Euthanasie : position des partis politiques et désignation des rapporteurs en commision

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 07/02/2013

Les deux rapporteurs de la commission réunie Justice et Affaires sociales ont été désignés. Il s'agit de Zakia Khattabi (Députée bruxelloise et députée au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles, Sénatrice de communauté et cheffe de groupe) et de Rik Torfs (Professeur à la KU Leuven).

En résumé  (source : LeSoir.be)


« Le PS ouvre l'euthanasie aux mineurs. Il faut actualiser la loi pour l'ouvrir aux enfants capables de discernement. (…°) L'évaluation de la capacité de discernement devra être réalisée par un pédopsychiatre ou un spécialiste disposant d'une expertise similaire, qui attestera que le mineur est à même d'apprécier raisonnablement les conséquences de sa demande. »
Le sénateur Philippe Mahoux (PS) n'avance qu'avec grande prudence pour les malades atteints de dégénérescence mentale progressive, comme la maladie d'Alzheimer. « La loi peut être appliquée s'il y a déclaration anticipée et que survient une inconscience irréversible. Mais la dégénérescence progressive n'est pas nécessairement irréversible et il y a débat. Une réponse doit pouvoir être apportée aux situations dramatiques que vivent les malades et leurs familles et que de nombreuses personnes voudraient pouvoir s'éviter à elles-mêmes. La difficulté réside dans la détermination de l'état exact du malade. Il faut vérifier si les neurosciences peuvent identifier assez clairement les différents stades de dégénérescence, et pouvoir classer certains en l'équivalent de l'inconscience irréversible. Il faut que le Sénat organise un débat préalable avec scientifiques, juristes et éthiciens. »


Le MR : « Pas de mot d'ordre, chacun vote en conscience »
Le Mouvement réformateur n'a pas d'opinion tranchée sur l'extension de la loi sur l'euthanasie aux mineurs ou personnes déficientes mentales.


Le cdH : « Radicalement contre »
Le CDH est « radicalement opposé » à une extension de la loi sur l'euthanasie aux personnes atteintes de démence et aux mineurs. Le parti rappelle qu'il s'y était déjà opposé lors de l'adoption de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie et qu'il a réitéré son opposition dans le programme fédéral de 2010. Le CDH se dit toutefois ouvert « à débattre du renforcement de l'accompagnement pour les patients en fin de vie en soins palliatifs, tant pour les mineurs que pour les majeurs. Cela nous semble en effet déterminant pour permettre à tous de terminer leur vie dans la dignité », dit le parti.

Ecolo : « Nous sommes ouverts à la discussion »
Les écologistes ont voté la loi sur l'euthanasie il y a dix ans. Et ont récemment déposé plusieurs propositions de révision. Sur l'extension de la loi, le parti n'a toutefois pas de position arrêtée. « Mais nous sommes ouverts au dialogue, dit Cécile Thibaut, sénatrice, en charge des questions éthiques. La notion de discernement nous semble être la bonne porte d'entrée pour aborder la question. Avec toutefois une balise : que cela concerne les mineurs ou les personnes déficientes mentales, le patient doit systématiquement rester au centre du processus. »

La Flandre
La Flandre est pour, sauf le CD&V qui se tait. « Chacun a la liberté de déposer une proposition de loi. Il faudra ensuite mener une discussion au Parlement. » Le parti chrétien flamand ne souhaite pas dévoiler sa position. « Nous le ferons le moment venu si le débat intervient. »

AGENDA: Tout cela avant juin 2014 ? « Travaillons et engrangeons ce qui peut l'être. » (Philippe Mahoux)


Articles similaires

Suggestion de deux bioéthiciens pour l’accès à l’euthanasie des dépressifs "incurables"

Suggestion de deux bioéthiciens pour l’accès à l’euthanasie des dépressifs "incurables"

- Euthanasie et suicide assisté

Alors qu'une proposition de loi vient d'être déposée en Belgique visant à favoriser l'accès à l'euthanasie pour les patients incapables d'exprimer leur volonté, inconscients ou atteints d'une affection cérébrale non congénitale, à un stade avancé tel qu'ils l'ont mentionné dans leur déclaration anticipée, les scientifiques canadiens et néerlandais Schuklenk et van de Vathorst prônent dans le Journal of Medical Ethics l'autorisation de l'euthanasie pour les patients dépressifs "incurables".
Sel...

Lire la suite

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, près de 450 médecins ont signé une pétition demandant d'interdire l'euthanasie de patients déments. Même dans le cas où ces derniers ont rédigé une déclaration anticipée d'euthanasie, il se peut qu'ils ne puissent plus, au moment de l'injection létale, exprimer clairement leur souhait qu'on provoque leur mort, ou qu'ils ne réalisent pas la portée irrémédiable de l'acte du médecin.

Parmi les initiateurs de cette pétition, le Dr Boudewijn Chabot, spécialiste en gériatrie, qui, ave...

Lire la suite

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

- Euthanasie et suicide assisté

Een 45-jarige verpleegkundige moet zich niet voor een assisenjury verantwoorden voor de moordpoging op haar zwaar dementerende moeder Yvette. Twee jaar geleden mengde ze slaappillen in haar pudding 'om haar lijden te beperken'. De bejaarde vrouw ontsnapte op het nippertje aan de dood.  Het Brugse parket toont zich nu inschikkelijk en besluit de dochter niet te vervolgen wegens poging tot oudermoord. (Bron: De standaard 16/06/2013)
Professor in de palliatieve geneeskunde Wim Distelmans ...

Lire la suite