France : rejet de la loi sur la fin de vie par le Sénat

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Mardi 23 juin 2015 a eu lieu le vote du Sénat sur la proposition de loi relative à la fin de vie. Après des débats houleux, et de nombreux amendements apportés par les sénateurs, ces derniers se sont exprimés nombreux sur ce vote crucial. Sur 339 sénateurs présents dans l'hémicycle, 196  se sont exprimé à l'encontre de la proposition de loi.
Les débats ont permis de mettre en exergue plusieurs points de contestation quant à l'esprit de la loi. Ils ont clairement opposé le gouvernement et le rapporteur de la loi à un grand nombre de sénateurs à l'origine de nombreux amendements.
Le projet de loi initial était favorable à une sédation profonde et continue et à l'arrêt des traitements, y compris l'alimentation et l'hydratation du patient en cas de maintien artificiel de la vie. Une majorité de sénateurs, à l'appui de nombreux médecins, avaient amendé le texte pour rappeler qu'arrêter d'alimenter et d'hydrater un patient est une forme d'euthanasie masquée. Ils rappelaient que la prise en compte de la volonté du patient devait être réaffirmée et que  le caractère continu d'une sédation ne peut être imposé, soulignant le fait que l'hydratation était un soin auquel chacun avait droit jusqu'à la fin de la vie. Ces sénateurs  réaffirmaient que la loi devrait appuyer la primauté des soins palliatifs.
Estimant que l'esprit de la loi initiale avait été dénaturé, le gouvernement a demandé un vote solennel à la suite duquel que le Sénat a rejeté cette proposition de loi.
C'est ainsi que, loin d'un consensus annoncé par le gouvernement, le texte initial de l'Assemblée nationale devra revenir en seconde lecture devant les députés pour un nouveau vote à l'automne 2015. 
Source : senat.fr


Articles similaires

Portugal : nouveau rejet de la loi sur l'euthanasie

Portugal : nouveau rejet de la loi sur l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Après l'annulation d'une première loi par le Tribunal constitutionnel portugais, le texte de loi remanié a cette fois fait l'objet d'un veto présidentiel le 29 novembre 2021.

La première version de la loi, adoptée en janvier 2021 (voy. IEB 27/01/21), avait en effet été jugée inconstitutionnelle (voy. IEB 18/03/21) par les juges suprêmes (eux-mêmes saisis par le Président de la République), du fait des imprécisions juridiques entourant la condition relative à l'état de santé du patient.

La no...

Lire la suite

Espagne : la dépénalisation de l'euthanasie entre les mains du Sénat

Espagne : la dépénalisation de l'euthanasie entre les mains du Sénat

- Euthanasie et suicide assisté

L'année 2020 du Parlement espagnol avait débuté avec l'examen d'une proposition de loi visant à autoriser la pratique de l'euthanasie. Cette même année s'est clôturée par un vote du Congrès des députés (chambre basse du Parlement) en faveur de la proposition de loi.

Par un vote tenu le 17 décembre dernier, 198 députés se sont prononcés en faveur du texte, contre 138 oppositions et deux abstentions.

Il appartient désormais au Sénat de se prononcer sur la proposition, vraisemblablement dans le...

Lire la suite

France : le Conseil national d'éthique ouvre la "voie" à l'euthanasie

France : le Conseil national d'éthique ouvre la "voie" à l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le débat relatif à l'autorisation de l'euthanasie et du suicide assisté est relancé en France, à travers l'avis rendu par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) ce 13 septembre.

Attendu depuis plusieurs mois, cet avis indique en substance « qu'il existe une voie pour une application éthique de l'aide active à mourir », pour autant que soient remplies « certaines conditions strictes ».

Par "aide active à mourir", le Comité vise aussi bien le suicide assisté que l'euthanasie, en tant ...

Lire la suite