Le gouvernement fédéral américain ne finance pas l’assistance au suicide en maison de repos

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/02/2018

En Californie, une loi autorisant le suicide assisté est entrée en vigueur le 9 juin 2016. Pourtant, huit maisons de repos ne la font pas appliquer en leurs murs.

La raison en est une autre réglementation, votée peu après par le California Department of Veterans Affairs, dit « CalVet ». Ce règlement oblige tout vétéran (ancien combattant) qui réside dans un établissement de repos et de soins financé par l'Etat, à quitter celui-ci, s'il veut recourir au suicide assisté.

CalVet déclare avoir voté cette nouvelle règlementation pour éviter que les huit maisons de repos de vétérans que compte la Californie ne se retrouvent sans financement public.

Une loi fédérale  interdit en effet l'utilisation de fonds du gouvernement américain pour la pratique du suicide assisté. CalVet, qui reçoit près de 68 millions de dollars provenant des fonds fédéraux pour gérer ses établissements, ne peut risquer de perdre cette aide financière, souligne June Iljana, secrétaire adjointe aux communications de CalVet.

C'est pour cette même raison que l'Oregon, le Colorado et Vermont ont interdit eux aussi l'utilisation de médicament létaux dans les maisons de repos publiques pour vétérans.

Les anciens combattants qui persistent dans leur souhait de mourir par suicide assisté sont par conséquent amenés dans un autre établissement, ou dans leur famille, où ils pourront mettre fin à leur vie. S'ils viennent à changer d'avis, ils sont à nouveau accueillis dans leur maison de soin.

Aujourd'hui, seul l'Etat de Washington autorise les vétérans à rester dans ses maisons de repos malgré leur intention de mettre fin à leur vie, en dépit de la loi .

Sources : The Atlantic


Articles similaires

Allemagne : débat autour du suicide assisté

Allemagne : débat autour du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le jeudi 13 novembre, le siège du Bundestag, le parlement allemand, a été le cadre d'un débat particulièrement sensible autour de la fin de vie. Dans un pays marqué par son histoire, et profondément divisé sur la question, les parlementaires ont longuement discuté d'une éventuelle légalisation du suicide assisté. Alors qu'un large consensus existe en Allemagne sur le maintien de l'interdiction de l'euthanasie, la fourniture de médicaments visant à accélérer la fin de vie est dans les faits tol...

Lire la suite

L’Association Médicale Américaine aux Etats-Unis maintient son opposition au suicide assisté

L’Association Médicale Américaine aux Etats-Unis maintient son opposition au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Etats-Unis, des militants pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté ont demandé à l'Association Médicale Américaine (AMA) de reconsidérer sa position sur le suicide assisté. Ils souhaitent la modification le code d'éthique médicale vers l'adoption d'une attitude éthique favorable ou à tout le moins « neutre » vis-à-vis de la pratique, puisque le suicide permis par « aide médicale » ne s'apparenterait pas à un suicide « classique ».

Le comité d'éthique de l'AMA a rejeté ce...

Lire la suite

Italie : le Comité national de bioéthique a rendu son avis sur le suicide assisté

Italie : le Comité national de bioéthique a rendu son avis sur le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le Comité national de bioéthique d'Italie a livré ses réflexions sur la question de la légalisation du suicide assisté. Enième intervention dans le débat qui agite l'Italie depuis un an (voir Bulletin de l'IEB), son avis aura certainement du poids dans les discussions parlementaires des prochains mois.

Au sein du Comité, les positions divergent : 11 membres s'opposent à une éventuelle autorisation, même sous conditions, du suicide assisté. Leurs motifs sont autant éthiques que juridiques. 13 ...

Lire la suite