Le gouvernement fédéral américain ne finance pas l’assistance au suicide en maison de repos

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/02/2018

En Californie, une loi autorisant le suicide assisté est entrée en vigueur le 9 juin 2016. Pourtant, huit maisons de repos ne la font pas appliquer en leurs murs.

La raison en est une autre réglementation, votée peu après par le California Department of Veterans Affairs, dit « CalVet ». Ce règlement oblige tout vétéran (ancien combattant) qui réside dans un établissement de repos et de soins financé par l'Etat, à quitter celui-ci, s'il veut recourir au suicide assisté.

CalVet déclare avoir voté cette nouvelle règlementation pour éviter que les huit maisons de repos de vétérans que compte la Californie ne se retrouvent sans financement public.

Une loi fédérale  interdit en effet l'utilisation de fonds du gouvernement américain pour la pratique du suicide assisté. CalVet, qui reçoit près de 68 millions de dollars provenant des fonds fédéraux pour gérer ses établissements, ne peut risquer de perdre cette aide financière, souligne June Iljana, secrétaire adjointe aux communications de CalVet.

C'est pour cette même raison que l'Oregon, le Colorado et Vermont ont interdit eux aussi l'utilisation de médicament létaux dans les maisons de repos publiques pour vétérans.

Les anciens combattants qui persistent dans leur souhait de mourir par suicide assisté sont par conséquent amenés dans un autre établissement, ou dans leur famille, où ils pourront mettre fin à leur vie. S'ils viennent à changer d'avis, ils sont à nouveau accueillis dans leur maison de soin.

Aujourd'hui, seul l'Etat de Washington autorise les vétérans à rester dans ses maisons de repos malgré leur intention de mettre fin à leur vie, en dépit de la loi .

Sources : The Atlantic


Articles similaires

EUTHANASIE – SUICIDE ASSISTE

- Euthanasie et suicide assisté

o    Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

o    Belgique : le sénateur Mahoux appelle à « poursuivre le débat » sur l'euthanasie

o    France : remise du rapport Claeys-Leonetti sur la fin de vie

o    Euthanasie des enfants : document d'enregistrement adapté

o    Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

o    Allemagne : débat autour du suicide assisté

o    Suisse : le suicide assisté imposé dans les homes

o    Euthanasie vóórorg...

Lire la suite

Omnipotence de la Commission Fédérale d’évaluation de la loi sur l’euthanasie ?

Omnipotence de la Commission Fédérale d’évaluation de la loi sur l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

Catherine Fonck (cdH) a interpellé la ministre Laurette Onkelinx (PS) sur le fait que la Commission d'évaluation et de contrôle de la loi euthanasie a librement interprété la loi en affirmant qu'une évolution dramatique prévisible, même à long terme, peut être qualifiée de souffrance psychique insupportable dans le cas douloureux exposé par les médias récemment. Ces deux jumeaux euthanasiés, âgés de 45 ans, sourds de naissance, ont obtenu l'euthanasie car ils étaient atteints d'une maladie dég...

Lire la suite

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

L'Oregon fut le premier État américain à adopter en 1997, une loi sur l'aide au suicide. Dans les débats autour de la loi, le délai de 15 jours de réflexion était présenté comme un garde-fou essentiel pour garantir le caractère volontaire et réfléchi de la demande de suicide. 22 ans plus tard, il n'est plus question de cette balise pour les patients dont le pronostic vital ne dépasse pas 15 jours. En pratique, ces patients pourraient soumettre le même jour les deux demandes orales et la demand...

Lire la suite