Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/03/2014

Le thérapeute consulté pour le deuxième avis en matière d'euthanasie peut désormais facturer 160 euros. L'INAMI a donné son autorisation pour une convention avec le consortium des asbl Leif (LevensEindeInformatieForum) et  EOL (End Of Life doctors). Le budget annuel prévu s'élève à 199.700 euros pour rémunérer le deuxième avis en matière d'euthanasie.
Le consortium "LEIF -EOL", qui a travaillé à cette convention et en est le seul candidat, devra mettre en place un comité médical où seront impliqués les fédérations de soins palliatifs et les syndicats médicaux. Le comité médical réalisera notamment des listes de médecins candidats à donner ce deuxième avis.
 A l'origine, le cabinet Onkelinx avait insisté sur le fait que seuls des médecins spécialement formés et retenus après sélection du consortium, entreraient en ligne de compte.
Certains avaient insisté sur le fait que les médecins palliatifs et les MG pouvaient eux aussi donner un deuxième avis.
Après discussion, il a été décidé que les médecins qui figureront sur cette liste pourront, dès le 1er avril 2014, recevoir 160 euros d'honoraires s'ils donnent un deuxième ou un troisième avis. Le nombre d'avis successifs de différents médecins auxquels on peut faire appel en cas d'avis négatif du précédent, n'a pas été spécifié.
Le budget sera-t-il suffisant si l'on sait qu'il y a eu l'année dernière 1432 déclarations d'euthanasies qui auraient nécessité plus de 229.000 euros ? Envisage-t-on une diminution du nombre d'euthanasies déclarées?
Source : Journal du Médecin, 20/03/2014


Articles similaires

Belgique : euthanasies récurrentes de malades psychiatriques

Belgique : euthanasies récurrentes de malades psychiatriques

- Euthanasie et suicide assisté

Tant en 2013 qu'en 2014, une cinquantaine de personnes ont été euthanasiées en Belgique pour des raisons psychiatriques. "Les patients maniaco-dépressifs sont, dans leur phase maniaque, capables des choses les plus improbables », a évoqué le professeur Distelmans. « Ils peuvent vider leur compte en banque, partir en week-end dans un hôtel cinq étoiles ou encore acheter plusieurs voitures en une seule journée. A ce moment-là, ils ne sont pas conscients de leurs actes. Lorsqu'arrive la phase dép...

Lire la suite

Une étude révèle les « échecs d’inconscience » au moment de l’euthanasie

Une étude révèle les « échecs d’inconscience » au moment de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Une étude récente montre qu'on ne meurt pas toujours sans expérimenter la souffrance, dans une euthanasie ou un suicide-assisté : dans une part non négligeable de cas, la personne n'est pas réellement inconsciente au moment de l'injection du relaxant musculaire.

Les auteurs, professeurs dans différentes universités du monde, relèvent trois méthodes généralement suivies en Europe et aux Etats-Unis dans le cadre d'un suicide-assisté, d'une euthanasie ou d'une peine capitale.

Selon les chercheu...

Lire la suite

La Cour d'appel de Londres maintient la législation sur l'euthanasie

La Cour d'appel de Londres maintient la législation sur l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour d'appel de Londres a maintenu la loi interdisant l'euthanasie. L'appel à l'origine de cette décision de justice émane de "deux hommes lourdement handicapés qui réclamaient que les médecins puissent les aider à mourir en tout légalité". Pour les plaignants, la législation ne respecte pas leur droit à la vie privée et familiale garanti par la Convention européenne des droits de l'homme: "on ne leur permettrait pas de choisir l'endroit et la manière de leur mort".
Tout en reconnaissant qu...

Lire la suite