Le Parquet de Bruxelles classe sans suite les plaintes contre Wim Distelmans

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 05/02/2018

Le parquet de Bruxelles a classé sans suites deux plaintes qui visaient le docteur Wim Distelmans, le président néerlandophone de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Les deux plaignants ont chacun perdu leur mère dépressive à la suite d'une euthanasie pratiquée par le Dr Distelmans, et ils estiment que la loi n'a pas été respectée par celui-ci.

Tom Mortier a déposé sa plainte fin 2014. Sa mère souffrait de dépression chronique, ce qui n'est pas une maladie incurable selon lui. De plus, le Dr Distelmans n'a jamais pris contact avec la famille avant de procéder à l'euthanasie. Il a enfin demandé l'avis d'un médecin conseil et d'un psychiatre tous deux membres de l'ASBL « LEIF » (Levenseinde Informatieforum ») qu'il préside. M. Mortier conteste dès lors l'indépendance de ces deux avis

Le Dr Distelmans a rétorqué que la mère de Mortier souffrait de façon insupportable, qu'elle n'était plus soignée et lui avait demandé l'euthanasie à plusieurs reprises. Elle aurait demandé au médecin de ne pas faire part de son souhait à ses enfants, mais il aurait insisté pour qu'elle les avertisse. Tom Mortier confirme de son côté avoir reçu un mail de la part de sa mère. Le Dr Distelmans affirme par ailleurs que rien n'interdisait au médecin conseil d'être membre de la même association que lui. Deux autres psychiatres ont par ailleurs également été consultés.

Le parquet de Bruxelles a conclu qu'il n'existait aucune preuve démontrant avec certitude la violation de la loi, et a par conséquent classé la plainte de Tom Mortier sans suites.

Une deuxième plainte, déposée par Madame Margot Vandevenne, visait le Dr Distelmans pour des raisons similaires. Personne n'a prévenu la famille que la maman avait demandé l'euthanasie. Elle souffrait de dépression depuis un an, mais n'avait, à la connaissance de Margot, jamais été traitée pour cela. À nouveau, le Parquet a estimé qu'aucune preuve ne démontrait avec certitude la violation de la loi.

 Source : De Standaard


Articles similaires

Belgique : premier dossier d’euthanasie transmis au Parquet

Belgique : premier dossier d’euthanasie transmis au Parquet

- Euthanasie et suicide assisté

Après 13 ans d'exercice et plus de 8000 dossiers d'euthanasie traités, la Commission fédérale de contrôle de la loi relative à l'euthanasie a transmis ce mardi 27 octobre, pour la première fois, un dossier au Parquet.
Ce dossier concerne une assistance au suicide pratiquée le 22 juin dernier par le docteur Marc Van Hoey, président de l'association Recht op Waardig Sterven (RWS), association militante soeur de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).
Ce suicide assisté conc...

Lire la suite

L’euthanasie s’invite à la Marche pour la Vie de Bruxelles

L’euthanasie s’invite à la Marche pour la Vie de Bruxelles

- Euthanasie et suicide assisté

C'est une équipe renouvelée de jeunes dynamiques qui entraînera la Marche pour la Vie de Bruxelles le dimanche 24 mars à 14h30. Le thème mobilisateur du respect de la vie  va, cette année, au-delà du respect de la vie naissante puisque la Marche pour la Vie mobilisera aussi tous ceux qui s'opposent à l'élargissement de la loi euthanasie aux enfants et aux personnes démentes. Comme les années précédentes, le cortège partira du Mont des Arts (près de la Gare centrale).  Plus d'infos sur le site ...

Lire la suite

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une ...

Lire la suite