Euthanasie : lobbying au sein de l’Association Médicale Mondiale

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 30/11/2017

Ces 16 et 17 Novembre 2017, l'Association Médical Mondiale (AMM) – en anglais la  World Medical Association (WMA) - s'est réunie à Rome afin de débattre de la fin de vie et de la question de l'euthanasie. Dans ses résolutions officielles, l'AMM juge "contraires à l'éthique" l'euthanasie et le suicide assisté. Elle "encourage toutes les associations médicales nationales et les médecins à s'abstenir de pratiquer l'euthanasie, même si la législation nationale le permet".

Se sentant montrées du doigt, les associations médicales des Pays-Bas et du Canada, deux pays où l'euthanasie a été dépénalisée sous certaines conditions, souhaitent que l'AMM modifie sa position et fasse preuve de  « neutralité » vis-à-vis des médecins  qui pratiquent l'euthanasie, ceux-ci  pouvant se sentir jugés par leurs confrères.

Ce sont donc deux associations médicales nationales qui veulent faire changer la position mondiale des 112 autres associations de médecins composant l'AMM.

On comprend que des conceptions opposées de la profession médicale s'opposent. Tandis que le Président de la KNMG néerlandaise, René Héman, promoteur de l'euthanasie, invoque certains passages de la Déclaration de Genève, mettant en avant l'autonomie et la dignité du patient, le président de l'association de médecins allemands, Franck Ulrich Montgomery, rappelle que l'autonomie du patient ne peut impliquer un médecin, et de rappeler le serment d'Hippocrate « je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande ». Il insiste sur le rôle des professionnels de la santé qui est de guérir ou soulager les souffrances, et non de tuer le patient.

« Lorsqu'un patient, subissant une souffrance insupportable et sans issue, demande à en finir, le médecin doit-il à ce moment se positionner contre lui ou à ses côtés ? » rétorque Héman. Mais tuer un patient est-il vraiment un acte de compassion, lorsque les soins palliatifs existent pour répondre au soulagement des souffrances sans abréger la vie ?

Montgomery remet par ailleurs en question la place des sondages dans ces questions d'éthiques, qui déclarent que 70% de la population dans les pays industrialisés réclame la possibilité d'avoir le choix et l'option de l'euthanasie. En effet, « Est-ce que notre éthique et nos convictions profondes dépendent des sondages? ».

Voir aussi  Fils d'actus : "L'Association médicale mondiale examine les questions de fin de vie et d'euthanasie"

Sources : Alliance Vita


Articles similaires

Mortier vs Belgium : premier dossier d’une euthanasie belge à la CEDH

Mortier vs Belgium : premier dossier d’une euthanasie belge à la CEDH

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le rôle de l'Etat est aussi de protéger les personnes vulnérables, l'Etat belge aurait-il été négligent en ne réagissant pas à l'euthanasie d'une personne très fragilisée par 20 longues années de dépression ? Le cas est celui de Godelieve De Troyer, euthanasiée en 2012 par le Prof. Wim Distelmans, oncologue et président de la Commission d'évaluation de l'euthanasie. Après que ce médecin ait provoqué la mort de la patiente, l'hôpital avait contacté  son fils, Tom Mortier, lui apprenan...

Lire la suite

Euthanasie: Tegen-opinie van verschillende professoren geneeskunde en ethiek

Euthanasie: Tegen-opinie van verschillende professoren geneeskunde en ethiek

- Euthanasie et suicide assisté

Opinie gepubliceerd in De Morgen 7/10/2013
 Zorg om levenseinde verdraagt geen demagogie "Het ideaal van de 'best medical practice' realiseer je niet door de relatie kind/arts verder te juridiseren", stellen verschillende professoren geneeskunde en ethiek.

De Morgen pakt uit met een voorpagina die schreeuwt om aandacht: er is volgens een aantal kinderartsen een snelle, onverwijlde uitbreiding van de euthanasiewet naar minderjarigen nodig (DM 6/11). De grote meerderheid van de bevolking zou ...

Lire la suite

Le Parlement italien se penche sur une proposition de loi pour dépénaliser l'euthanasie

Le Parlement italien se penche sur une proposition de loi pour dépénaliser l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le 6 juillet 2021, les Commissions réunies de la Justice et des Affaires sociales du Parlement italien ont accepté de prendre en considération une proposition de loi relative à l'euthanasie. Il s'agit d'un texte de base sur lequel vont travailler les députés, et qui résulte d'un compromis entre plusieurs propositions de loi. Ceci présage le dépôt d'amendements dans la suite du chemin législatif. Les députés du Parti démocrate, du Mouvement 5 étoiles, d'Italia Viva ont voté en faveur du texte, ...

Lire la suite