La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/05/2017

Dans un article paru le 25 avril 2017 dans le Medical Journal of Australia, le bioéthicien américain Ezekiel Emanuel exhorte à se concentrer sur l'amélioration de la prise en charge de la douleur des patients plutôt que de voiler la réalité de la fin de vie avec des idées erronées sur l'euthanasie et le suicide assisté.

Selon lui, l'euthanasie et le suicide assisté sont des pratiques marginales. L'euthanasie ne résout pas le problème auquel une majorité des patients en fin de vie sont confrontés : obtenir un soulagement optimal de la douleur tout en restant chez soi - plutôt qu'à l'hôpital. La légalisation de l'euthanasie serait donc une « distraction médiatique » détournant l'attention des véritables enjeux : améliorer les soins des patients en fin de vie.

Le bioéthicien poursuit en affirmant que la douleur est loin d'être la principale raison pour laquelle les patients demandent l'euthanasie ou le suicide assisté. En Oregon, Etat américain qui pratique le suicide assisté depuis 17 ans, les principales motivations exprimées sont la dépression, le désespoir, la fatigue de la vie, la perte d'autonomie et le sentiment de perte de dignité. Toutes ces souffrances sont existentielles. On en arriverait donc, souligne le nord-américain, à une acceptation sociale du suicide par l'intervention du corps médical, bien loin de toute logique palliative. L'idée commune selon laquelle la majorité des personnes qui demandent à être euthanasiées ou assistées dans leur suicide sont des patients perclus de douleur que la morphine ne peut soulager serait donc fausse.

Le Professeur Ezekiel Emanuel dénonce aussi le fait que l'euthanasie soit présentée comme une solution rapide, indolore et exempte de toutes complications.

C'est pourquoi, il en appelle à détourner les projecteurs de l'euthanasie et du suicide assisté pour mettre la lumière sur l'amélioration des soins portés aux personnes en fin de vie, qui ont réellement besoin d'une gestion optimale de la douleur.

 Source : Medical Journal of Australia


Articles similaires

Euthanasie des mineurs : certains politiques disent "STOP !"

Euthanasie des mineurs : certains politiques disent "STOP !"

- Euthanasie et suicide assisté

Le débat sur la proposition d'extension de l'euthanasie aux mineurs engendre commence à poser question, et ce dans tous les partis. Portée par des sénateurs PS et MR (avec des homologues du SP.A et l'Open VLD), il est clair que cette disposition recueille une majorité « alternative », mais pas homogène, relève la Libre Belgique. Le quotidien publie aussi une opinion de Philippe Moureaux (PS) qui se dit  très indécis sur ce point.
Mais dans le camp libéral aussi, Gérard Deprez (vice-président d...

Lire la suite

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

- Euthanasie et suicide assisté

Een 45-jarige verpleegkundige moet zich niet voor een assisenjury verantwoorden voor de moordpoging op haar zwaar dementerende moeder Yvette. Twee jaar geleden mengde ze slaappillen in haar pudding 'om haar lijden te beperken'. De bejaarde vrouw ontsnapte op het nippertje aan de dood.  Het Brugse parket toont zich nu inschikkelijk en besluit de dochter niet te vervolgen wegens poging tot oudermoord. (Bron: De standaard 16/06/2013)
Professor in de palliatieve geneeskunde Wim Distelmans ...

Lire la suite

Des enfants mineurs régulièrement euthanasiés en Belgique ?

Des enfants mineurs régulièrement euthanasiés en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Il est évident que l'euthanasie est pratiquée chez des mineurs et nous le savons tous », a indiqué mercredi en Commission du Sénat Dominique Biarent, chef de service Soins intensifs et urgences à l'Hôpital universitaire des Enfants Reine Fabiola alors qu'ont débuté les discussions sur l'extension de la loi actuelle.
Oui, « il s'agit d'euthanasie active », a confirmé le docteur Biarent, interrogé par plusieurs sénateurs. Cette information a été confirmée par le docteur Joris Verlooy, spéciali...

Lire la suite