Euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 16/09/2014

Dr Eduard Verhagen, kinderarts van het UMC Groningen en de vader van het Groningen-protocol, zette euthanasie voor kinderen weer op de Nederlandse agenda. In Nederland worden kinderen vanaf 12 jaar als wilsbekwaam geacht, in de euthanasiewetgeving, al is tot 16 jaar ook instemming van de ouders vereist.
Het KNMG* (artsenvereniging die 75% van de artsen vertegenwoordigd) liet via haar woordvoerder weten dat: "Als de arts met grote behoedzaamheid handelt, is levensbeëindiging door artsen bij ernstig zieke minderjarigen die dat willen nu al mogelijk." Ze gaan in op de juridische redenering zeggende "Omdat een kind jonger dan 12 jaar geen rechtsgeldig verzoek om levensbeëindiging mag doen, wordt dit geen euthanasie genoemd, maar levensbeëindiging zonder verzoek. De arts kan volgens de KNMG een beroep doen op artikel 40 van het Wetboek van Strafrecht, waarin letterlijk staat: ‘Niet strafbaar is hij die een feit begaat waartoe hij door overmacht is gedrongen.' ‘Overmacht' geldt hier in de zin van een noodtoestand als gevolg van een conflict van plichten; het conflict van plichten van de arts om leven te behouden en ondraaglijk en uitzichtloos lijden te voorkomen. Dat laatste kan volgens de KNMG soms alleen nog door het lijden op te heffen en levensbeëindigend te handelen."
De discussie over euthanasie voor kinderen onder de 12 jaar volgt op de verandering van de Belgische wetgeving februari 2014 om de leeftijdsgrens van 18 jaar los te laten en zo euthanasie mogelijk te maken voor ‘oordeelsbekwame' minderjarigen.
*Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst
Bronnen: Volkskrant  en Artsennet

Dossier EIB: Groningen Protocol (in het Frans)


Articles similaires

La Cour d'Assises se penche sur l'euthanasie pour souffrance psychique

La Cour d'Assises se penche sur l'euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Les trois médecins ayant pratiqué ou approuvé l'euthanasie de Tine Nys l'ont-ils fait de manière illégale et sont-ils coupables d'empoisonnement ? Telle est la question à laquelle répondront les douze jurés de la Cour d'assises de Gand, à l'issue du procès qui s'est ouvert ce 14 janvier. Cette affaire constitue le premier procès d'assises relatif à l'application de la loi sur l'euthanasie.

Rétroactes
L'affaire remonte au printemps 2010, lorsque Tine Nys, jeune femme de 38 ans, exprime la dema...

Lire la suite

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, près de 450 médecins ont signé une pétition demandant d'interdire l'euthanasie de patients déments. Même dans le cas où ces derniers ont rédigé une déclaration anticipée d'euthanasie, il se peut qu'ils ne puissent plus, au moment de l'injection létale, exprimer clairement leur souhait qu'on provoque leur mort, ou qu'ils ne réalisent pas la portée irrémédiable de l'acte du médecin.

Parmi les initiateurs de cette pétition, le Dr Boudewijn Chabot, spécialiste en gériatrie, qui, ave...

Lire la suite

Belgique : l'euthanasie en dehors du cadre légal?

Belgique : l'euthanasie en dehors du cadre légal?

- Euthanasie et suicide assisté

De nombreux médecins et infirmières provoquent intentionnellement la mort de leur patient, ne respectant pas le cadre de la loi dépénalisant l'euthanasie.
Plusieurs points révélés par deux études réalisées par l'équipe « End-of-life Care Research Group » de la VUB démontrent le non-respect évident de plusieurs dispositions essentielles de la loi dépénalisant l'euthanasie. 
La première étude analyse les réponses de médecins en Flandre qui ont eu à certifier la mort d'un patient. Ayant utilisé d...

Lire la suite