Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/03/2014

Le thérapeute consulté pour le deuxième avis en matière d'euthanasie peut désormais facturer 160 euros. L'INAMI a donné son autorisation pour une convention avec le consortium des asbl Leif (LevensEindeInformatieForum) et  EOL (End Of Life doctors). Le budget annuel prévu s'élève à 199.700 euros pour rémunérer le deuxième avis en matière d'euthanasie.
Le consortium "LEIF -EOL", qui a travaillé à cette convention et en est le seul candidat, devra mettre en place un comité médical où seront impliqués les fédérations de soins palliatifs et les syndicats médicaux. Le comité médical réalisera notamment des listes de médecins candidats à donner ce deuxième avis.
 A l'origine, le cabinet Onkelinx avait insisté sur le fait que seuls des médecins spécialement formés et retenus après sélection du consortium, entreraient en ligne de compte.
Certains avaient insisté sur le fait que les médecins palliatifs et les MG pouvaient eux aussi donner un deuxième avis.
Après discussion, il a été décidé que les médecins qui figureront sur cette liste pourront, dès le 1er avril 2014, recevoir 160 euros d'honoraires s'ils donnent un deuxième ou un troisième avis. Le nombre d'avis successifs de différents médecins auxquels on peut faire appel en cas d'avis négatif du précédent, n'a pas été spécifié.
Le budget sera-t-il suffisant si l'on sait qu'il y a eu l'année dernière 1432 déclarations d'euthanasies qui auraient nécessité plus de 229.000 euros ? Envisage-t-on une diminution du nombre d'euthanasies déclarées?
Source : Journal du Médecin, 20/03/2014


Articles similaires

Euthanasie des mineurs : vote au Sénat

Euthanasie des mineurs : vote au Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

Après avoir été votée par les commissions réunies des affaires sociales et de la justice du Sénat le 28 novembre 2013,  le Sénat Belge a adopté, à une large majorité, ce jeudi 12 décembre, la proposition de loi qui vise à étendre l'euthanasie aux mineurs dans le pays.
Par 50 voix contre 17, la proposition de loi a été adoptée par les socialistes et les libéraux membres de la majorité gouvernementale, et par les écologistes et les sénateurs du parti nationaliste flamand NV-A issus de l'oppositi...

Lire la suite

Un autre détenu belge demande à être euthanasié

Un autre détenu belge demande à être euthanasié

- Euthanasie et suicide assisté

Frank Van den Bleeken qui est interné sans espoir de sortie depuis trente ans dans une prison belge où il ne reçoit aucun soin de défense sociale, demande à la justice belge de l'euthanasier. Frank Van den Bleeken reconnaît qu'il est un monstre et annonce que s'il sort, "il recommencera certainement et rapidement", faute en partie de n'avoir jamais reçu les soins adaptés aux internés.
Ces soins sont prodigués aux Pays-Bas mais alors que l'interné demande à être transféré dans une clinique néer...

Lire la suite

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que l...

Lire la suite