Le Parquet de Bruxelles classe sans suite les plaintes contre Wim Distelmans

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 05/02/2018

Le parquet de Bruxelles a classé sans suites deux plaintes qui visaient le docteur Wim Distelmans, le président néerlandophone de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Les deux plaignants ont chacun perdu leur mère dépressive à la suite d'une euthanasie pratiquée par le Dr Distelmans, et ils estiment que la loi n'a pas été respectée par celui-ci.

Tom Mortier a déposé sa plainte fin 2014. Sa mère souffrait de dépression chronique, ce qui n'est pas une maladie incurable selon lui. De plus, le Dr Distelmans n'a jamais pris contact avec la famille avant de procéder à l'euthanasie. Il a enfin demandé l'avis d'un médecin conseil et d'un psychiatre tous deux membres de l'ASBL « LEIF » (Levenseinde Informatieforum ») qu'il préside. M. Mortier conteste dès lors l'indépendance de ces deux avis

Le Dr Distelmans a rétorqué que la mère de Mortier souffrait de façon insupportable, qu'elle n'était plus soignée et lui avait demandé l'euthanasie à plusieurs reprises. Elle aurait demandé au médecin de ne pas faire part de son souhait à ses enfants, mais il aurait insisté pour qu'elle les avertisse. Tom Mortier confirme de son côté avoir reçu un mail de la part de sa mère. Le Dr Distelmans affirme par ailleurs que rien n'interdisait au médecin conseil d'être membre de la même association que lui. Deux autres psychiatres ont par ailleurs également été consultés.

Le parquet de Bruxelles a conclu qu'il n'existait aucune preuve démontrant avec certitude la violation de la loi, et a par conséquent classé la plainte de Tom Mortier sans suites.

Une deuxième plainte, déposée par Madame Margot Vandevenne, visait le Dr Distelmans pour des raisons similaires. Personne n'a prévenu la famille que la maman avait demandé l'euthanasie. Elle souffrait de dépression depuis un an, mais n'avait, à la connaissance de Margot, jamais été traitée pour cela. À nouveau, le Parquet a estimé qu'aucune preuve ne démontrait avec certitude la violation de la loi.

 Source : De Standaard


Articles similaires

Maîtriser la mort ? Soirée-événement à Bruxelles

- Euthanasie et suicide assisté

Du débat de société à la question intime : le jeudi 9 juin 2011 à 20h, à BRUXELLES, ILMH (Institut Libre Marie Haps), 14  rue d'Arlon (Place du Luxembourg).

Tournée 2011 de l'Institut Européen de Bioéthique (IEB) et de l'Alliance pour les Droits de la Vie (ADV). Avec le professeur Etienne MONTERO, le docteur Xavier MIRABEL et Tugdual DERVILLE. 

Témoignages - Expériences - Eclairages - Reportages .
Quelles réponses apporter aux souffrances de la fin de vie ? Peut-on préparer, accompagner ceux...

Lire la suite

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour européenne des droits de l'Homme à fait droit à la demande des parents du petit Charlie Gard, âgé de 10 mois et sévèrement atteint d'une affection mitochondriale, d'adopter des mesures provisoires pour préserver la vie de leur enfant et a enjoint à l'hôpital de fournir à Charlie « le traitement et les soins infirmiers indiqués afin de veiller à ce qu'il souffre le moins possible et à ce qu'il conserve toute sa dignité dans la logique, dans la mesure du possible, de son maintien en vie,...

Lire la suite

Mobilisation persistante contre la légalisation de l’euthanasie en Nouvelle-Zélande

Mobilisation persistante contre la légalisation de l’euthanasie en Nouvelle-Zélande

- Euthanasie et suicide assisté

Par le biais de courtes vidéos, 20 Nouveaux-Zélandais partagent leur handicap, présentent les soins palliatifs, les perspectives légales et médicales qui peuvent nourrir les conversations sur la question de l'euthanasie et appellent à réagir contre une nouvelle proposition de légaliser l'euthanasie dans leur pays. L'association Care Alliance (qui se mobilise depuis 2012 pour promouvoir de meilleurs soins et conversations en fin de vie) a récemment lancé cette campagne d'information 'Icare' poi...

Lire la suite