L’Association Médicale Américaine réaffirme son opposition à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 12/06/2019

C'est la fin d'un long débat : ce mardi 11 juin, les délégués de la prestigieuse Association Médicale Américaine (AMA) ont voté pour réaffirmer la position de l'organisation sur l'euthanasie et le suicide assistée, selon laquelle « l'euthanasie est fondamentalement incompatible avec le rôle du médecin en tant que soignant, serait difficile, voire impossible à contrôler, et poserait de sérieux risques sociétaux ». Cette position a été maintenue à une majorité écrasante, de 392 voix contre 162 (soit un rapport de 65%-35% du total), plus du double.

Le vote faisait suite à un rapport du Conseil des affaires éthiques et juridiques (CETA) de l'association, qui avait été saisi de la question à trois reprises depuis 2016, dans le but de faire évoluer la position de l'AMA sur l'euthanasie et le suicide-assisté, ainsi que sa terminologie. Toutefois, le Conseil avait recommandé à chaque fois le maintien de la position et de la terminologie actuelle, précisant que « malgré ses connotations négatives, le terme « suicide médicalement assisté » décrit la pratique avec la plus grande précision », d'après le site spécialisé Medpage Today.

Le choix de rester fermement opposé au suicide assisté est marquant, de la part d'une association aussi importante dans le milieu médical américain.  En effet, si cette pratique reste illégale dans la majorité des Etats, neuf d'entre eux, comme la Californie ou l'Oregon, l'ont légalisée. Le suicide assisté y est par conséquent autorisé, mais reste considéré comme non-éthique par l'AMA, dont la position reste une digue éthique à cette pratique. De plus, l'Association vient s'ajouter à un front d'autres organisations de médecins, comme notamment la World Medical Association (WMA), ou l'American College of Physicans (ACP), opposées aux pratiques d'euthanasie et de suicide assisté.

Sources : American Medical Association , Medpage Today , LifeSite , ProCon , World Medical Association , American College of Physicians


Articles similaires

L’euthanasie des mineurs en Belgique : dossier de l'IEB

L’euthanasie des mineurs en Belgique : dossier de l'IEB

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 février 2014 était promulguée la loi  « modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie, en vue de l'étendre aux mineurs ». La Belgique devenait ainsi le premier et seul pays au monde à autoriser l'euthanasie de mineurs sans qu'aucune condition relative à l'âge de ceux-ci ne doive être rencontrée.

Certains s'en sont félicités, rappelant le rôle « pionnier » joué par la Belgique dans la mise en place d'un cadre légal pour l'euthanasie, présentée comme ultime « acte d'humanité » d...

Lire la suite

Euthanasie : identité et impact des sondages

Euthanasie : identité et impact des sondages

- Euthanasie et suicide assisté

"Trois quarts des Belges favorables à l'euthanasie des mineurs (D'après un sondage publié par La Libre, près de trois quarts des Belges sont favorables à accorder l'euthanasie à des mineurs dans le coma qui ne sont plus en état de donner leur consentement, situation qui n'est pas soumise à l'examen parlementaire. Les Belges sont aussi favorables à quelque 80 % à autoriser l'euthanasie de personnes majeures souffrant de démence type Alzheimer ou de démence vasculaire grave qui les font tellemen...

Lire la suite

L’enregistrement des sédations palliatives palliera-t-il les euthanasies « camouflées » ?

L’enregistrement des sédations palliatives palliera-t-il les euthanasies « camouflées » ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'UZ Brussel, hôpital universitaire de la VUB, va désormais procéder à l'enregistrement systématique de chaque sédation palliative pratiquée en son sein.
Le fait d'enregistrer les sédations n'est pas une première mondiale, puisque cela se fait déjà au Québec. Leur Loi "concernant les soins de fin de vie", entrée en vigueur le 10 décembre 2015, prévoit que le médecin qui administre une sédation palliative continue doit préalablement obtenir un consentement libre et éclairé du patient ou de son ...

Lire la suite