Le New Jersey : huitième Etat à légaliser le suicide assisté aux Etats-Unis

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 12/04/2019

L'Etat du New Jersey (Etats-Unis) est en passe d'adopter une loi légalisant le suicide assisté. Il rejoindra ainsi sept autres Etats (Californie, Colorado, Oregon, Vermont, Washington, Hawaii, Montana) et la ville de Washington D.C, qui ont légalisé le suicide assisté aux Etats-Unis.

La loi a déjà été adoptée par le Sénat et la Chambre des Représentants. C'est désormais au Gouverneur Phil Murphy de la signer pour qu'elle soit promulguée. Celui-ci s'est dit pressé de signer la loi, déclarant que « laisser aux résidents mourants et en phase terminale la dignité de prendre des décisions concernant leur fin de vie selon leur propre conscience est la bonne chose à faire. »

La loi prévoit la possibilité pour un patient majeur en phase terminale (pronostic vital engagé à moins de six mois), conscient et en possession de toutes ses capacités mentales, de demander qu'on lui prescrive une dose létale. Elle n'exige donc pas que la souffrance soit insupportable ni que la maladie soit incurable. Deux médecins sont requis pour attester qu'il reste moins de six mois à vivre au patient. Le patient devra faire sa demande trois fois, deux fois à l'oral puis une fois à l'écrit, la demande écrite devant se faire devant deux témoins dont au moins un n'est ni un membre de la famille, ni un bénéficiaire du testament, ni le médecin traitant.

Le projet de loi a fait réagir Diane Coleman, présidente de l'association « Not Dead Yet », un groupe de défense des droits des personnes âgées, malades ou porteuses de handicaps : « Il n'y a rien dans la loi qui protège les patients des erreurs médicales, de la contrainte exercée par les familles ou les compagnies d'assurance de mourir prématurément, et rien qui puisse empêcher les abus, y compris la possibilité qu'un héritier ou un soignant administre le traitement… Aucun témoin indépendant ou personnel médical n'est tenu d'être présent au moment du décès. »

La loi se calque sur le modèle de celle promulguée dans l'Etat de l'Oregon en 1997. Dans cet Etat, le nombre de demandes n'a fait que croître. 24 personnes avaient obtenu le suicide assisté en 1998, contre 249 en 2018.

Sources : Edition.cnn.com ; Eu.northjersey.com; Cbsnews.com; Nj.gov .


Articles similaires

Portugal : légaliser l'euthanasie en pleine crise sanitaire ?

Portugal : légaliser l'euthanasie en pleine crise sanitaire ?

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le pays fait face à une aggravation critique de sa situation sanitaire, le Parlement portugais s'apprête à envisager l'adoption finale d'une loi dépénalisant l'euthanasie.

Le texte en question, synthèse de plusieurs propositions des partis de gauche et du centre, est en discussion depuis près d'un an à l'Assemblée de la République (parlement monocaméral) du Portugal.

 

Opposition citoyenne

Le vote final sur ce texte intervient alors que le système portugais de soins de santé est ...

Lire la suite

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

L'Oregon fut le premier État américain à adopter en 1997, une loi sur l'aide au suicide. Dans les débats autour de la loi, le délai de 15 jours de réflexion était présenté comme un garde-fou essentiel pour garantir le caractère volontaire et réfléchi de la demande de suicide. 22 ans plus tard, il n'est plus question de cette balise pour les patients dont le pronostic vital ne dépasse pas 15 jours. En pratique, ces patients pourraient soumettre le même jour les deux demandes orales et la demand...

Lire la suite

Canada : projet de loi en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté

Canada : projet de loi en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Jeudi 14 avril 2016, le gouvernement canadien a déposé un projet de loi en faveur de l'euthanasie et du suicide assisté, regroupés sous l'euphémisme d' « aide médicale à mourir ». Le projet  vise à modifier le Code criminel en établissant « des exemptions à l'égard des infractions d'homicide coupable, d'aide au suicide et d'administration d'une substance délétère, dans le but de permettre aux médecins et aux infirmiers praticiens de fournir l'aide médicale à mourir et aux pharmaciens ainsi qu'...

Lire la suite