L’Association Médicale Américaine aux Etats-Unis maintient son opposition au suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/05/2018

Aux Etats-Unis, des militants pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté ont demandé à l'Association Médicale Américaine (AMA) de reconsidérer sa position sur le suicide assisté. Ils souhaitent la modification le code d'éthique médicale vers l'adoption d'une attitude éthique favorable ou à tout le moins « neutre » vis-à-vis de la pratique, puisque le suicide permis par « aide médicale » ne s'apparenterait pas à un suicide « classique ».

Le comité d'éthique de l'AMA a rejeté cette vision. Non seulement il refuse d' assimiler le suicide assisté à une forme de suicide, et refuse même d'approuver l'utilisation des termes d' « aide à la mort » et de « mort dans la dignité » pour décrire le suicide assisté.

Seule l'expression d' « aide médicale au suicide » décrirait la pratique avec la précision nécessaire. “Les termes d' « aide à la mort » et de « mort dans la dignité » peuvent être utilisés pour décrire tant l'euthanasie ou le suicide assisté que les soins palliatifs en fin de vie… Ce degré d'ambiguïté empêche de donner toute orientation éthique à l'agir médical. Cette ambiguïté représenterait même un danger au sein du débat.

Le comité d'éthique souligne par ailleurs son inquiétude face aux pratiques actuelles en Belgique et aux Pays-Bas. Selon eux, les recommandations médicales qui promettaient de « prévenir les abus » ne semblent pas avoir tenu toutes leurs promesses. En témoignerait le nombre d'euthanasies pour souffrances exclusivement psychiques en augmentation constante, ou bien encore les critiques diverses portées contre les systèmes de déclaration par les médecins et l'efficacité des contrôles.

Ces éléments encouragent l'AMA à la prudence. Ce n'est pas parce des preuves flagrantes de conséquences néfastes de l'euthanasie ne sont pas encore remontées en surface, estime-t-elle, que celles-ci n'adviendront jamais dans le futur. C'est le principe de la pente glissante, on ne sait pas quand on tombe.

C'est la raison pour laquelle le comité de l'AMA refuse la neutralité, qu'elle considère comme un positionnement de fuite : ignorer les problèmes potentiels que pose une pratique contestée plutôt que d'en débattre revient selon eux à y acquiescer.

Source : Bioedge


Articles similaires

Etats-Unis : 15 Etats ont refusé la légalisation du suicide assisté

Etats-Unis : 15 Etats ont refusé la légalisation du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis janvier 2017, quinze Etats sur vingt-sept aux Etats-Unis ont rejeté les propositions de loi qui autoriseraient un médecin à assister un patient dans son suicide. Ces Etats sont l'Alaska, l'Arizona, le Connecticut, Hawaï (voir Bulletin IEB), l'Indiana, l'Iowa, le Kansas, le Maine, le Maryland, le Mississippi, le Missouri, le Nouveau-Mexique, le Tennessee, l'Utah et le Wyoming.

Dans d'autres Etats, comme le Dakota du Sud, le sujet est encore très largement débattu. Si d'ici Novembre 2017...

Lire la suite

Québec : la résistance des médecins à l’aide médicale à mourir

Québec : la résistance des médecins à l’aide médicale à mourir

- Euthanasie et suicide assisté

Au Québec, de nombreux médecins se sont élevés contre le vote d'une loi autorisant l'aide médicale à mourir.
Alors que la mise en application de cette loi, votée en juin 2014, est prévue pour le mois de décembre, les 29 maisons de soins palliatifs du Québec, s'appuyant sur le droit de retrait prévu par la loi, ont déclaré qu'elles refuseraient d'offrir l'aide médicale à mourir, provoquant la colère du Ministre de la Santé.

« L'euthanasie n'est pas un soin et encore moins un soin palliatif. Ça...

Lire la suite

Allemagne : prohibition de l’euthanasie et interdiction du suicide assisté commercial

Allemagne : prohibition de l’euthanasie et interdiction du suicide assisté commercial

- Euthanasie et suicide assisté

Le jeudi 6 novembre 2015 le Bundestag allemand a voté une loi interdisant le suicide assisté professionnalisé. Désormais, aider une personne à mourir et en retirer un avantage financier, est passible de trois ans d'emprisonnement. Sont visées les entreprises et associations fournissant ce type de service, mais aussi « toute personne physique (Ndlr : et donc aussi les médecins) capable d'aider de manière répétée des malades à mourir ».
Jusqu'ici, traumatisée par l'expérience nazie, l'Allemagne ...

Lire la suite