L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/05/2019

En cette période électorale où s'alignent les programmes pour la prochaine législature, les militants pro euthanasie font pression pour autoriser l'euthanasie des personnes démentes.

Une pétition a déjà recueilli plus de 45.000 signatures d'après le Levens Einde Informatie Forum (LEIF) où elle est hébergée. Le Prof. et président de la Commission de contrôle de l'euthanasie Wim Distelmans avec 139 autres militants l'ont lancée le 7 mai dernier. Ils plaident pour que les personnes se trouvant à un stade avancé de démence ou d'autres formes d'incapacité de discernement, soient euthanasiées, selon la demande qu'elles en auraient faite auparavant.

« D'ici 2035, il y aura deux fois plus de personnes démentes ; l'adaptation de la loi doit figurer à l'agenda politique. » Les pétitionnaires déclarent que les thérapies en matière d'Alzheimer ne seront pas prêtes dans un futur proche, et voient donc l'euthanasie comme une solution incontournable face à la multiplication des cas de démence.

Un tel constat a de quoi surprendre, quand on voit les récents progrès de la médecine dans la compréhension des mécanismes de la maladie. Les espoirs pour éradiquer cette maladie sont bien réels. A ce propos, le Prof. Bernard Hanseeuw, chercheur et neurologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc, est invité ce lundi 20 mai par la Fondation Saint-Luc à donner une conférence intitulée « Pourquoi et comment vaincre Alzheimer ».

Comme pour les patients psychiatriques, se pose la question de la capacité de discernement que possèdent les personnes atteintes de démence au moment où le médecin provoque leur mort. L'importance de cette capacité est telle que dans ses récentes Directives déontologiques pour la pratique de l'euthanasie des patients psychiatriques, l'Ordre des médecins rappelle que pour obtenir l'euthanasie, le patient doit être doté non seulement de la capacité de discernement (ne pas être jugé incapable de discernement par décision de justice), mais encore d'une capacité effective « à exprimer sa volonté ou à être conscient des actes qu'il pose ». Cette « capacité effective » est une situation de fait qui doit être appréciée par le médecin qui pratique l'euthanasie.

Proposer l'euthanasie comme « traitement ultime » à ces pathologies ne risquerait-il pas de décourager l'accompagnement des personnes atteintes de démence et la recherche médicale pour soigner ces pathologies ? La mort est-elle la réponse à apporter à ces personnes qui, comme Inez dans une vidéo de promotion de la pétition, déclare : « [Ma situation] est une charge pour mes enfants et pour mes proches. C'est un gros coût pour la société. Je ne trouve pas cela justifié. » Et c'est pourquoi, elle demande à être euthanasiée...

 

Source : DeMorgen; leif.be; ordomedic.be


Articles similaires

Euthanasie des mineurs votée en Commission

Euthanasie des mineurs votée en Commission

- Euthanasie et suicide assisté

Le projet de loi sur l'euthanasie des mineurs est approuvé en Commission de la Chambre.
Le cdH, CD&V, le VB et la Députée Marie-Christine Marghem (MR) ont  voté contre.
La prochaine étape est le vote en plénier à la Chambre, la date de celui-ci n'étant pas encore fixée.

Lire la suite

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite

Pays-Bas : la justice devra se prononcer sur l’euthanasie des personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la première fois en 16 ans aux Pays-Bas, un médecin est poursuivi par le Ministère Public pour avoir euthanasié une patiente souffrant de démence profonde.

La déclaration de volonté de la patiente, rédigée un an auparavant, contenait plusieurs contradictions : la patiente disait refuser d'entrer en maison de retraite et vouloir l'euthanasie, mais ce « sur sa demande » et « quand elle estimerait que le moment était venu ».  Le médecin a donc reçu une réprimande du bureau disciplinaire de...

Lire la suite