Euthanasie vóór orgaandonatie?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 22/10/2014

Dicky Ringeling (61) liet euthanasie plegen en redde vervolgens zeker vijf mensen met haar organen. Daarmee wordt het onderwerp van euthanasie en orgaandonatie terug op de agenda gezet.  In tegenstelling tot België waar een opt-out systeem van toepassing is voor orgaandonatie (men gaat uit dat je akkoord gaat met orgaandonatie tenzij je een document hebt), geldt in Nederland het opt-in systeem, je moet aangeven dat je  je organen ter beschikking wilt stellen.
"De procedures (euthanasie en orgaandonatie) zijn los van elkaar al  enorm ingewikkeld en ook tegenstrijdig: bij orgaantransplantatie is haast geboden, bij euthanasie moet de overledene juist eerst uitvoerig worden nagekeken door een schouwarts (lijkschouwer)." Maar mevrouw Ringeling was overtuigd van haar wens. Haar dochter zegt: "Haar mening was: als ik dan toch doodga, wil ik in ieder geval anderen nog kunnen helpen". Transplantiecoördinator Hanneke Hagenaars, die betrokken was bij de donatie van Dicky, wijst er wel op dat zorgvuldigheid geboden is. "Het  is essentieel dat we de  procedures rond euthanasie en donatie uit elkaar houden. Eerst moet alles rond zijn voor de euthanasie, pas  daarna kan orgaantransplantatie worden besproken. Het mag niet zo zijn dat de donatie leidt tot de euthanasie. Dit zijn zulke gevoelige
zaken, daar moeten we heel voorzichtig mee zijn.
"
 


Articles similaires

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une ...

Lire la suite

"Inquiétudes autour de l’euthanasie” en Belgique : reportage

"Inquiétudes autour de l’euthanasie” en Belgique : reportage

- Euthanasie et suicide assisté

Diffusée le 30 septembre dernier, l'enquête de la VRT « Onrust om euthanasie » (Inquiétudes autour de l'euthanasie) est révélatrice du malaise croissant qui règne en Belgique par rapport à l'euthanasie. Incompréhensions du côté des patients, inconfort des médecins face aux revendications de leurs patients, insoumission à la loi, souffrance des familles, ... Ce podcast d'une trentaine de minutes plonge le spectateur au coeur du monde de l'euthanasie, monde à la fois bureaucratique de la Commiss...

Lire la suite

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, M. Heringa a aidé sa mère de 99 ans à mettre fin à ses jours en lui procurant certains médicaments, après qu'un médecin eût refusé de pratiquer l'euthanasie.
Le Tribunal reconnaît qu'Albert Heringa "a délibérément choisi de ne pas respecter la loi", mais comme il « est convaincu qu'il a agi par amour pour sa mère, il ne sera pas puni". Alors que le parquet avait requis une peine de 3 mois de prison avec sursis, au lieu des 3 ans encourus, le tribunal a décidé de l'acquitter.
Le droit ...

Lire la suite