France : 16 professions en alerte sur la proposition de loi relative à la fin de vie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/01/2016

Alors que la proposition de loi relative à la fin de vie va très prochainement être débattue en commission mixte paritaire, 16 corps professionnels ont uni leur voix en France afin d'alerter sur les risques que représentent certaines mesures censées apporter de nouveaux droits aux patients et aux personnes en fin de vie.
Dans un communiqué publié ce lundi 11 janvier 2016 par la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs, l'ensemble des professionnels de la santé signataires réaffirment avec force deux dimensions essentielles et indissociables de leur profession.
Les infirmiers, oncologues, médecins généralistes, gériatres, etc… rappellent en premier lieu que « donner la mort ne relève en aucune façon de la compétence des professionnels de santé ». Cette considération est indispensable pour garantir la qualité de la relation de « confiance mutuelle et réciproque » entre le soignant et le patient.

« Les français refusent de 'mal mourir' ? Nous le refusons aussi. Pour éviter cela il est indispensable de développer la formation en soins palliatifs et prise en charge de la douleur de tous les professionnels de santé ainsi que la possibilité pour tous les citoyens de bénéficier de soins adaptés aussi bien au sein des établissements de santé, médico-sociaux, qu'à domicile. Il est également fondamental d'engager tous les soignants au développement de soins humains et de soins de support dès le début de la vie. Des moyens humains et financiers doivent être mis en oeuvre en ce sens. »

Source : Société Française d'Accompagnement et de de Soins Palliatifs 


Articles similaires

Belgique : disparition d’un alinéa de la loi relative à l’euthanasie

Belgique : disparition d’un alinéa de la loi relative à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

En mars 2015, la députée MR, Sybille de Coster-Bauchau adressait une question à la Ministre des Affaires sociales et de la santé à propos du "retour des reliquats de produits létaux utilisés lors des euthanasies (à domicile)". La réponse de Maggie De Block avait été claire : "la législation fédérale en matière de médicaments ne réglemente pas d'une manière spécifique les médicaments utilisés dans le cadre de l'euthanasie. (...) Le médecin (pratiquant une euthanasie à domicile) ne doit pas léga...

Lire la suite

France : prélèvement automatique d'organes sur une personne décédée ?

France : prélèvement automatique d'organes sur une personne décédée ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Qui n'a dit mot, est supposé avoir consenti » : tel est actuellement le principe (consentement présumé) qui régit le prélèvement d'organes sur une personne décédée en France. Le prélèvement d'organes est dès lors possible si la personne n'a pas explicitement manifesté son refus de son vivant. La pratique montre cependant que les proches sont toujours consultés, et qu'un prélèvement n'est jamais réalisé sans leur accord. 
Dans le cadre de la loi santé portée par la ministre Marisol Touraine, ...

Lire la suite

Plus de 172 pédiatres affirment que la souffrance en fin de vie est parfaitement contrôlable

- Euthanasie et suicide assisté

Exprimant leur inquiétude à propos de l'élargissement de la loi sur l'euthanasie aux mineurs, un groupe de plus de 172 pédiatres et professeurs de l'enseignement supérieur a remis  une lettre ouverte à tous les présidents de partis de Belgique. Dans celle-ci, ces médecins, qui assistent au quotidien les enfants malades, demandent de mieux réfléchir sur l'extension de la loi portant sur l'euthanasie des mineurs. Sans exiger la suspension de ce projet de loi, ils réclament toutefois un temps de ...

Lire la suite