L’Association Médicale Américaine aux Etats-Unis maintient son opposition au suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/05/2018

Aux Etats-Unis, des militants pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté ont demandé à l'Association Médicale Américaine (AMA) de reconsidérer sa position sur le suicide assisté. Ils souhaitent la modification le code d'éthique médicale vers l'adoption d'une attitude éthique favorable ou à tout le moins « neutre » vis-à-vis de la pratique, puisque le suicide permis par « aide médicale » ne s'apparenterait pas à un suicide « classique ».

Le comité d'éthique de l'AMA a rejeté cette vision. Non seulement il refuse d' assimiler le suicide assisté à une forme de suicide, et refuse même d'approuver l'utilisation des termes d' « aide à la mort » et de « mort dans la dignité » pour décrire le suicide assisté.

Seule l'expression d' « aide médicale au suicide » décrirait la pratique avec la précision nécessaire. “Les termes d' « aide à la mort » et de « mort dans la dignité » peuvent être utilisés pour décrire tant l'euthanasie ou le suicide assisté que les soins palliatifs en fin de vie… Ce degré d'ambiguïté empêche de donner toute orientation éthique à l'agir médical. Cette ambiguïté représenterait même un danger au sein du débat.

Le comité d'éthique souligne par ailleurs son inquiétude face aux pratiques actuelles en Belgique et aux Pays-Bas. Selon eux, les recommandations médicales qui promettaient de « prévenir les abus » ne semblent pas avoir tenu toutes leurs promesses. En témoignerait le nombre d'euthanasies pour souffrances exclusivement psychiques en augmentation constante, ou bien encore les critiques diverses portées contre les systèmes de déclaration par les médecins et l'efficacité des contrôles.

Ces éléments encouragent l'AMA à la prudence. Ce n'est pas parce des preuves flagrantes de conséquences néfastes de l'euthanasie ne sont pas encore remontées en surface, estime-t-elle, que celles-ci n'adviendront jamais dans le futur. C'est le principe de la pente glissante, on ne sait pas quand on tombe.

C'est la raison pour laquelle le comité de l'AMA refuse la neutralité, qu'elle considère comme un positionnement de fuite : ignorer les problèmes potentiels que pose une pratique contestée plutôt que d'en débattre revient selon eux à y acquiescer.

Source : Bioedge


Articles similaires

Canada : dépénalisation du suicide assisté et de l’euthanasie

Canada : dépénalisation du suicide assisté et de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le mardi 7 juin 2016, l'euthanasie et le suicide assisté, désignés sous l'expression générique « aide médicale à mourir » ont été dépénalisés au Canada par le biais d'un jugement de la Cour suprême. L'arrêt Carter, rendu par cette haute instance le 6 février 2015 (cf. Bulletin de l'IEB) estimait inconstitutionnel l'article du Code criminel qui interdisait l'aide médicale à mourir dans des circonstances bien précises et enjoignait le législateur de promulguer une  loi modifiant le code criminel...

Lire la suite

American College of Physicians : toujours un Non ferme pour le suicide assisté

American College of Physicians : toujours un Non ferme pour le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 19 Septembre 2017, l'American College of Physicians (ACP), organisation internationale comptant plus de 152.000 médecins, et regroupant le plus grand nombre de praticiens aux Etats-Unis, vient de réaffirmer clairement son opposition à toute forme de participation des médecins au suicide assisté.
Pour rappel, la majorité des Etats aux Etats-Unis, n'autorise ni l'euthanasie ni le suicide assisté. Seul 6 Etats le permettent (Colorado, Washington, Vermont, Californie, Oregon et le District of C...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite