Italie : 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/11/2017

Marco Cappato, politicien italien membre du parti des Radicaux italiens, risque 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide ». Il s'est dénoncé d'avoir accompagné en Suisse Fabio Antoniani, alias DJ Fabio, devenu tétraplégique et aveugle après un accident de voiture, afin de l'y aider à mourir le 27 février 2017. Marco Cappato espère par son aveu public remettre en cause le refus de l'Etat italien d'autoriser l'euthanasie.

Cette provocation intervient au moment où la Chambre des députés a adopté un texte de loi relatif aux « Dispositions Anticipées de Traitement » en vertu duquel, toute personne majeure pourrait de manière anticipative, rédiger ou enregistrer par vidéo des directives, exprimant ses volontés relatives à la fin de vie. Cette loi obligerait en outre le médecin à respecter la volonté du patient et l'exempterait par conséquent de toute responsabilité pénale.
Le texte, qui attend encore de recevoir l'aval du Sénat, a fait l'objet de fortes réactions de médecins qui interpelle l'Ordre des médecins, qui s'inquiète de ce qu'un texte obligerait les médecins à obéir à un écrit datant parfois d'il y a plusieurs années et déconnecté de la situation actuelle du patient, plutôt que de les laisser agir selon leurs science et conscience.

Le principe régulateur, selon eux, ne serait plus la confiance en la compétence du praticien, mais une réglementation de type commerciale, dans laquelle le soignant devrait agir selon une liste d'actes thérapeutiques autorisés formellement par le patient. Ce projet de loi, en mettant à sa base le principe d'autodétermination du patient, risque, selon l'Ordre, de profondément altérer l'alliance médecin-patient.
Appel de praticiens à l'Ordre des Médecins (Traduction libre)
 


Articles similaires

Difficultés psychologiques pour les proches présents lors d'un suicide assisté / euthanasie

Difficultés psychologiques pour les proches présents lors d'un suicide assisté / euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Une étude menée en Suisse en décembre 2007 sur 85 parents et amis qui ont été témoins d'un suicide assisté, a révélé une prévalence plus élevée d'état de stress post-traumatique (ESPT) et de deuil compliqué que suite à un décès naturel. La Suisse est l'un des rares pays où le suicide assisté est autorisé. Il est généralement défini comme la prescription ou la fourniture de substances létales dans le but explicite de permettre au patient de se suicider. Malgré le fait que le sujet soit l'objet ...

Lire la suite

Allemagne : deux propositions de loi pour dépénaliser le suicide assisté

Allemagne : deux propositions de loi pour dépénaliser le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le 21 avril dernier, deux propositions de loi ont été déposées au Parlement allemand (Bundestag) à l'occasion d'un débat « d'orientation » portant sur la dépénalisation du suicide assisté. Les deux textes, portés principalement par l'opposition, visent à reconnaître et à mettre en oeuvre un « droit à mourir », au nom de « l'autodétermination » de chacun à choisir de son existence. Il serait dorénavant possible, pour tout individu, d'obtenir l'aide d'une tierce personne afin de mettre fin à ses...

Lire la suite

BBC accused of ‘bias’ in favour of assisted suicide

BBC accused of ‘bias’ in favour of assisted suicide

- Euthanasie et suicide assisté

The BBC has been accused of acting as a "cheerleader" for assisted suicide by broadcasting campaigners' views on national television without opposition. (The Telegraph)

Lire la suite