Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/03/2014

Le thérapeute consulté pour le deuxième avis en matière d'euthanasie peut désormais facturer 160 euros. L'INAMI a donné son autorisation pour une convention avec le consortium des asbl Leif (LevensEindeInformatieForum) et  EOL (End Of Life doctors). Le budget annuel prévu s'élève à 199.700 euros pour rémunérer le deuxième avis en matière d'euthanasie.
Le consortium "LEIF -EOL", qui a travaillé à cette convention et en est le seul candidat, devra mettre en place un comité médical où seront impliqués les fédérations de soins palliatifs et les syndicats médicaux. Le comité médical réalisera notamment des listes de médecins candidats à donner ce deuxième avis.
 A l'origine, le cabinet Onkelinx avait insisté sur le fait que seuls des médecins spécialement formés et retenus après sélection du consortium, entreraient en ligne de compte.
Certains avaient insisté sur le fait que les médecins palliatifs et les MG pouvaient eux aussi donner un deuxième avis.
Après discussion, il a été décidé que les médecins qui figureront sur cette liste pourront, dès le 1er avril 2014, recevoir 160 euros d'honoraires s'ils donnent un deuxième ou un troisième avis. Le nombre d'avis successifs de différents médecins auxquels on peut faire appel en cas d'avis négatif du précédent, n'a pas été spécifié.
Le budget sera-t-il suffisant si l'on sait qu'il y a eu l'année dernière 1432 déclarations d'euthanasies qui auraient nécessité plus de 229.000 euros ? Envisage-t-on une diminution du nombre d'euthanasies déclarées?
Source : Journal du Médecin, 20/03/2014


Articles similaires

Euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda

Euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda

- Euthanasie et suicide assisté

Dr Eduard Verhagen, kinderarts van het UMC Groningen en de vader van het Groningen-protocol, zette euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda. In Nederland worden kinderen vanaf 12 jaar als wilsbekwaam geacht, in de euthanasiewetgeving, al is tot 16 jaar ook instemming van de ouders vereist.
Het KNMG* (artsenvereniging die 75% van de artsen vertegenwoordigd) liet via haar woordvoerder weten dat: "Als de arts met grote behoedzaamheid handelt, is levensbeëindiging door artsen bij ...

Lire la suite

Belgique : étude sur la pratique de l’euthanasie en Flandre

Belgique : étude sur la pratique de l’euthanasie en Flandre

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 15 mars, le New England Journal of Medicine a rendu publics les résultats d'une étude menée par deux universités belges sur les pratiques médicales en fin de vie, basée sur un questionnaire transmis à quelques 6188 médecins exerçant dans la partie néerlandophone de la Belgique et auquel plus de 3700 ont répondu.
Il en ressort une très nette augmentation des euthanasies pratiquées en Flandre entre 2007 et 2013, puisque le pourcentage des morts par euthanasie sur le total des décès en Flandre...

Lire la suite

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

- Euthanasie et suicide assisté

Malgré l'opposition de divers groupes et notamment de plus de 200 pédiatres belges, mais aussi de spécialistes des soins palliatifs au niveau international, la Chambre a approuvé par 88 voix pour, 44 contre et 12 abstentions le projet de loi qui étend aux mineurs la loi sur l'euthanasie. Le texte a reçu le soutien des socialistes, des libéraux, des écologistes et de la N-VA. Certains députés se sont toutefois désolidarisés de leur groupe.

Lire la suite