Hausse vertigineuse de 75% pour l’euthanasie au Québec

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 12/12/2018

Au Québec, 845 personnes ont eu recours à l'euthanasie de juillet 2017 à mars 2018, soit une moyenne de 93 par mois, de 75% plus élevée que la moyenne mensuelle de l'année précédente (53). Au total, 1664 Québécois ont été euthanasiés depuis l'entrée en vigueur de la loi en décembre 2015. C'est ce qui ressort du récent rapport de la « Commission sur les soins de fin de vie ».

La Commission a été incapable de se prononcer sur 5% de l'ensemble des cas, faute d'informations. Pour 5 autres pourcents, elle a jugé que les conditions légales n'ont pas été respectées. Ainsi, pour 29 euthanasies (ou « aides médicales à mourir » – AMM – selon la loi québécoise), le médecin n'était pas indépendant par rapport au patient (i.e. il existait entre eux un lien hiérarchique, familial ou financier).  Dans 9 autres cas, le deuxième médecin consulté « n'a pas lui-même mené les entretiens avec la personne pour s'assurer du caractère éclairé de sa demande ou pour s'assurer de la persistance de ses souffrances et de la constance de sa volonté d'obtenir l'AMM. » 5 autres personnes n'étaient pas atteintes d'une maladie grave ou incurable, et deux personnes n'étaient pas en fin de vie.

Ces constats font craindre la même impuissance à contrôler la « légalité » des morts provoquées que dans les autres pays ayant autorisé l'euthanasie ou le suicide assisté. Ce sont en effet les mêmes termes et conditions qui sont utilisés dans ces différents pays et qui ne garantissent pas, de par leur caractère vague et subjectif, une pratique facile et sans tache. Partout aussi, le contrôle s'opère après la mort du patient, ne laissant aucune chance de rectifier un acte précipité ou imprudent.

Parallèlement, trois bioéthiciens québécois ont manifesté leur inquiétude, dans un article du Journal of Medical Ethics du 22 Novembre 2018, face aux demandes d'euthanasie qui surviennent parfois avant même l'exploration des autres options de soins, exploration pourtant prescrite par les directives en la matière.

Cette inquiétude est d'autant plus compréhensible qu'il est à craindre que des patients « optent pour l'AMM en raison des problèmes d'accès aux soins palliatifs », comme le dénoncent de nombreuses voix dont le Collège des médecins au Québec.

Pour aller plus loin : voir l'étude comparative Québec-Belgique sur le suicide assisté et l'euthanasie

Sources : La Presse (7/12/2018), Bioedge (9/12/2018), Gènétique (6/12/2018)


Articles similaires

Belgique : pas d'euthanasie pour 15 prisonniers qui en avaient fait la demande

Belgique : pas d'euthanasie pour 15 prisonniers qui en avaient fait la demande

- Euthanasie et suicide assisté

Suite à la demande d'euthanasie émise par Frank Den Bleeken, pour laquelle un avis favorable avait été émis en septembre dernier par 3 médecins (référence bulletin 18/09/2014), quinze autres prisonniers avaient demandé à être euthanasiés pour « souffrance psychique inapaisable ». Ils se sont vus récemment signifier que leur cas n'était pas recevable dans le cadre de la loi belge dépénalisant l'euthanasie. 

En effet, pour le Dr. Wim Distelmans (LEIF / VUB) : « la souffrance (psychique)  insupp...

Lire la suite

Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

- Euthanasie et suicide assisté

Agés de 9, 11 et 17 ans, ils ont été euthanasiés entre janvier 2016 et décembre 2017.

C'est ce que révèle le huitième rapport de la Commission fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie , couvrant la période 2016-2017. L'adolescent de dix-sept ans était atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne, et le petit garçon de neuf ans avait une d'une tumeur au cerveau. Quant à l'enfant de 11 ans, il était atteint de fibrose kystique.

C'est en juillet 2014 que le gouvernement a voté l'...

Lire la suite

Pays-Bas : la justice devra se prononcer sur l’euthanasie des personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la première fois en 16 ans aux Pays-Bas, un médecin est poursuivi par le Ministère Public pour avoir euthanasié une patiente souffrant de démence profonde.

La déclaration de volonté de la patiente, rédigée un an auparavant, contenait plusieurs contradictions : la patiente disait refuser d'entrer en maison de retraite et vouloir l'euthanasie, mais ce « sur sa demande » et « quand elle estimerait que le moment était venu ».  Le médecin a donc reçu une réprimande du bureau disciplinaire de...

Lire la suite