Euthanasie : lobbying au sein de l’Association Médicale Mondiale

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 30/11/2017

Ces 16 et 17 Novembre 2017, l'Association Médical Mondiale (AMM) – en anglais la  World Medical Association (WMA) - s'est réunie à Rome afin de débattre de la fin de vie et de la question de l'euthanasie. Dans ses résolutions officielles, l'AMM juge "contraires à l'éthique" l'euthanasie et le suicide assisté. Elle "encourage toutes les associations médicales nationales et les médecins à s'abstenir de pratiquer l'euthanasie, même si la législation nationale le permet".

Se sentant montrées du doigt, les associations médicales des Pays-Bas et du Canada, deux pays où l'euthanasie a été dépénalisée sous certaines conditions, souhaitent que l'AMM modifie sa position et fasse preuve de  « neutralité » vis-à-vis des médecins  qui pratiquent l'euthanasie, ceux-ci  pouvant se sentir jugés par leurs confrères.

Ce sont donc deux associations médicales nationales qui veulent faire changer la position mondiale des 112 autres associations de médecins composant l'AMM.

On comprend que des conceptions opposées de la profession médicale s'opposent. Tandis que le Président de la KNMG néerlandaise, René Héman, promoteur de l'euthanasie, invoque certains passages de la Déclaration de Genève, mettant en avant l'autonomie et la dignité du patient, le président de l'association de médecins allemands, Franck Ulrich Montgomery, rappelle que l'autonomie du patient ne peut impliquer un médecin, et de rappeler le serment d'Hippocrate « je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande ». Il insiste sur le rôle des professionnels de la santé qui est de guérir ou soulager les souffrances, et non de tuer le patient.

« Lorsqu'un patient, subissant une souffrance insupportable et sans issue, demande à en finir, le médecin doit-il à ce moment se positionner contre lui ou à ses côtés ? » rétorque Héman. Mais tuer un patient est-il vraiment un acte de compassion, lorsque les soins palliatifs existent pour répondre au soulagement des souffrances sans abréger la vie ?

Montgomery remet par ailleurs en question la place des sondages dans ces questions d'éthiques, qui déclarent que 70% de la population dans les pays industrialisés réclame la possibilité d'avoir le choix et l'option de l'euthanasie. En effet, « Est-ce que notre éthique et nos convictions profondes dépendent des sondages? ».

Voir aussi  Fils d'actus : "L'Association médicale mondiale examine les questions de fin de vie et d'euthanasie"

Sources : Alliance Vita


Articles similaires

Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

Les infirmières belges soutiendraient-elles la pratique de l’euthanasie?

- Euthanasie et suicide assisté

Les infirmières en pédiatrie en Belgique veulent elles vraiment pouvoir euthanasier des enfants atteints de maladies incurables ? Un article récent paru dans « The American Journal of Critical Care » semble le suggérer. Cet article a été rédigé suite à une enquête * réalisée auprès de 141 infirmières. 

L'euthanasie des enfants est illégale en Belgique, tandis que l'euthanasie des adultes est autorisée à certaines conditions et doit être réalisée par un médecin. L'enquête établit « qu'une majo...

Lire la suite

Verpleegkundige pleegt moord of onwettige euthanasie?

Verpleegkundige pleegt moord of onwettige euthanasie?

- Euthanasie et suicide assisté

Op 5 mei 2014 werd gedurende een persconferentie bekend gemaakt dat een verpleegkundige uit Wevelgem al anderhalve week in de cel zit op verdenking van moord.  Het parket maakte bekend dat het gaat om feiten die zich afspeelden op een termijn van 30 jaar, men maakte niet bekend hoeveel gevallen er zouden zijn.
Er is nog onduidelijkheid of het gaat om patiënten die gevraagd hadden om euthanasie en hij daarop is ingegaan.  Echter euthanasie valt onder de verantwoordelijkheid van de arts, een ve...

Lire la suite

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

Le PS demande un élargissement de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

"Le PS veut aborder les cas des mineurs d'âge ou des personnes en état d'inconscience progressive et souhaite aussi que  la validité de la déclaration anticipée soit améliorée", ce qui veut dire que cette la validité serait étendue, si pas illimitée dans le temps"
Le PS veut également "soutenir davantage le corps médical" et améliorer les "capacités de réponses médicales" aux situations de fin de vie, tant pour les soins palliatifs que pour l'euthanasie (formation, équipes spécialisées...). C'...

Lire la suite