L’euthanasie en psychiatrie est une alternative valable au suicide

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 02/04/2013

« Si quelqu'un veut vraiment mourir, nous devons oser l'aider.

C'est en tout cas ce qui ressort de l'entretien (en néerlandais ci-dessous) paru dans le magazine Knack.
La psychiatre Lieve Thienpont, médecin du groupe LEIF (LevensEindInformatieForum) et le juriste Tony Van Loon font tous deux partie de l'équipe Ulteam (Uitklaring Levenseindevragen Team) à Wemmel, une équipe pluridisciplinaire qui accueille les personnes qui souhaitent se faire euthanasier et pour lesquelles le médecin de famille estime qu'elles sont en dehors du cadre prévu par la loi dépénalisant l'euthanasie.

Ci-dessous traduction libre de certains passages de l'article.

"Alors que les centres psychiatriques sont pleins de patients, la demande d'euthanasie en psychiatrie s'élève à 2% de tous les cas d'euthanasie déclarés. Selon le Dr Thienpont et Mr Van Loon qui ont analysé 100 demandes d'euthanasie venant de personnes en souffrance psychique, depuis octobre 2007, près de 2/3 des ces personnes ayant demandé à être euthanasiées, sont revenues sur leur demande et ont décidé de continuer à vivre.
L'article précise que le fait de pouvoir exprimer la demande d'euthanasie et qu'elle soit entendue a été salutaire ; elle a aussi réveillé l'entourage, plus que dans le cas d'un suicide. Envisager la solution de l'euthanasie pour des souffrances psychiques est (NDLR selon Lieve Thienpont) une alternative au suicide et mérite qu'on y prête plus d'attention. (…) Si la personne veut vraiment mourir, nous devons oser l'aider.
Il vaut mieux être euthanasié plutôt que de se jeter sous un train ou de se pendre dans la plus grande solitude, et qu'ensuite l'entourage retrouve son proche et en soit traumatisé. Ce qui est beau dans l'euthanasie est le fait qu'on peut humainement se dire au revoir, entouré de ces proches, ses amis qui, très souvent, ont été les témoins de la souffrance endurée.»
Source : Knack, 06/03/2013
 


Articles similaires

Personnes démentes et consentement à l’euthanasie : la Cour suprême des Pays-Bas livre son interprétation

Personnes démentes et consentement à l’euthanasie : la Cour suprême des Pays-Bas livre son interprétation

- Euthanasie et suicide assisté

Amenée à se prononcer sur l'euthanasie des personnes démentes, la Cour suprême des Pays-Bas estime qu'une déclaration anticipée d'euthanasie peut être sujette à interprétation, et que certaines circonstances peuvent empêcher de donner suite à une telle déclaration. Mais les lignes directrices énoncées par la Cour, si elles paraissent rassurantes à première vue, reçoivent une application préoccupante dans le cas qui lui a été soumis.

Cet arrêt clôture l'affaire dite de la « koffie-euthanasie ...

Lire la suite

ANALYSE - L’Association Médicale Mondiale (AMM) face à l’euthanasie : une opposition claire et réitérée

ANALYSE - L’Association Médicale Mondiale (AMM) face à l’euthanasie : une opposition claire et réitérée

- Euthanasie et suicide assisté

Also available in English
Quelle position adopter face à la légalisation du suicide assisté et de l'euthanasie dans certains pays ? Lors de sa dernière réunion annuelle, l'Association Médicale Mondiale (AMM) a adopté une nouvelle déclaration sur l'euthanasie et le suicide assisté (cfr. News IEB du 8 novembre dernier).

Cette prise de position est l'occasion de faire le point sur les documents successivement adoptés par la WMA sur l'euthanasie et le suicide assisté ces dernières années, et d'y ...

Lire la suite

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite