France : rejet de la loi sur la fin de vie par le Sénat

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/06/2015

Mardi 23 juin 2015 a eu lieu le vote du Sénat sur la proposition de loi relative à la fin de vie. Après des débats houleux, et de nombreux amendements apportés par les sénateurs, ces derniers se sont exprimés nombreux sur ce vote crucial. Sur 339 sénateurs présents dans l'hémicycle, 196  se sont exprimé à l'encontre de la proposition de loi.
Les débats ont permis de mettre en exergue plusieurs points de contestation quant à l'esprit de la loi. Ils ont clairement opposé le gouvernement et le rapporteur de la loi à un grand nombre de sénateurs à l'origine de nombreux amendements.
Le projet de loi initial était favorable à une sédation profonde et continue et à l'arrêt des traitements, y compris l'alimentation et l'hydratation du patient en cas de maintien artificiel de la vie. Une majorité de sénateurs, à l'appui de nombreux médecins, avaient amendé le texte pour rappeler qu'arrêter d'alimenter et d'hydrater un patient est une forme d'euthanasie masquée. Ils rappelaient que la prise en compte de la volonté du patient devait être réaffirmée et que  le caractère continu d'une sédation ne peut être imposé, soulignant le fait que l'hydratation était un soin auquel chacun avait droit jusqu'à la fin de la vie. Ces sénateurs  réaffirmaient que la loi devrait appuyer la primauté des soins palliatifs.
Estimant que l'esprit de la loi initiale avait été dénaturé, le gouvernement a demandé un vote solennel à la suite duquel que le Sénat a rejeté cette proposition de loi.
C'est ainsi que, loin d'un consensus annoncé par le gouvernement, le texte initial de l'Assemblée nationale devra revenir en seconde lecture devant les députés pour un nouveau vote à l'automne 2015. 
Source : senat.fr


Articles similaires

France : le Conseil d'Etat confirme la radiation de l’Ordre des médecins de Nicolas Bonnemaison

France : le Conseil d'Etat confirme la radiation de l’Ordre des médecins de Nicolas Bonnemaison

- Euthanasie et suicide assisté

A la suite du décès suspect de plusieurs patients au centre hospitalier de Bayonne, des poursuites disciplinaires et pénales ont été engagées contre le docteur Nicolas Bonnemaison, soupçonné d'avoir administré à certains de ces patients des substances ayant provoqué leur mort, en particulier un produit contenant du curare, le Norcuron.

Radié par la chambre disciplinaire régionale de l'ordre des médecins d'Aquitaine le 24 janvier 2013 - décision confirmée en appel par la chambre disciplinaire ...

Lire la suite

Plus de 172 pédiatres affirment que la souffrance en fin de vie est  parfaitement contrôlable

Plus de 172 pédiatres affirment que la souffrance en fin de vie est parfaitement contrôlable

- Euthanasie et suicide assisté

Exprimant leur inquiétude à propos de l'élargissement de la loi sur l'euthanasie aux mineurs, un groupe de plus de 172 pédiatres et professeurs de l'enseignement supérieur a remis  une lettre ouverte à tous les présidents de partis de Belgique. Dans celle-ci, ces médecins, qui assistent au quotidien les enfants malades, demandent de mieux réfléchir sur l'extension de la loi portant sur l'euthanasie des mineurs. Sans exiger la suspension de ce projet de loi, ils réclament toutefois un temps de ...

Lire la suite

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite