Italie : 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/11/2017

Marco Cappato, politicien italien membre du parti des Radicaux italiens, risque 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide ». Il s'est dénoncé d'avoir accompagné en Suisse Fabio Antoniani, alias DJ Fabio, devenu tétraplégique et aveugle après un accident de voiture, afin de l'y aider à mourir le 27 février 2017. Marco Cappato espère par son aveu public remettre en cause le refus de l'Etat italien d'autoriser l'euthanasie.

Cette provocation intervient au moment où la Chambre des députés a adopté un texte de loi relatif aux « Dispositions Anticipées de Traitement » en vertu duquel, toute personne majeure pourrait de manière anticipative, rédiger ou enregistrer par vidéo des directives, exprimant ses volontés relatives à la fin de vie. Cette loi obligerait en outre le médecin à respecter la volonté du patient et l'exempterait par conséquent de toute responsabilité pénale.
Le texte, qui attend encore de recevoir l'aval du Sénat, a fait l'objet de fortes réactions de médecins qui interpelle l'Ordre des médecins, qui s'inquiète de ce qu'un texte obligerait les médecins à obéir à un écrit datant parfois d'il y a plusieurs années et déconnecté de la situation actuelle du patient, plutôt que de les laisser agir selon leurs science et conscience.

Le principe régulateur, selon eux, ne serait plus la confiance en la compétence du praticien, mais une réglementation de type commerciale, dans laquelle le soignant devrait agir selon une liste d'actes thérapeutiques autorisés formellement par le patient. Ce projet de loi, en mettant à sa base le principe d'autodétermination du patient, risque, selon l'Ordre, de profondément altérer l'alliance médecin-patient.
Appel de praticiens à l'Ordre des Médecins (Traduction libre)
 


Articles similaires

Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

En Oregon, 3% des suicides assistés recensés par l'Autorité de Santé sont justifiés par l'incapacité à financer une chimiothérapie. Ce motif interpelant a été révélé dans un rapport d'évaluation du Death with Dignity Act (1ère loi aux Etats-Unis permettant le suicide assisté dans l'Etat d'Oregon, en vigueur depuis 1997) publiée par JAMA Oncology au début du mois d'avril.

L'étude montre par ailleurs que, depuis 1998, le nombre de demandes de suicide assisté ne fait qu'augmenter. On note une cr...

Lire la suite

Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le suicide assisté est illégal en Afrique du Sud et, selon la loi, le médecin qui aiderait quelqu'un à se suicider pourrait être condamné à 14 ans de prison ferme.
S'inscrivant en faux contre cette loi, un tribunal de Pretoria a récemment autorisé un avocat de 65 ans, Robin Stransham-Ford, à demander au médecin de l'aider à se suicider, garantissant que celui-ci ne serait pas poursuivi. En effet, le juge Hans Fabricius a estimé qu'un médecin pouvait « mettre fin à sa vie, soit par administrati...

Lire la suite

American College of Physicians : toujours un Non ferme pour le suicide assisté

American College of Physicians : toujours un Non ferme pour le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 19 Septembre 2017, l'American College of Physicians (ACP), organisation internationale comptant plus de 152.000 médecins, et regroupant le plus grand nombre de praticiens aux Etats-Unis, vient de réaffirmer clairement son opposition à toute forme de participation des médecins au suicide assisté.
Pour rappel, la majorité des Etats aux Etats-Unis, n'autorise ni l'euthanasie ni le suicide assisté. Seul 6 Etats le permettent (Colorado, Washington, Vermont, Californie, Oregon et le District of C...

Lire la suite