.
 

Faut-il rétribuer le médecin qui donne un deuxième avis lorsqu'un patient demande à pouvoir bénéficier de l'euthanasie ?

A ce jour, ces méde...

Lire la suite

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une question parlementaire récente, la députée luxembourgeoise LSAP Claudia Dall'Agnol a interrogé la ministre de la santé sur la validité des déclarations anticipées d'euthanasie déposées au Luxembourg. En effet, la loi prévoit qu'une personne a la possibilité de consigner par écrit, dans des dispositions de fin de vie, les conditions dans lesquelles elle désire subir une euthanasie, lorsqu'elle est atteinte d'une affection accidentelle ou pathologique incurable et qu'elle se trouve dans...

Lire la suite

Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Entièreté de l'opinion du Dr. Chabot : ICI
A la suite de la publication du troisième Rapport quinquennal d'évaluation de la loi Euthanasie aux Pays-Bas, dans lequel des experts se félicitent de la bonne application de la loi, le psychiatre Boudewijn Chabot dénonce quant à lui, le fait que cette loi ait été vidée de son sens et n'assure plus la protection des personnes souffrant de démence ou de troubles psychiatriques, qui sont de plus en plus nombreuses et pour lesquelles de plus en plus de m...

Lire la suite