Le Portugal refuse l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 29/05/2018

Le législateur portugais a refusé ce mardi 29 mai 2018 de légaliser l'euthanasie et le suicide médicalement assisté. La proposition du parti socialiste, au pouvoir, a été rejetée avec 115 voix contre, 110 voix pour et quatre abstentions.

Le vote s'annonçait serré. Lors d'un sondage paru il y a quelques semaines, 89% des portugais sondés s'étaient prononcés en faveur du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement en cas de maladie grave, contre 7 % seulement en faveur de l'euthanasie.

Pourtant, les quatre partis de gauche (le Parti socialiste de centre gauche, le Bloc de la gauche radicale, le Parti vert et le Parti des peuples, des animaux et de la nature) semblaient déterminés à réaliser ce qu'ils appellent une « modernisation » du pays. Les propositions de loi ont fait suite à une pétition lancée en 2016 par des militants du droit à l'euthanasie qui avait, grâce à 8.000 signatures récoltées, poussé la controverse de l'euthanasie à l'ordre du jour politique.

En réponse, une pétition de la « Fédération portugaise pour la vie » avait la même année recueilli plus de 14.000 signatures et rappelé aux législateurs que la société et l'État ont le devoir de protéger toute vie humaine.

Les deux partis les mieux représentés au Parlement, le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) et le Parti socialiste, ont pour ce vote laissé la liberté de conscience à leurs membres. 

Plusieurs associations ont travaillé depuis deux ans à une conscientisation des citoyens et notamment "stop eutanasia", qui avait invité le Prof. Michel Ghins qui a pu intervenir lors de plusieurs conférences à Lisbonne et parler de ce qui se passe réellement en Belgique.


Articles similaires

Le Prof. Timoty Devos à l'UOPC le 11 octobre à 18h : présentation du livre "Euthanasie, l'envers du décor"

Le Prof. Timoty Devos à l'UOPC le 11 octobre à 18h : présentation du livre "Euthanasie, l'envers du décor"

- Euthanasie et suicide assisté

« C'est un ouvrage qui me redonne la force de combattre au côté des malades."  C.N., infirmière en oncologie.

« J'y allais d'abord avec des pieds de plomb parce que j'avais pleins de préjugés. (...) et puis, rien qu'en lisant la préface, j'ai compris que je me trompais et que j'allais peut-être devoir un peu ouvrir mon esprit. Je suis très heureuse de me rendre compte à quel point il y a beaucoup de sensibilité dans la façon dont vous avez abordé la question de la fin de vie et de l'euthanasi...

Lire la suite

Euthanasie des enfants : 38 pédiatres jugent la loi inutile et précipitée

Euthanasie des enfants : 38 pédiatres jugent la loi inutile et précipitée

- Euthanasie et suicide assisté

38 pédiatres ont signé une Opinion dans La Libre pour dénoncer le projet de loi.
"Est-il souhaitable d'étendre la loi sur l'euthanasie aux mineurs d'âge si un grand nombre de soignants expérimentés, qui, jour après jour, prennent soin d'enfants gravement malades et sont capables de soulager leur douleur, n'y voient aucune plus-value ? Cette lettre est un appel lancé par des pédiatres jouissant d'une pratique quotidienne, et non un pur exercice de réflexion en chambre !
Elle n'est pas une tenta...

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite