Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/03/2014

Le thérapeute consulté pour le deuxième avis en matière d'euthanasie peut désormais facturer 160 euros. L'INAMI a donné son autorisation pour une convention avec le consortium des asbl Leif (LevensEindeInformatieForum) et  EOL (End Of Life doctors). Le budget annuel prévu s'élève à 199.700 euros pour rémunérer le deuxième avis en matière d'euthanasie.
Le consortium "LEIF -EOL", qui a travaillé à cette convention et en est le seul candidat, devra mettre en place un comité médical où seront impliqués les fédérations de soins palliatifs et les syndicats médicaux. Le comité médical réalisera notamment des listes de médecins candidats à donner ce deuxième avis.
 A l'origine, le cabinet Onkelinx avait insisté sur le fait que seuls des médecins spécialement formés et retenus après sélection du consortium, entreraient en ligne de compte.
Certains avaient insisté sur le fait que les médecins palliatifs et les MG pouvaient eux aussi donner un deuxième avis.
Après discussion, il a été décidé que les médecins qui figureront sur cette liste pourront, dès le 1er avril 2014, recevoir 160 euros d'honoraires s'ils donnent un deuxième ou un troisième avis. Le nombre d'avis successifs de différents médecins auxquels on peut faire appel en cas d'avis négatif du précédent, n'a pas été spécifié.
Le budget sera-t-il suffisant si l'on sait qu'il y a eu l'année dernière 1432 déclarations d'euthanasies qui auraient nécessité plus de 229.000 euros ? Envisage-t-on une diminution du nombre d'euthanasies déclarées?
Source : Journal du Médecin, 20/03/2014


Articles similaires

42% des habitants de Flandre préféreraient l’euthanasie à la démence

42% des habitants de Flandre préféreraient l’euthanasie à la démence

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par le Centre d'expertise de la démence en Flandre, en Belgique, révèle que près de la moitié des habitants de Flandre choisiraient l'euthanasie s'ils devaient apprendre qu'ils étaient en train de devenir déments. Les commanditaires de l'enquête ont fait connaître leur préoccupation face à cette situation, rappelant que pas plus que le cancer, la démence n'est aujourd'hui un arrêt de mort.

Cette proportion est « inquiétante », voire « choquante » réagissent les chercheurs...

Lire la suite

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que l'euthanasie n'y est dépénalisée que depuis 2016, le Canada a connu, en l'espace de quelques années, une énorme croissance du nombre de donneurs d'organes, du fait des dons d'organe réalisés après euthanasie.

Une telle corrélation entre euthanasie et don d'organes s'explique notamment par la politique proactive menée par l'Ontario en la matière. Cet Etat canadien est ainsi le premier au monde à imposer aux médecins le fait de mentionner la possibilité du don d'organes aux personnes ...

Lire la suite

Publication du Rapport de la Commission d'Evaluation Euthanasie

Publication du Rapport de la Commission d'Evaluation Euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Commission d'Evaluation de la loi dépénalisant l'euthanasie vient de publier le rapport 2012-2013.

Il est disponible ICI

Nous en détaillerons le contenu dans un prochain Bulletin de l'IEB.

 

 

Zesde Verslag van de FEDERALE CONTROLE- EN EVALUATIECOMMISSIE EUTHANASIE aan de wetgevende kamers 2012-2013

Lire la suite