France : 16 professions en alerte sur la proposition de loi relative à la fin de vie

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Alors que la proposition de loi relative à la fin de vie va très prochainement être débattue en commission mixte paritaire, 16 corps professionnels ont uni leur voix en France afin d'alerter sur les risques que représentent certaines mesures censées apporter de nouveaux droits aux patients et aux personnes en fin de vie.
Dans un communiqué publié ce lundi 11 janvier 2016 par la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs, l'ensemble des professionnels de la santé signataires réaffirment avec force deux dimensions essentielles et indissociables de leur profession.
Les infirmiers, oncologues, médecins généralistes, gériatres, etc… rappellent en premier lieu que « donner la mort ne relève en aucune façon de la compétence des professionnels de santé ». Cette considération est indispensable pour garantir la qualité de la relation de « confiance mutuelle et réciproque » entre le soignant et le patient.

« Les français refusent de 'mal mourir' ? Nous le refusons aussi. Pour éviter cela il est indispensable de développer la formation en soins palliatifs et prise en charge de la douleur de tous les professionnels de santé ainsi que la possibilité pour tous les citoyens de bénéficier de soins adaptés aussi bien au sein des établissements de santé, médico-sociaux, qu'à domicile. Il est également fondamental d'engager tous les soignants au développement de soins humains et de soins de support dès le début de la vie. Des moyens humains et financiers doivent être mis en oeuvre en ce sens. »

Source : Société Française d'Accompagnement et de de Soins Palliatifs 


Articles similaires

Pays-Bas : une proposition de loi pour autoriser le suicide assisté à partir de 75 ans

Pays-Bas : une proposition de loi pour autoriser le suicide assisté à partir de 75 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement néerlandais se penchera prochainement sur une proposition de loi visant à autoriser l'aide au suicide pour "vie accomplie" à partir de 75 ans, en dehors de toute condition médicale. Le texte, déposé par la députée Pia Dijkstra du parti D66 (gauche libérale), représente un pas de plus vers la consécration d'un "droit à mourir", dans un pays où déjà 4,2 % (en 2019) de la population meurt par euthanasie.

 

L'exposé des motifs de la proposition pose comme principe de départ que la d...

Lire la suite

France : prélèvement automatique d'organes sur une personne décédée ?

France : prélèvement automatique d'organes sur une personne décédée ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Qui n'a dit mot, est supposé avoir consenti » : tel est actuellement le principe (consentement présumé) qui régit le prélèvement d'organes sur une personne décédée en France. Le prélèvement d'organes est dès lors possible si la personne n'a pas explicitement manifesté son refus de son vivant. La pratique montre cependant que les proches sont toujours consultés, et qu'un prélèvement n'est jamais réalisé sans leur accord. 
Dans le cadre de la loi santé portée par la ministre Marisol Touraine, ...

Lire la suite

Mobilisation dans 60 villes de France : « Soulager mais pas tuer »

Mobilisation dans 60 villes de France : « Soulager mais pas tuer »

- Euthanasie et suicide assisté

Ce vendredi 28 novembre, le Collectif « Soulager mais pas tuer » a lancé une première campagne de mobilisation dans 60 villes françaises « contre l'euthanasie, sous toutes ses formes, et contre le suicide médicalement assisté ». Parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage a inspiré le film « Intouchables », ce collectif rassemble plusieurs associations dont Soigner dans la dignité, Convergence soignants soignés, Alliance Vita, l'Institut Européen de Bioéthique, 100% ...

Lire la suite