L’euthanasie en psychiatrie est une alternative valable au suicide

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 02/04/2013

« Si quelqu'un veut vraiment mourir, nous devons oser l'aider.

C'est en tout cas ce qui ressort de l'entretien (en néerlandais ci-dessous) paru dans le magazine Knack.
La psychiatre Lieve Thienpont, médecin du groupe LEIF (LevensEindInformatieForum) et le juriste Tony Van Loon font tous deux partie de l'équipe Ulteam (Uitklaring Levenseindevragen Team) à Wemmel, une équipe pluridisciplinaire qui accueille les personnes qui souhaitent se faire euthanasier et pour lesquelles le médecin de famille estime qu'elles sont en dehors du cadre prévu par la loi dépénalisant l'euthanasie.

Ci-dessous traduction libre de certains passages de l'article.

"Alors que les centres psychiatriques sont pleins de patients, la demande d'euthanasie en psychiatrie s'élève à 2% de tous les cas d'euthanasie déclarés. Selon le Dr Thienpont et Mr Van Loon qui ont analysé 100 demandes d'euthanasie venant de personnes en souffrance psychique, depuis octobre 2007, près de 2/3 des ces personnes ayant demandé à être euthanasiées, sont revenues sur leur demande et ont décidé de continuer à vivre.
L'article précise que le fait de pouvoir exprimer la demande d'euthanasie et qu'elle soit entendue a été salutaire ; elle a aussi réveillé l'entourage, plus que dans le cas d'un suicide. Envisager la solution de l'euthanasie pour des souffrances psychiques est (NDLR selon Lieve Thienpont) une alternative au suicide et mérite qu'on y prête plus d'attention. (…) Si la personne veut vraiment mourir, nous devons oser l'aider.
Il vaut mieux être euthanasié plutôt que de se jeter sous un train ou de se pendre dans la plus grande solitude, et qu'ensuite l'entourage retrouve son proche et en soit traumatisé. Ce qui est beau dans l'euthanasie est le fait qu'on peut humainement se dire au revoir, entouré de ces proches, ses amis qui, très souvent, ont été les témoins de la souffrance endurée.»
Source : Knack, 06/03/2013
 


Articles similaires

Euthanasie : position de la Ligue Alzheimer francophone

- Euthanasie et suicide assisté

Entendue comme experte par la Commission réunie Justice et Affaires sociales qui étudie les propositions relatives à l'extension de la loi « euthanasie » et notamment en vue de l'étendre aux personnes atteintes de démence, Sabine Henry, présidente de la Ligue Alzheimer, a indiqué que celle-ci jugeait prioritaire l'amélioration des conditions de vie des personnes démentes. Elle a également dit craindre qu'en ce qui les concerne, l'extension de la loi sur l'euthanasie risquait de freiner le déve...

Lire la suite

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

- Euthanasie et suicide assisté

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d'étudier la loi belge élargissant l'euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today. L'initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie). Selon le député, la majorité des groupes défendant les droits des enfants  soutiennent une telle inte...

Lire la suite

Médecins pensionnés ou vente de poison : solutions à la pénurie de médecins pour l’euthanasie ?

Médecins pensionnés ou vente de poison : solutions à la pénurie de médecins pour l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Clinique de fin de vie ('Levenseindekliniek') aux Pays-Bas fait pression pour que les médecins pensionnés puissent continuer à informer leurs confrères en matière d'euthanasie, même après avoir cessé leur activité. La forte proportion de médecins pensionnés parmi les médecins-SCEN* lui fait craindre de devoir faire appel à d'autres médecins qui ne font pas partie du consortium pour pratiquer les euthanasies dans la clinique.
Jusqu'à présent, il faut être enregistré comme médecin généraliste...

Lire la suite