La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/05/2017

Dans un article paru le 25 avril 2017 dans le Medical Journal of Australia, le bioéthicien américain Ezekiel Emanuel exhorte à se concentrer sur l'amélioration de la prise en charge de la douleur des patients plutôt que de voiler la réalité de la fin de vie avec des idées erronées sur l'euthanasie et le suicide assisté.

Selon lui, l'euthanasie et le suicide assisté sont des pratiques marginales. L'euthanasie ne résout pas le problème auquel une majorité des patients en fin de vie sont confrontés : obtenir un soulagement optimal de la douleur tout en restant chez soi - plutôt qu'à l'hôpital. La légalisation de l'euthanasie serait donc une « distraction médiatique » détournant l'attention des véritables enjeux : améliorer les soins des patients en fin de vie.

Le bioéthicien poursuit en affirmant que la douleur est loin d'être la principale raison pour laquelle les patients demandent l'euthanasie ou le suicide assisté. En Oregon, Etat américain qui pratique le suicide assisté depuis 17 ans, les principales motivations exprimées sont la dépression, le désespoir, la fatigue de la vie, la perte d'autonomie et le sentiment de perte de dignité. Toutes ces souffrances sont existentielles. On en arriverait donc, souligne le nord-américain, à une acceptation sociale du suicide par l'intervention du corps médical, bien loin de toute logique palliative. L'idée commune selon laquelle la majorité des personnes qui demandent à être euthanasiées ou assistées dans leur suicide sont des patients perclus de douleur que la morphine ne peut soulager serait donc fausse.

Le Professeur Ezekiel Emanuel dénonce aussi le fait que l'euthanasie soit présentée comme une solution rapide, indolore et exempte de toutes complications.

C'est pourquoi, il en appelle à détourner les projecteurs de l'euthanasie et du suicide assisté pour mettre la lumière sur l'amélioration des soins portés aux personnes en fin de vie, qui ont réellement besoin d'une gestion optimale de la douleur.

 Source : Medical Journal of Australia


Articles similaires

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

- Euthanasie et suicide assisté

Le sp.a a déposé le 17 octobre dernier une proposition de loi visant à autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de démence sévère, sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Le texte prévoit que les personnes pourraient remplir « une déclaration anticipée précisant le moment où elles souhaitent que l'on procède à l'arrêt actif de leur vie », pour le cas où elles souffriraient un jour d'une « atteinte grave, irréversible et incurable des fonctions cérébrales ».

C'est faire peu ca...

Lire la suite

Irlande : l'euthanasie à nouveau rejetée par le Parlement

Irlande : l'euthanasie à nouveau rejetée par le Parlement

- Euthanasie et suicide assisté

Dans son rapport publié en juillet dernier, la commission 'Justice' du Parlement irlandais (l'Oireachtas) a fait part de son refus d'examiner la proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie (assisted dying), insistant sur le manque de « barrières légales suffisantes » en la matière.

 

Introduit en septembre 2020 et intitulé Dying with Dignity Bill, le texte vise à autoriser sous conditions la prescription de substances létales que le patient s'injecterait ensuite lui-même (le cas éch...

Lire la suite

Geen euthanasie bij kinderen ? Mia De Schamphelaere

Geen euthanasie bij kinderen ? Mia De Schamphelaere

- Euthanasie et suicide assisté

" We moeten de palliatieve zorg centraal stellen'", zegt CD&V-senator Mia De Schamphelaere.  We zijn geen voorstander van de bestaande euthanasiewet, dus we kunnen moeilijk zeggen dat we de wet willen toepassen op tieners. In de huidige wet, voor volwassenen, ligt de klemtoon op het zelf beslissen om uit het leven te stappen.
Ons uitgangspunt is de zorgrelatie, om samen, zeker bij terminaal zieken de pijn weg te nemen en comfort te geven."

Bron: Knack du 29/01/2013 p.14

 

   

Lire la suite