Inde : autoriser l'arrêt des soins et des traitements quitte à provoquer la mort

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/03/2018

Ce vendredi 9 mars 2018, la Cour Suprême d'Inde a reconnu aux personnes le droit de refuser, par voie de directives anticipées ou demande actuelle, tout traitement médical dans le but précis de se laisser mourir.

D'après elle, l'article 21 de la Constitution indienne, qui déclare le droit à la vie, à la liberté et la dignité, sous-entend un droit de chaque personne à une mort dans la paix et la dignité, sans souffrir. Ce droit impliquerait celui de refuser, de manière anticipée le cas échéant, tout traitement que le patient jugera inopportun.

Cette euthanasie peut prendre la forme d'un renoncement aux traitements médicamenteux, d'une demande d'interruption de l'alimentation ou de l'hydratation artificielle dans des circonstances spécifiques. L'administration d'une substance létale dans le but de provoquer la mort restera par contre illégale.

Le gouvernement indien s'oppose à cette euthanasie par voie de directives anticipées. Il craint que les patients ne soient pas forcément au courant des avancées médicales qui pourraient les guérir le jour venu, au moment où ils posent leur volonté sur papier.

La Cour estime au contraire ces directives indispensables. Elles permettraient de mettre un terme à “la pression sociale” et “la peur de poursuites pénale pour homicide, par les médecins et les familles ”. Pressions mènent souvent, jusqu'à ce jour, à l'acharnement médical et des conditions de décès “indignes”.

La demande du patient ou ses directives anticipées devront par conséquent être appliquées le jour où la personne souffre d'une maladie en phase terminale sans espoir de guérison, tombe dans un coma irréversible, ou se trouve dans un état végétatif « persistant ».

La Cour a développé des recommandations afin que ce nouveau droit puisse être appliqué. Les habitants majeurs, conscients et sain d'esprit, sont ainsi invités à s'exprimer leur souhait “par écrit, de manière absolument claire et sans ambiguïté, en présence de deux témoins”. Il doit nommer une personne de confiance qui donnera son accord lorsque la question d'un arrêt de traitement se posera.

Tout refus de la part d'un Conseil médical de respecter une directive pourra faire l'objet d'un recours devant la Cour.

Sources : The Hindu, Le Courrier International


Articles similaires

Des sommités mondiales en soins palliatifs pédiatriques s'adressent aux politiciens belges

Des sommités mondiales en soins palliatifs pédiatriques s'adressent aux politiciens belges

- Euthanasie et suicide assisté

Le premier Congrès international de soins palliatifs pédiatriques, réuni à Mumbai, en Inde, adresse une demande urgente au gouvernement belge. Elle est inscrite dans sa déclaration finale.
Organisé par l'International Children Palliative Care Network ou ICPCN diffusait dans le monde entier une déclaration pour réagir au texte belge qui permettrait l'euthanasie des enfants. Cette déclaration, signée par des sommités en matière de soins palliatifs pédiatriques, "appelle urgemment le gouvernement...

Lire la suite

Porte ouverte à l’euthanasie par omission de soins au Royaume-Uni

Porte ouverte à l’euthanasie par omission de soins au Royaume-Uni

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis l'arrêt An NHS Trust et autres c. Y de la Cour Suprême au Royaume-Uni de juillet dernier, le médecin et la famille d'une personne en état végétatif peuvent convenir que l'arrêt de l'hydratation et de l'alimentation du patient sont dans son meilleur intérêt, et provoquer sa mort sans l'aval d'un juge. Le Conseil Général des Médecins (General Medical Council) vient de publier ses directives en la matière.

L'arrêt de soins concerne des patients encore éveillés mais dans un état permanent ...

Lire la suite

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, une citoyenne hollandaise de 99 ans, aveugle et fatiguée de vivre, jugeait sa souffrance trop importante et sans espoir d'amélioration. Son médecin traitant ayant refusé de l'euthanasier, elle a décidé de faire appel à son fils. Celui-ci, Albert Heringa, qui n'est pas médecin, a franchi le pas en aidant sa mère à se suicider, en marge des conditions légales fixées par la loi relative à l'euthanasie.
Condamné en 2013 pour suicide assisté sur la personne de sa maman, Albert Heringa est ...

Lire la suite