Irlande : l'euthanasie à nouveau rejetée par le Parlement

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Irlande

Publié le : 05/08/2021

Auteur / Source : Institut Européen de Bioéthique

Dans son rapport publié en juillet dernier, la commission ‘Justice' du Parlement irlandais (l'Oireachtas) a fait part de son refus d'examiner la proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie (assisted dying), insistant sur le manque de « barrières légales suffisantes » en la matière.

 

Introduit en septembre 2020 et intitulé Dying with Dignity Bill, le texte vise à autoriser sous conditions la prescription de substances létales que le patient s'injecterait ensuite lui-même (le cas échéant, avec l'aide d'un soignant) afin de mettre fin à ses jours. En cela, la proposition a plutôt trait à l'idée de suicide assisté, même si, fondamentalement, celle-ci se rapproche clairement de l'idée d'euthanasie.

 

Cet échec de la proposition survient alors qu'une première proposition, aux termes largement identiques, avait déjà été rejetée en 2015 par le Parlement irlandais. En 2018, la même commission parlementaire avait par ailleurs conclu à l'absence de nécessité d'une telle dépénalisation de l'euthanasie.

 

Dans son rapport de juillet 2021, la commission parlementaire prend appui sur les nombreuses contributions reçues à l'occasion de la consultation publique réalisée ces derniers mois, largement défavorables à la proposition de loi. Plusieurs experts étrangers (y compris issus de pays où l'euthanasie est dépénalisée), tels que l'organisation End of Life Care Europe, ont également pu alerter sur les dangers d'un tel texte.

Le rapport insiste en particulier sur la crainte exprimée par de nombreux intervenants (citoyens ou médecins) que la mise en oeuvre de la loi « conduise à un abus de faiblesse des personnes malades et vulnérables, qui pourraient se considérer comme une charge pour leur famille et se sentir sous pression pour choisir l'aide à mourir ». Par ailleurs, note la commission, « les personnes âgées elles-mêmes expriment leur consternation, considérant que le vote d'une telle loi renverrait l'idée que leur propre vie a peu de valeur aux yeux de la société ».

 

La commission parlementaire recommande enfin que soit mise sur pied une commission parlementaire spéciale visant à examiner de manière approfondie l'idée d'une « assistance médicale à mourir ».

En dépit de cette recommandation, il semble que l'avenir de la proposition en question soit largement incertain à court terme.

En effet, aux inquiétudes exprimées dans le cadre de la consultation publique, s'ajoutent les réticences des experts en médecine palliative, de même que les inquiétudes des défenseurs des droits des personnes handicapées et de la commission irlandaise des droits fondamentaux et de l'égalité. Une pétition rassemblant plus de 2500 soignants insistait également, il y a déjà plusieurs mois, sur les dangers de la proposition.


Articles similaires

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite

Euthanasie et démence : les Pays-Bas autorisent la sédation contrainte pour éviter toute résistance du patient

Euthanasie et démence : les Pays-Bas autorisent la sédation contrainte pour éviter toute résistance du patient

- Euthanasie et suicide assisté

Tel que mis à jour le 19 novembre dernier, le Code de bonnes pratiques des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie des Pays-Bas (RTE) prévoit de nouvelles précisions quant à la procédure à suivre en cas d'euthanasie effectuée sur une personne atteinte de démence et dont la capacité de consentement est altérée.

 

Cette modification fait suite à l'affaire judiciaire relative à la koffie-euthanasie (euthanasie-café), nommée ainsi du fait de l'administration d'un sédatif, par le médec...

Lire la suite

La branche belge des Frères de la Charité se rebelle et confirme sa position relative à l'euthanasie

La branche belge des Frères de la Charité se rebelle et confirme sa position relative à l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Fondée en 1807, la Congrégation des Frères de la Charité est une association  de consacrés et de laïcs dont le charisme ("Le Père Triest et sa perceptions des bons soins"), déployé dans le monde entier, est de prendre soin des personnes fragilisées par la maladie mentale. En Belgique, ce sont près de 5000 personnes malades qui sont accompagnées quotidiennement dans treize institutions psychiatriques du pays.

 

En Avril 2017, le Conseil d'Administration, constitué majoritairement de onze laïc...

Lire la suite