L’Association Médicale Américaine aux Etats-Unis maintient son opposition au suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/05/2018

Aux Etats-Unis, des militants pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté ont demandé à l'Association Médicale Américaine (AMA) de reconsidérer sa position sur le suicide assisté. Ils souhaitent la modification le code d'éthique médicale vers l'adoption d'une attitude éthique favorable ou à tout le moins « neutre » vis-à-vis de la pratique, puisque le suicide permis par « aide médicale » ne s'apparenterait pas à un suicide « classique ».

Le comité d'éthique de l'AMA a rejeté cette vision. Non seulement il refuse d' assimiler le suicide assisté à une forme de suicide, et refuse même d'approuver l'utilisation des termes d' « aide à la mort » et de « mort dans la dignité » pour décrire le suicide assisté.

Seule l'expression d' « aide médicale au suicide » décrirait la pratique avec la précision nécessaire. “Les termes d' « aide à la mort » et de « mort dans la dignité » peuvent être utilisés pour décrire tant l'euthanasie ou le suicide assisté que les soins palliatifs en fin de vie… Ce degré d'ambiguïté empêche de donner toute orientation éthique à l'agir médical. Cette ambiguïté représenterait même un danger au sein du débat.

Le comité d'éthique souligne par ailleurs son inquiétude face aux pratiques actuelles en Belgique et aux Pays-Bas. Selon eux, les recommandations médicales qui promettaient de « prévenir les abus » ne semblent pas avoir tenu toutes leurs promesses. En témoignerait le nombre d'euthanasies pour souffrances exclusivement psychiques en augmentation constante, ou bien encore les critiques diverses portées contre les systèmes de déclaration par les médecins et l'efficacité des contrôles.

Ces éléments encouragent l'AMA à la prudence. Ce n'est pas parce des preuves flagrantes de conséquences néfastes de l'euthanasie ne sont pas encore remontées en surface, estime-t-elle, que celles-ci n'adviendront jamais dans le futur. C'est le principe de la pente glissante, on ne sait pas quand on tombe.

C'est la raison pour laquelle le comité de l'AMA refuse la neutralité, qu'elle considère comme un positionnement de fuite : ignorer les problèmes potentiels que pose une pratique contestée plutôt que d'en débattre revient selon eux à y acquiescer.

Source : Bioedge


Articles similaires

Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

Pays-Bas : en 4 ans, doublement du nombre d’euthanasies et de suicides assistés déclarés

- Euthanasie et suicide assisté

NEW ! L'Institut Européen de Bioéthique sur Twitter !

L'Institut Européen de Bioéthique est désormais présent sur Twitter.
Lanceur d'alertes, Diffusion d'informations, Dernières nouvelles, événements planifiés...

Suivez-nous sur http://twitter.com/iebioethique

 

 

Pour la cinquième année consécutive, l'euthanasie a poursuivi sa progression aux Pays-Bas, avec 4.829 cas déclarés en 2013, contre 2.636 cas en 2009. Les commissions régionales d'évaluation, qui contrôlent la conformité de l'ac...

Lire la suite

Royaume-Uni : l’Association des Médecins Britanniques opposée à toute forme de suicide assisté

Royaume-Uni : l’Association des Médecins Britanniques opposée à toute forme de suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Lors de sa dernière assemblée générale, la « British Medical Association » a rendu un avis sur le suicide assisté. Elle y indique sa ferme opposition à toute forme de suicide assisté, réaffirmant le bien-fondé de l'actuel régime juridique. De plus, la BMA encourage les établissements à mettre en place des structures de soins palliatifs adaptées et accessibles à tous et qui permettent de répondre à la souffrance des personnes en leur assurant une mort dans des conditions dignes.
La BMA est une ...

Lire la suite

Italie : la Cour constitutionnelle demande au Parlement de légiférer sur l’assistance au suicide

Italie : la Cour constitutionnelle demande au Parlement de légiférer sur l’assistance au suicide

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour constitutionnelle italienne a décidé de reporter sa décision concernant l'affaire Cappato en donnant un an au Parlement pour combler un « vide juridique » sur le délit d'assistance au suicide.  

Pour rappel, Marco Cappato, politicien italien membre du parti des Radicaux italiens, s'était lui-même dénoncé d'avoir accompagné en Suisse Fabio Antoniani, alias DJ Fabo, devenu tétraplégique et aveugle après un accident de voiture, afin de l'assister au suicide le 27 février 2017. Marco Capp...

Lire la suite