Euthanasie : Ph. Mahoux ne voit pas la nécessité d’élargir la loi belge.

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 13/06/2010

Abordant la question de l'extension éventuelle du champ d'application de la loi, Philippe Mahoux (Parti Socialiste), co-auteur de la loi dépénalisant l'euthanasie, estime : « bien que la loi ne soit pas parfaite, il est inopportun, et même dangereux, de vouloir, dans le climat actuel, la remettre en discussion pour tenter d'obtenir des avancées législatives dans les domaines qu'elle ne couvre pas (mineurs d'âge, incapacité de s'exprimer, etc.). » Il a souligné que l'interprétation de certains termes de la loi donnait, déjà actuellement, une liberté d'action assez large au médecin pour autant que celui-ci veuille les utiliser. Il a aussi rappelé, par ailleurs, que, dans les domaines non couverts par la loi, invoquer l'état de nécessité reste toujours une option possible.
De plus, les responsables de l'ADMD Belgique rappellent dans leur Bulletin de juin 2010 que « notre législation actuelle donne déjà, dans notre pays, la possibilité de répondre à beaucoup de demandes d'euthanasie de patients très âgés même s'ils ne sont pas atteints de cancer ou d'une maladie neurologique mortelle. La surdité, la cécité, la perte d'autonomie pour les moindres petits gestes quotidiens, les arthroses multiples limitant la mobilité et entraînant une dépendance pénible sont des affections incurables qui, lorsqu'elles sont présentes simultanément, constituent une pathologie grave, à l'origine de souffrances physiques ou psychiques insupportables et entrent donc dans le cadre de la loi. »
Source : Bulletin de l'ADMD, juin 2010 p. 15.  http://www.admd.be/Bulletins/Bulletin%20116.pdf


Articles similaires

Quand l’idéologie s’empare du débat sur l’euthanasie

Quand l’idéologie s’empare du débat sur l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Hans Geybels, Professeur de théologie à la KUL, a lancé dans le magazine Knack un appel pressant à sortir de la dichotomie « conservateurs-progressistes » lorsqu'il s'agit de débats bioéthiques tel que celui sur la fin de vie. Ce sont des sujets trop importants que pour être sacrifiés sur l'autel des convictions idéologiques, il s'y joue bien plus qu'une victoire entre idées conservatrices ou progressistes.

Que signifient d'ailleurs ces termes dans le débat ? Le progressisme semble vouloir ro...

Lire la suite

Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une longue interview parue dans le Journal du médecin du 17 février 2012, le Dr Lossignol, coordinateur du forum francophone EOL (End Of Life) et chef du service des soins supportifs à l'Institut Bordet, membre de l'ADMD (Association du droit de mourir dans la dignité) exprime ses réticences quant au bien-fondé d'un élargissement de la loi votée en 2002.
Le Dr Lossignol estime qu'il faut d'abord s'assurer que le monde médical connaît bien le cadre légal actuel, ce qui n'est pas encore le ...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite