Euthanasie : lobbying au sein de l’Association Médicale Mondiale

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 30/11/2017

Ces 16 et 17 Novembre 2017, l'Association Médical Mondiale (AMM) – en anglais la  World Medical Association (WMA) - s'est réunie à Rome afin de débattre de la fin de vie et de la question de l'euthanasie. Dans ses résolutions officielles, l'AMM juge "contraires à l'éthique" l'euthanasie et le suicide assisté. Elle "encourage toutes les associations médicales nationales et les médecins à s'abstenir de pratiquer l'euthanasie, même si la législation nationale le permet".

Se sentant montrées du doigt, les associations médicales des Pays-Bas et du Canada, deux pays où l'euthanasie a été dépénalisée sous certaines conditions, souhaitent que l'AMM modifie sa position et fasse preuve de  « neutralité » vis-à-vis des médecins  qui pratiquent l'euthanasie, ceux-ci  pouvant se sentir jugés par leurs confrères.

Ce sont donc deux associations médicales nationales qui veulent faire changer la position mondiale des 112 autres associations de médecins composant l'AMM.

On comprend que des conceptions opposées de la profession médicale s'opposent. Tandis que le Président de la KNMG néerlandaise, René Héman, promoteur de l'euthanasie, invoque certains passages de la Déclaration de Genève, mettant en avant l'autonomie et la dignité du patient, le président de l'association de médecins allemands, Franck Ulrich Montgomery, rappelle que l'autonomie du patient ne peut impliquer un médecin, et de rappeler le serment d'Hippocrate « je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande ». Il insiste sur le rôle des professionnels de la santé qui est de guérir ou soulager les souffrances, et non de tuer le patient.

« Lorsqu'un patient, subissant une souffrance insupportable et sans issue, demande à en finir, le médecin doit-il à ce moment se positionner contre lui ou à ses côtés ? » rétorque Héman. Mais tuer un patient est-il vraiment un acte de compassion, lorsque les soins palliatifs existent pour répondre au soulagement des souffrances sans abréger la vie ?

Montgomery remet par ailleurs en question la place des sondages dans ces questions d'éthiques, qui déclarent que 70% de la population dans les pays industrialisés réclame la possibilité d'avoir le choix et l'option de l'euthanasie. En effet, « Est-ce que notre éthique et nos convictions profondes dépendent des sondages? ».

Voir aussi  Fils d'actus : "L'Association médicale mondiale examine les questions de fin de vie et d'euthanasie"

Sources : Alliance Vita


Articles similaires

Normaliser  et rendre obligatoire la pratique de l’euthanasie quelle que soit l’institution ?

Normaliser et rendre obligatoire la pratique de l’euthanasie quelle que soit l’institution ?

- Euthanasie et suicide assisté

Réagissant à la déclaration des évêques de Belgique, certaines associations partenaires de la Mutualité socialiste parmi lesquelles Espace Seniors, Latitude Jeunes et l'Association socialiste de la personne handicapée (ASPH), regrettent que "les évêques continuent à présenter les soins palliatifs comme une alternative à l'euthanasie".
De plus, elles jugent "inadmissible" qu'une personne en fin de vie doive parfois être transférée d'une institution vers une autre pour bénéficier de l'euthanasie...

Lire la suite

Pays-Bas : l’euthanasie, son contrôle et l’opposition des médecins

Pays-Bas : l’euthanasie, son contrôle et l’opposition des médecins

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau !
Deux documents Flash Expert de l'IEB qui décrivent quelles sont les procédures de contrôle de l'euthanasie aux Pays-Bas et comment celles-ci diffèrent des procédures appliquables en Belgique.

Sont également évoquées, la gronde et la mobilisation des médecins et psychiatres dans ce pays, et leur perception du phénomène de la slipery slope.

1. Pays-Bas : l'euthanasie, son contrôle et l'opposition des médecins

2. La procédure de contrôle des déclarations d'euthanasies aux Pays-Bas

Lire la suite

Un détenu euthanasié en Belgique

Un détenu euthanasié en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le prisonnier belge a-t-il été euthanasié? En a-t-il fait la demande ? Oui, cela a été confirmé par le docteur Francis Van Mol, directeur général du service de santé pénitentiaire.
Frank V.D.B., incarcéré depuis 20 ans pour un double meurtre était atteint d'une maladie psychique. Sa demande a été ratifiée par trois médecins indépendants et considérée comme conforme à la législation belge sur l'euthanasie. Néanmoins, cette décision a été vivement critiquée par l'association belge des syndicats ...

Lire la suite