La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/05/2017

Dans un article paru le 25 avril 2017 dans le Medical Journal of Australia, le bioéthicien américain Ezekiel Emanuel exhorte à se concentrer sur l'amélioration de la prise en charge de la douleur des patients plutôt que de voiler la réalité de la fin de vie avec des idées erronées sur l'euthanasie et le suicide assisté.

Selon lui, l'euthanasie et le suicide assisté sont des pratiques marginales. L'euthanasie ne résout pas le problème auquel une majorité des patients en fin de vie sont confrontés : obtenir un soulagement optimal de la douleur tout en restant chez soi - plutôt qu'à l'hôpital. La légalisation de l'euthanasie serait donc une « distraction médiatique » détournant l'attention des véritables enjeux : améliorer les soins des patients en fin de vie.

Le bioéthicien poursuit en affirmant que la douleur est loin d'être la principale raison pour laquelle les patients demandent l'euthanasie ou le suicide assisté. En Oregon, Etat américain qui pratique le suicide assisté depuis 17 ans, les principales motivations exprimées sont la dépression, le désespoir, la fatigue de la vie, la perte d'autonomie et le sentiment de perte de dignité. Toutes ces souffrances sont existentielles. On en arriverait donc, souligne le nord-américain, à une acceptation sociale du suicide par l'intervention du corps médical, bien loin de toute logique palliative. L'idée commune selon laquelle la majorité des personnes qui demandent à être euthanasiées ou assistées dans leur suicide sont des patients perclus de douleur que la morphine ne peut soulager serait donc fausse.

Le Professeur Ezekiel Emanuel dénonce aussi le fait que l'euthanasie soit présentée comme une solution rapide, indolore et exempte de toutes complications.

C'est pourquoi, il en appelle à détourner les projecteurs de l'euthanasie et du suicide assisté pour mettre la lumière sur l'amélioration des soins portés aux personnes en fin de vie, qui ont réellement besoin d'une gestion optimale de la douleur.

 Source : Medical Journal of Australia


Articles similaires

Belgique : l’euthanasie comme soin palliatif ?

Belgique : l’euthanasie comme soin palliatif ?

- Euthanasie et suicide assisté

Les chercheurs du Zorg rond het Levenseinde (VUB-UGent) viennent de publier les résultats d'une étude* réalisée en Flandre en 2013 sur 6.871 décès, montrant que 70% personnes ayant été euthanasiées ont bénéficié de soins palliatifs avant que le médecin ne provoque leur mort. Ceci démontre, énoncent les auteurs, que l'euthanasie n'est pas incompatible avec les soins palliatifs.

Toutefois, les chiffres indiquent également que 30% des personnes ayant été euthanasiées n'ont pas bénéficié de cet a...

Lire la suite

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme cel...

Lire la suite

Enquête pour euthanasies illégales en Belgique

Enquête pour euthanasies illégales en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le parquet de Louvain mène actuellement une information judiciaire au sujet d'une dizaine d'euthanasies suspectées d'avoir été réalisées de manière illégale.

Bien que l'enquête soit ouverte depuis maintenant plus d'un an, une lettre anonyme récemment transmise au quotidien flamand De Standaard vient seulement de dévoiler l'existence de celle-ci. Ce courrier est rédigé par les membres de la famille d'une personne dont l'euthanasie, réalisée il y a deux ans, est considérée comme suspecte aux ye...

Lire la suite